Le ClubOeil du supporter

Vers une révolution tactique

Avec la fin du mercato estival, Thomas Tuchel sait sur quel groupe il pourra compter cette saison ou du moins, jusqu’à janvier.

Si le club a recruté un arrière gauche, il a échoué sur l’autre priorité du recrutement : le milieu défensif.

Seul Lassana Diarra figure dans la liste pour disputer la Ligue des Champions,

un peu juste pour enfin passer le cap des quarts de finale. Surtout avec le schéma tactique des dernières années. Habitué au 4-3-3 sous l’ère Blanc et Emery, le PSG s’apprête à connaître une révolution. Un 3-5-2, à mes yeux, très séduisant au premier abord.

Neymar, pierre angulaire

Lors de ses rencontres individuelles avec Neymar, le technicien allemand lui a expliqué qu’il devait devenir le dépositaire du jeu parisien. Fini le côté gauche, le Brésilien jouera désormais dans l’axe. Le numéro 10 aurait adoré l’idée et ses premiers matches vont dans ce sens. Pressing, défense à la perte du ballon, bon comportement, le Neymar nouveau est arrivé. Avec Edinson Cavani et Kylian Mbappé devant lui, il peut être un excellent meneur de jeu, surtout quand on connaît la relation technique entre le prodige français et brésilien. On en salive d’avance !

Le rôle essentiel des latéraux

Deux autres joueurs sont primordiaux pour la réussite de ce système : les latéraux. Et l’achat de Bernat peut être une bonne chose. Ce n’est d’ailleurs pas étonnant que Tuchel l’ai choisi à la place de Filipe luis. L’Espagnol est le piston type d’un schéma en 3-5-2. Il affectionne le jeu vers l’avant et les espaces. L’ancien Munichois a déjà occupé ce poste sous les ordres de Pep Guardiola avant de disparaître des plans du Bayern après le départ du coach catalan. Quant à Meunier, il a l’habitude de jouer à ce poste en sélection. Et milite pour cette tactique. « C’est le dispositif à utiliser pour le PSG, pour être encore plus intense, plus porté vers l’attaque que les années précédentes. Si on parvient, dans les semaines qui viennent, à garder ce système et à avoir des automatismes, ça peut vraiment faire mal ».

Avec seulement un numéro 6 de métier, des joueurs épanouis, tous les voyants sont au vert pour mettre en place le schéma préféré de Tuchel.

 

Mehdi Sefraoui

 

Paris United

GRATUIT
VOIR