Après matchL'équipeLe Club

Rennes-PSG côté stats : déjà dans le rouge

Deuxième journée de Ligue 1 et première défaite pour le Paris Saint-Germain de la nouvelle ère Leonardo. Rien de cohérent dans cette phrase pour un club et une direction sportive qui veulent repousser les échecs. Même s’il est évidemment trop tôt pour en tirer des conclusions, nul doute que, déjà, cette sale soirée en Bretagne laissera des traces dans la saison du PSG. Et ça, nous l’espérons tous. 

 

Indignes du statut de champion de France

Dimanche prochain, le 25 août à 21hau pays des champions du Monde, le Paris Saint-Germain recevra Toulouse pour le compte de la 3ème journée de Ligue 1. Après la défaite d’hier soir à Rennes face à une équipe que Thomas Tuchel et les Parisiens connaissent par coeur, la réaction des champions de France sera très attendue. Pourquoi ? Parce que c’est le PSG, mais aussi et surtout par respect pour ce statut de champions, aussi invisible hier soir au Roazhon Park, que Neymar au Parc une semaine plus tôt. Oui, il plane ce matin un sentiment d’insuffisance dans l’attitude collective de la part des joueurs de la capitale, défensivement comme offensivement, et un peu de suffisance chez certains, déjà (Draxler, par exemple).

Ci-desssus : à gauche l’impact offensif rennais, et à droite le quasi-néant côté parisien

En résumé, ces stats (ci-dessus) dans le secteur offensif, avec seulement 2 tirs cadrés symbolisent le match raté des Parisiens. Ses faiblesses en attaque étant clairement la conséquence d’une équipe déséquilibrée et désorientée de A (comme Areola) jusqu’à Mbappé

A Rennes, le PSG devait s’attendre à une partie tout sauf facile, d’autant plus que Thomas Tuchel doit s’en souvenir : lorsque Paris se retrouve à mener au score face au Stade Rennais, même si c’est contre le cours du jeu, cela n’est pas de bonne augure.

Hier soir et comme d’habitude les parisiens ont eu l’avantage de la possession du ballon : 62% v 38%

De cette domination en terme de possession et d’occupation, les Parisiens n’en ont rien fait : entre mauvais choix tactiquesdéchets techniques et défaillances physiques, le PSG était encore en mode « préparation » face à des Rennais qui eux sont bien entrés dans leur saison, en mode compétition, dans la continuité et à la hauteur de leur sacre en coupe de France.

Défense à trois, deux buts dans l’axe

Hier soir le Paris de Thomas Tuchel a failli surtout tactiquement, là où il y a un an, le coach allemand nous avait tous emballé par ses schémas innovants, avec réussite. A Rennes, Tuchel a perdu son pari de la défense à trois, et en même temps il a fait se perdre un de ses hommes de base, Marquinhos, dans une organisation inadaptée à celle du match et de l’adversaire. 

Position moyenne des joueurs parisiens lors de ce Rennes-PSG

Le plus inquiétant peut-être hier soir est le constat sur les carences défensives de ce PSG-là. La défense à trois devant Areola que l’on a senti très fébrile, est à revoir. A ce niveau, et encore moins dans un mois sur la scène européenne, il n’est simplement pas possible d’encaisser deux buts sans adversité dans le duel. Même le jeune attaquant rennais Del Castillo a paru étonné de voir le ballon lui arrivé dessus pour inscrire ce but qui symbolise la victoire rennaise, et le fiasco de la défense parisienne

Un milieu étouffé

La position moyenne des joueurs parisiens illustrée par l’infographie ci-dessus montre tout ce qui n’a pas fonctionné : Marquinhos (n°5) clairement patron de la défense alors qu’il excelle un cran plus haut, et que le vrai patron doit être Thiago Silva (n°2). Puis des joueurs esseulés : Verratti (n°6), orphelin de son compère brésilien, Meunier (n°12) à droite et Bernat (n°14) à gauche, avec beaucoup trop de distances de leur relais vers l’avant. 

Au-delà de la performance du jeune rennais Camavinga que Leonardo aura vu comme nous tous, c’est le manque flagrant de relations et de complémentarité dans l’animation du jeu parisien qui a crevé l’écran. Ci-dessous, la heatmap d’équipe démontre comment le milieu parisien n’a pas réussi à se défaire de l’emprise des joueurs rennais, qui ont étouffé le jeu vers l’avant des co-équipiers de Verratti. Ce qui explique certainement l’énervement du meneur de jeu italien hier soir. 

Heatmap d’équipe du PSG : un milieu de terrain étouffé et qui n’a pu se projeter vers l’avant

La prestation du Paris Saint-Germain hier soir à Rennes est dans la continuité de la fin de saison dernière. Et donc à l’opposé de ce qui est souhaité. En cela, c’est inquiétant. Même si le PSG est en rodage comme toutes les autres équipes de notre championnat et d’Europe, même si c’était face à Rennes et son statut d’outsider, nous sommes en droit d’en attendre plus de ce PSG même au mois d’août. L’avenir nous dira si cette pâle soirée en Bretagne était une simple sortie de route ou si le mal est plus profond. Pour plein de raisons, on a vraiment hâte d’être en septembre. 

Crédits psg.fr, sofascore.comwhoscored.com

Rédaction pour Paris United, Fredi

Paris United

GRATUIT
VOIR