Le Club

Période 1978 – 1991 : meilleur/pire maillot

Le choix des maillots est un débat sensible chaque saison. Les puristes d’un côté, nostalgiques du maillot historique, et les autres qui n’ont d’yeux que pour le style. Pour la période Borelli, tout le monde risque de tomber d’accord.

 

Blanc victorieux

 La saison 1981-1982 va voir l’apparition du maillot blanc, sur lequel on trouve une double bande rouge et bleu sur le côté gauche, en tant que tenue principale du PSG. Utilisé depuis la fin des années 1970 en tant que deuxième maillot, le président Borelli le propulse en tant que numéro un, reléguant du même coup celui d’Hechter en second. Équipé par le coq sportif jusqu’en 1986, le design reste identique pendant cinq années. Cette magnifique tunique a connu les premiers titres du club, les deux Coupes de France en 1982 et 1983, mais également le titre de champion de France en 1986. Ce maillot historique avec un design simple et épuré séduit encore aujourd’hui les nostalgiques du PSG de l’ère Borelli. Il restera le maillot mythique du 1er titre de champion du PSG.

 

Aucun rapport avec le club

 Lors de la saison 1987-1988, un surprenant modèle bleu fait son apparition, le maillot third. Après des défaites face à Nice (0-4, plus lourde défaite du club à domicile en championnat) et Metz, ainsi qu’un nul contre Auxerre, Paris est relégable à trois matches du terme de la saison. La journée suivante, les joueurs arborent ce nouveau maillot bleu roi au vélodrome face à l’OM et l’emportent. Le bleu de l’espoir. Toujours 18e, le club décide de finir la saison avec cette curieuse tunique. Ils se sauveront. L’année suivante, les dirigeants décident de le reconduire en second maillot. Si Adidas est remplacé par Nike comme fournisseur la saison 1989-1990, le second maillot reste le même. Ce dernier présente deux défauts. Il remplace le fameux maillot d’Hechter, et surtout, il restera comme le premier maillot aux couleurs sans rapport avec celles du club.

Mehdi