à la uneActualités du ClubAprès matchArticleCompétitionsL'équipeLes joueurs

Lille v PSG : un bon match mais des blessures

Paris est donc allé s’imposer à Lille (0-2) reléguant l’OM à 10 points. Malgré ce bon résultat, l’équipe parisienne soulève encore des interrogations.  

Attendu comme un test, le déplacement à Lille a montré que ce PSG était bien au-dessus en Ligue 1. On a relevé du coté des choses positives, comme la solidité défensive, malgré des absences et des changements en cours de match, mais aussi du négatif, par exemple offensivement, les quatre joueurs se trouvaient moins facilement qu’il y a quelques semaines.

Malgré un bon pressing lillois pendant une grosse vingtaine de minutes, les Parisiens n’ont pas vraiment été inquiétés, si ce n’est sur une frappe bien détournée par Navas. Bien en place, avec un Diallo moins offensif que Bernat, les joueurs de Tuchel ont contrôlé les attaques nordistes. Une fois ce pressing moins intense, ils sont alors sortis et marquant sur leur première vraie occasion. Sur ce but, la qualité technique de Neymar, associé à la vista de Verratti, qui feinte parfaitement la frappe pour resservir le Brésilien, ont fait très mal aux joueurs de Galtier.

En seconde période, le deuxième but parisien a scellé la rencontre, les Lillois tentent une révolte mais manquent de justesse pour revenir au score. L’entrée de Kouassi à la place de Silva n’a pas perturbé l’ensemble, le jeune parisien se montrant costaud et efficace dans ses interventions.

Trois des quatre offensifs sont moins bien

Sur les points négatifs donc, l’entente entre les joueurs offensifs interrogent. Mbappé a abusé des actions individuelles, oubliant par deux fois de servir Icardi. L’Argentin ne marque pas depuis quatre rencontres et beaucoup de gens s’interrogent. Sauf qu’il faut analyser son match au regard de ce que lui ont donné les autres.

Icardi, c’est un avant-centre type Trezeguet, bon dans les remises, toujours bien placé dans la surface. Sauf que s’il n’est pas servi, il ne peut rien faire. Ce n’est pas le style de joueur à décrocher, prendre le ballon et dribbler deux ou trois adversaires pour finir l’action. Or, depuis quelques matchs, Di Maria est moins précis dans ses transmissions, et Mbappé ne le cherche plus. A Lille, Icardi a touché autant de ballons que dans ses matchs précédents (17). La seule différence, c’est qu’il n’a pas été trouvé dans la surface en position de finisseur.

Pour Di Maria, le problème est ailleurs. Il a l’air moins en jambes que sur ses cinq premiers mois. On le sent dans ses courses, mais aussi dans ses passes. De plus, il est trop souvent à l’intérieur du jeu, ce qui fait qu’il ne se retrouve plus dans une position où il rentrait sur son pied pour trouver des angles de passes mais qu’il doit chercher à combiner à l’intérieur du jeu. Et là, il est moins à l’aise.

L’autre point négatif de la soirée, ce sont évidemment les sorties de Silva, qui se touchait la cuisse, et de Diallo, apparemment victime de crampes. Beaucoup de supporters pensent que tout le monde en fait trop sur ces histoires de blessures. Le problème, c’est qu’on voit bien que même le staff est préoccupé. Dès le moindre début d’alerte, les joueurs sont remplacés puis manquent un certain nombre de matchs via le principe de précaution. Ça prouve qu’à l’approche des matchs importants, c’est tout le club qui est tendu sur ce sujet. A un peu plus de trois semaines de Dortmund, ça devient quand même préoccupant.

Kouassi, le jeune qui monte

Malgré cela, plusieurs positifs sont à relever. La solidité défensive, que ce soit avec KimpembeSilva ou avec Kouassi, quand il a remplacé le Brésilien, la défense a tenu. Evidemment, la présence de Navas rassure tout le monde. Le costaricien fait les arrêts qu’il faut quand il faut et ça fait du bien à tout le monde. La prestation défensive de Diallo a également ajouté à la solidité d’ensemble.

Pour revenir sur Tanguy Kouassi, le jeune parisien prouve depuis décembre qu’il n’est pas là par hasard. Utilisé au milieu, alors qu’il a été formé en défense centrale, il a été très bon, notamment avec Paredes, lors de ses premières apparitions, et même en ligue des Champions face à Galatasaray. Depuis le retour de la trêve, il a plus joué à son poste de prédilection, en défense centrale, et il a également répondu présent.

Dimanche soir, il a remplacé Thiago Silva à la pause, et il a montré qu’il n’avait pas la pression en étant présent dès les premières secondes en dégageant en corner un centre lillois. Il a ensuite fait preuve d’agressivité dans les duels, mais il possède aussi une qualité de relance très intéressante.

Alors qu’il était annoncé partant pour le Red Bull Leipzig, les cartes ont l’air d’être redistribuées. Le jeune international U17 avait peur de ne pas avoir de temps de jeu au PSG. Depuis décembre, il en a et comme il répond aux attentes de Tuchel, il en aura encore. Le club de la capitale souhaite absolument le conserver et lui faire signer son premier contrat pro. Avec le niveau affiché et sa polyvalence, ce serait très embêtant pour le PSG de ne pas réussir à conserver cet enfant du club.

Neymar en patron

Au milieu, Verratti a retrouvé un très haut niveau que ce soit à la récupération, mais aussi dans les sorties de balle. Sa passe pour Neymar est juste parfaite, mais il a aussi trouvé des décalages très intéressants pour casser le milieu adverse. Avec lui, Gueye a bien colmaté les brèches, même s’il n’est pas encore assez efficace dans l’utilisation du ballon.

Mais évidemment, celui qui a encore une fois été au-dessus de tous, c’est Neymar. Dans ses déplacements entre les lignes pour offrir des solutions, dans ses prises de balle, dans ses déviations, mais aussi dans ses percussions balle au pied, le Brésilien a fait très mal aux Lillois. Quant à sa finition sur le premier but, elle est juste exceptionnelle. La vitesse entre le contrôle et la frappe, et la qualité de cette dernière, c’est du très haut niveau.

Paris va se déplacer à Pau, en coupe de France mercredi. Pour cette rencontre, contre une équipe de national, sur un terrain de rugby catastrophique, Thomas Tuchel doit absolument faire tourner. Viendra alors la réception de Montpellier pour continuer sur la lancée en championnat. Pendant ce temps, Paris doit remettre sur pied ses blessés.

Malheureusement, avec une Ligue 1 qu’il survole chaque année, il est difficile de penser à autre chose qu’aux huitièmes de finale de la ligue des champions. Et le 18 février, c’est déjà demain.

 

Crédit photo : psg.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR