Crédit photo : @amylyam93 PSG v Nîmes Parc des Princes - Paris United
à la uneActualités du ClubLe ClubOeil du supporter

PSG: Un début de saison encourageant

Pendant cette trêve internationale, petit retour sur les deux premiers mois de compétition du PSG. En tête de la ligue 1, les Parisiens progressent même s’il reste toujours des points à améliorer.

Nous sommes début octobre et, malgré deux défaites, le PSG est déjà bien installé en tête du championnat. Un début de saison qui donne de l’espoir pour la suite, même si quelques éléments doivent tempérer l’euphorie.

Tuchel a évolué

Mal en point depuis la défaite et l’élimination face à Manchester United, l’entraîneur allemand montrait des signes d’énervement en ce début de saison. Ses conférences de presse étaient moins maîtrisées, moins souriantes. Cela témoignait de la tension qu’il devait ressentir.  Depuis quelques semaines, et notamment depuis la victoire face au Real, le coach parisien a retrouvé son sourire, répond plus facilement aux questions, comme en début de saison dernière.

Dans son management, il a l’air d’avoir également évolué. Alors qu’il passait d’un système à l’autre régulièrement, il semble vouloir privilégier le 4-3-3 cette saison. Sûrement parce qu’il a enfin les milieux de terrain pour le faire, mais peut-être aussi pour offrir aux joueurs plus de certitudes dans le jeu. Evidemment qu’il s’autorisera sûrement un passage à trois défenseurs centraux, comme en fin de rencontre à Galatasaray, mais on a l’impression que ce sera plus dicté par les joueurs disponibles ou une physionomie de match que par l’envie de changer en permanence.

Sa seule vraie erreur depuis le début de saison aura été ce match face à Reims pour lequel il a abusé du turnover. Une bonne leçon pour la suite du championnat puisqu’il n’a pas réédité ces choix lors du match face à Angers.

Les blessés, le vrai problème

Le vrai point noir de ces deux premiers mois, ce sont les blessures. Déjà récurrentes l’an dernier, ça continue aujourd’hui. Depuis la reprise, Mbappé, Cavani, Icardi, Kehrer, Dagba, Draxler, Bernat, Meunier ou encore Sarabia ont tous connu, à un moment, un souci musculaire avec des absences plus ou moins longues. Et malgré plus de six semaines d’absence, Cavani et Mbappé n’ont pas l’air d’être complètement rétablis.

A la décharge de l’entraîneur, les reprises de joueurs étalées sur plusieurs semaines, les tournées estivales sur des continents à la météo compliquée, n’aident pas à optimiser ce moment important de la saison. Malgré tout, ça interroge sur les charges de travail, mais peut-être aussi, pour certains joueurs, sur leur hygiène de vie.

A cette période de la saison, ce n’est pas dramatique. Mais qu’en sera-t-il en février – mars ? Parce que le PSG, à chaque fin d’hiver, lorsque les matchs décisifs de ligue des champions arrivent, se présentent régulièrement avec plusieurs absents. C’est un élément qui va devoir être géré et corrigé pour, enfin, arriver en huitième de finale avec toutes ses forces.

Paris a un banc

Si les blessés reviennent et que l’hécatombe cesse, le club de la capitale a désormais un banc de touche de haut niveau. Si on considère qu’on connaît à peu près l’équipe type qui devrait être aligné dans les gros matchs, Thomas Tuchel pourrait avoir le choix entre Draxler, Sarabia, Cavani ou Icardi, Herrera, Paredes, Dagba, Kehrer ou Meunier, Diallo, voire Kimpembe si Marquinhos évoluait en défense. Autant dire un banc peut-être jamais vu depuis que QSI est propriétaire du PSG. Ces remplaçants vont offrir de la qualité, mais aussi des moyens de changer de système en fonction des événements. Un vrai luxe.

Au niveau des recrues, le PSG a sûrement réalisé son meilleur mercato depuis… Le départ de Leonardo. Navas a l’air d’être enfin ce gardien qui sécurise et qui fait les arrêts importants au bon moment. Diallo doit encore progresser mais il est jeune et peut permettre de faire reposer un Silva derrière ou un Bernat à gauche en championnat. Gueye a l’air d’être le joueur qui manquait non seulement au niveau technique, mais aussi mental, dans cette envie de courir, de se battre sur chaque ballon. Un peu un Matuidi avec plus de qualités techniques. Herrera est un soldat, qui peut jouer à plusieurs postes, même latéral droit et capable d’apporter de la grinta.

Devant, Sarabia est une très bonne doublure, techniquement intéressant, mais surtout avec un état d’esprit de vrai joueur de collectif. Quant à Icardi, pas encore prêt physiquement, il a déjà montré ses qualités de finisseur, mais il apporte aussi une alternative à Cavani dans son jeu de déviation dos au but, comme ce décalage sur Bernat qui amène le but de Di Maria face au Real.

Finalement, en plus des blessures, ce sont les deux défaites qui font un peu tâche. Non pas que ça pénalise le PSG puisqu’on sait qu’ils finiront devant. Le problème de ces deux défaites se trouve dans le contenu. Lors de celle à Rennes, Marquinhos avait évolué au milieu mais avec ce rôle hybride de troisième défenseur quand Paris avait le ballon. On se rend compte qu’il est quand mieux et que Paris est mieux quand il évolue au milieu sans changer de poste à chaque phase de jeu. La seconde défaite a posé le problème de la rotation. Le banc est bon mais quand l’équipe est composée de trop de « remplaçants », ça manque de rythme, d’automatisme. Tout cela sera à prendre en compte tout au long de la saison.

Le PSG, au complet, a donc désormais un banc compétitif. Dans l’état d’esprit, il doit continuer d’imprimer le rythme au match quelque soit l’adversaire, comme face à Angers, Galatasaray et le Real, pour que l’intensité et l’agressivité deviennent la routine. Tuchel va devoir faire des choix et faire progresser encore le jeu du PSG. Mais il a désormais tout ce qu’il faut. Alors, est-ce enfin la bonne année ?

Yacine Hamened pour Paris United

Paris United

GRATUIT
VOIR