à la uneLe Club

Plus solide à trois derrière ?

La saison européenne du Paris Saint-Germain se joue le 11 mars prochain au Parc des Princes et les interrogations sont toujours aussi nombreuses concernant la stratégie à adopter. Un véritable doute plane sur la formule défensive idéale, voyons si le club de la capitale est réellement plus hermétique dans une défense formée de trois hommes.

Décharger ses latéraux

Le premier point positif d’une défense à trois réside dans la pluralité d’options offensives qu’il offre. Notamment vis-à-vis des joueurs évoluant dans les couloirs défensifs. Une piste à clairement exploiter dans un effectif comme celui du Paris Saint-Germain, au sein duquel les latéraux de métiers sont facilement attirés par le jeu offensif. C’est le cas de Layvin Kurzawa, Juan Bernat, Thomas Meunier et dans une moindre mesure, celui de Thilo Kehrer.

Prenons l’exemple du match aller au Signal Iduna Park, dans le couloir gauche du système en 3-4-3 choisi par Thomas Tuchel, Layvin Kurzawa a livré une performance en dent de scie mais globalement dans l’esprit de ce que l’on attend d’un profil pouvant amener le surnombre dans la moitié de terrain adverse.

(Heatmap de Layvin Kurzawa face au Borussia Dortmund le 18 février 2020)

Globalement placé assez haut tout au long de la rencontre, le numéro 20 du Paris Saint-Germain aurait dû permettre aux joueurs de Thomas Tuchel d’opérer rapidement en contre avec des transitions rapides vers l’avant. On a tous en tête le rush incroyable de l’ancien monégasque sur prés de 40 mètres avant de perdre le ballon sur une maladresse technique. Malheureusement pour les supporters parisiens, la copie rendue par l’ensemble de l’effectif a davantage mis en lumière les défauts d’un système à 3 défenseurs centraux. Notamment  dans les difficultés de nos trois stoppeurs à couvrir les larges espaces laissés dans le dos des joueurs présents dans les couloirs.

La nécessité de couverture

Le point noir de cette adaptation à trois derrière se manifeste par les les difficultés de nos joueurs à couvrir les espaces dans leurs dos. Entre peur de nos libéros à trop se livrer et manque d’efforts de certains protagonistes de notre attaque, le système en 3-4-3 voire 3-5-2 n’apparaît pas vraiment comme la solution idéale aux maux du club de la capitale.

Dés lors que Thomas Tuchel a choisi ces stratégies de jeu, son équipe s’est distinguée de par sa mise en danger constante sur les maigres occasion adverses. Au match aller face au club de la Ruhr, le placement très reculé de Thiago Silva a fatalement impacté la place de Marquinhos et Presnel Kimpembe sur le terrain. Ces derniers, trop souvent sur leurs reculs freins, ont offert des boulevards aux offensives menées par Jadon Sancho et compères. Malgré les efforts multiples de Idrissa Gueye et Marco Verratti, ce sytème montre de grosses lacunes à appréhender correctement les menaces venant des côtés.

Un alignement dans le très conventionnel 4-4-2 permet un tant soit peu de solutionner les errances défensives de nos joueurs. Toutefois, cette affirmation reste à nuancer, notamment par l’absence de Verratti et Meunier au match retour. Reste à savoir comment un joueur comme Kehrer pourra appréhender ses duels face à des profils au centre de gravité bas et capable de faire la différence par des accélérations fulgurantes. Dans tous les cas de figure envisageables, le travail de nos hommes dans l’entrejeu sera primordial tout comme par les replis nécessaires auxquels ne devront pas déroger des joueurs comme Kylian Mbappé et Neymar.

Source : sofascore.com

 

Paris United

GRATUIT
VOIR