à la uneAprès match

SCO-PSG :  la dalle parisienne

Après une série de 3 défaites en 5 matches, le PSG doit se relancer, et retrouver l’envie de gagner, pour enfin honorer dignement son 8ème titre de champion de France, sur les trois dernières journées de Ligue 1. Face à Angers, c’est chose faite, et avec la manière. Vivement la suite, pour la dernière au Parc, lors de la réception de Dijon samedi prochain.

 

La compo

Le PSG se présente dans un schéma avec une défense à 4 devant Buffon, et une charnière inédite où le capitaine Marquinhos est associé au jeune Mbe Soh (17 ans, première titularisation). Bernat et Dagba occupent les couloirs, tandis que c’est le trio VerrattiParedesDani Alves, qui est chargé de l’animation au milieu de terrain, pour alimenter le duo NeymarCavani, soutenu par Di María.

 

Début de match (trop) tranquille…

Le premier débordement sur le côté droit parisien est initié par Dagba, qui sème la panique dans la défense adverse (2ème). Les Angevins, bien entrés dans leur match, répondent immédiatement, mais leur premier corner obtenu qui ne donne rien (6ème).

Thomas Tuchel a réclamé de l’intensité à ses joueurs pour cette fin de saison, mais les Parisiens ont bien du mal à satisfaire leur entraîneur, même si Verratti et Dani Alves semblent avoir entendu le message. Sur un ballon de récupération dans leur camp, les joueurs du SCO se projettent rapidement, et la frappe cadrée de Tait, est déviée en corner par Buffon (10ème).

Dans la foulée, Dani Alves combine bien avec Cavani, Butelle intervient et détourne à son tour en corner (12ème). Au quart d’heure jeu, la possession est clairement à l’avantage du PSG (65% vs 35%), mais totalement stérile. Sur un nouveau contre, le centre de Tait pour Bahoken est parfait, Buffon est à la parade dans les pieds de l’attaquant angevin (16ème).

 

… puis Neymar surgit

 Paris se montre de plus en plus incisif, et sur une nouvelle offrande de Dani Alves, Cavani trompe Butelle, mais le but est justement refusé pour une position de hors-jeu de l’attaquant uruguayen (18ème). Dans la foulée, c’est encore Dani Alves qui est à l’initiative d’une nouvelle offensive parisienne. Neymar est recherché et trouvé, pour un une-deux sur 20 mètres qui aboutit au point de penalty sur la tête de la star brésilienne. Neymar trouve le petit filet de Butelle et le PSG mène 1-0 (20ème).

Neymar , le leader technique du PSG de demain et la star incontestable de toute la Ligue 1

 

Par la suite, le PSG continue de maîtriser la possession du ballon, mais les Angevins se montrent plus pressants, mais le danger reste loin du but de Buffon (27ème). Une nouvelle alerte par un énième centre du SCO dans la surface parisienne, mais la tête de Pajot ne donne rien (30ème).

A la demi-heure de jeu, le PSG est en mode gestion, mais la domination des coéquipiers de Marquinhos ne faiblit pas. Cavani paraît très en jambes, et multiplie ses appels incessants, il lui reste à retrouver le parfait tempo après sa longue absence. Neymar est lui aussi très en vue, il reste au PSG à soigner la finition pour faire le break (37ème).

Avant la pause, le PSG insiste sur les côtés par Di Maria, puis Neymar, avant de revenir dans le cœur du jeu, et Angers est sur le reculoir. Un dernier coup-franc tenté de loin par Neymar, passe au-dessus du but de Butelle, et les Parisiens rentrent aux vestiaires avec ce but d’avance (1-0, 45ème).

 

Paris insiste

Dés le début de cette seconde période, les Parisiens se montrent entreprenants offensivement par Neymar, puis Cavani, toujours, le danger se rapproche du but de Butelle (47ème). Sur une perte de balle angevine au milieu de terrain, Di Maria combine avec Dani Alves dont la frappe est détournée en corner par le portier du SCO. La frappe pied gauche de Di Maria est stoppé difficilement sur sa ligne par Butelle (51ème).

Paris est dominateur au milieu du terrain où les hommes de Stéphane Moulin sont clairement dépassés par la complémentarité du trio Verratti-Paredes-Dani Alves. L’Italien est sur les bases de ses records en terme de possession : Verratti touche son centième ballon à la 55ème minute. Cependant, Angers reste dans le match, et se montre dangereux par intermittence.

 

Neymar à nouveau décisif

Le PSG continue de contrôler assez facilement ce match, et sur un nouveau débordement côté gauche, Neymar élimine son adversaire direct et centre idéalement pour Di Maria, qui marque de la tête sans opposition, le PSG fait le break (2-0, 58ème). Au passage l’Argentin marque sur ce coup,  son 5èmebut en 5 matches de Ligue 1.

La réponse du SCO intervient sur coup de pied arrêté, mais la tentative de la tête de Pavlovic ne donne rien (65ème). Face au peu d’initiatives angevines, la défense parisienne répond présent, et Buffon n’est pas inquiété. Dani Alves est remplacé par Kurzawa (70ème).

Sur un nouveau coup-franc, Angers croit revenir au score, mais le but de la tête de Santamaria est justement refusé pour une position de hors-jeu (75ème).

 

Fin de match improbable, merci Neymar…

Buteur et auteur d’une bonne prestation, Di María est remplacé par Draxler (77ème). Dans un match totalement contrôlé par le PSG (possession 63% vs 37% en faveur du PSG), les occasions se font rares en fin de match. Sur une nouvelle frappe angevine aux 20 mètres, Buffon est impeccable.

Un nouveau fait de match contre Paris intervient à 5 minutes de la fin. Marquinhos est clairement fautif dans les 6 mètres devant Buffon, et le penalty est indiscutable. L’arbitre M.Batta décide d’appliquer la double peine et la capitaine brésilien est exclu (88ème). La décision paraît très injuste pour le PSG, Neymar en leader qu’il est, est furieux contre M.Batta. Les Parisiens finiront le match à 10. Le tir est stoppé dans un premier temps par Buffon, mais Tait a bien suivi et le match est relancé (1-2, 89ème).

Probablement en raison de son match exceptionnel, Neymar est remplacé par Choupo-Moting sous une injuste bronca du public angevin. Après 4 minutes d’arrêt de jeu, le PSG s’impose 2-1 au stade Raymond Kopa. Victoire indiscutable malgré une fin de match très incertaine.

 

Après cette 28ème victoire en 36 matches de championnat, le PSG peut envisager sereinement la célébration de son titre de champion de France le week-end prochain lors de la réception de Dijon. A la fois par sa classe, mais aussi par son implication, Neymar a éclaboussé ce match et le Brésilien s’affirme au fil du temps comme le leader du PSG de demain. Et au-delà, comme une star indiscutable de notre Ligue 1. Oui, avoir Neymar en Ligue 1 est une chance, et pourvu que ça dure malgré le traitement injuste qui lui est infligé.

 

Les notes des joueurs :

 

Buffon (7) :Dans un match plutôt facile, où il a été très peu sollicité. Arrête le penalty et  l’Italien s’est montré solide, il n’a rien raté. Rassurant.

Marquinhos (6) :C’est le patron, et ce rôle lui va à merveille au fil des matches. Un vrai leader de défense. Son expulsion paraît injuste, même s’il est mal placé sur ce coup-là.

Mbe Soh (7) : Pour une première il n’a pris aucun risque, et lui aussi n’a rien raté. Pépite.

Dagba (7) :Très appliqué dans son couloir, et toujours placé offensivement, il prend de l’assurance. Plaisant à voir.

Bernat (7) :A l’image de sa saison, une activité de tous les instants. Fidèle parmi les fidèles.

Verratti (7,5) : Le Verratti qu’on adore : omniprésent, précis et infatigable. Il termine son match avec 93% de passes réussies. Indiscutable.

Paredes (6) : Dans l’ombre de Verratti, pas facile de se montrer. On attend cependant beaucoup plus de lui, et il devra pour cela se libérer. Attendu.

Dani Alves (7) : Parmi les meneurs de cette équipe du PSG en convalescence, il joue un rôle de détonateur, et sa filiation avec Neymar est évidente. Compétiteur.

Di María (7) : Même si on a pu le voir bien plus actif, il excelle dans ce rôle d’électron libre derrière le duo d’attaque. Bon match récompensé par un but de la tête imparable, celui de la victoire. Décisif.

Cavani (6,5) : Sur le chemin du retour il a accompli le match plein qu’on lui connaît, par son travail de sape tant sur le plan offensif, que sur le plan défensif. Il aurait mérité mieux dans ce match, mais il reste cet attaquant unique et précieux. Cavanesque.

Homme du match : Neymar (9)

Sans lui, rien n’est pareil. Sans lui le PSG aurait eu sans aucun doute du mal à s’imposer dans ce match, comme dans d’autres. Sans lui, les stades de Ligue 1 ne seraient pas aussi remplis. Il est ce joueur qui inquiète l’adversaire dès que son nom apparaît sur la feuille de match. Sur le terrain, l’équipe adverse adapte son schéma de jeu comme elle peut, mais Neymar peut surgir à tout moment. Comme aujourd’hui par deux fois. Injouable.

 

 

Sources et images : psg.fr, @IncroyableAngersSCO

Rédaction pour Paris United, Fredi