à la uneArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Neymar, une blessure que Paris aurait pu éviter

Neymar est donc blessé jusqu’à la trêve internationale de novembre. Une mauvaise nouvelle qui aurait sûrement pu être évitée.

Après Bernat, blessé longue durée, mais aussi Verratti, Paredes, Draxler, ou encore Icardi, c’est donc au tour de Neymar de rejoindre l’infirmerie parisienne. Touché aux adducteurs, le Brésilien manquera Nantes samedi soir mais aussi sûrement le déplacement à Leipzig puis la réception de Rennes.

Le problème, c’est la gestion de la blessure. D’après certaines infos, le Brésilien avait senti une gêne dès l’échauffement. A ce moment-là, il existe deux solutions. Soit le remplacer immédiatement pour le protéger, en estimant qu’il n’est pas indispensable pour que le PSG s’impose à Istanbul, soit voir avec lui si ça peut tenir, car il est quand même le mieux placé à ce moment pour savoir exactement ce qu’il ressent. On comprend sans problème, à ce moment, que le statut du numéro 10 lui permet de dire qu’il veut jouer.

Après une grosse dizaine de minutes, ce dernier est alors venu près du banc pour signaler que ça n’allait pas. Et c’est là que la décision ne doit plus lui appartenir. Une mauvaise sensation à l’échauffement puis en début de match, le joueur ne doit plus avoir son mot à dire. Le staff médical doit lui dire que le risque est trop gros, mais surtout, Thomas Tuchel doit lui expliquer que sa présence est plus importante à Leipzig que face à Basaksehir. L’entraineur parisien ne doit alors plus attendre l’avis du joueur mais préparer son remplacement.

Ce n’est pas au joueur de décider

Malheureusement, Neymar a décidé de tenter de reprendre strappé à la cuisse. Finalement, après une dernière course, il demandera le changement. Près de quinze minutes se sont passées entre son alerte et son remplacement. C’est trop long. Un joueur voudra toujours jouer. Il y a alors un patron qui doit prendre la décision sans se soucier des états d’âme de celui-ci.

Il faut comprendre qu’une blessure musculaire, ce n’est pas une entorse. Si on force sur une entorse, elle ne s’aggravera pas forcément. Si on force sur une blessure musculaire, elle a de très grande chance de s’agrandir. Une blessure musculaire, c’est une lésion sur une certaine distance. Par exemple, une lésion peut être sur un centimètre. Si vous forcez dessus, elle s’agrandira naturellement, comme un tissu légèrement déchiré sur lequel vous tirez un peu plus fort. On peut donc, dans le cas du Brésilien, imaginer que sa lésion était sur 1 cm et que la course qui l’a faite passer à 2 cm. Évidemment, plus la lésion est grande ou profonde, plus la cicatrisation est longue, donc plus l’indisponibilité est longue. CQFD.

La semaine dernière, Thomas Tuchel avait déjà aligné Gueye blessé avant la rencontre. Résultat : le Sénégalais avait été en grande difficulté mais il avait dû sortir et manquer le match de championnat du samedi face à Dijon.

En ne faisant pas jouer Neymar, on peut facilement imaginer qu’il aurait pu affronter Leipzig. En le sortant lors de la première alerte sur le terrain, il aurait une chance de le jouer. En poussant aussi loin, il n’en a plus aucune. Désormais, il va falloir que le staff soigne le Brésilien, tout en espérant que la sélection brésilienne ne l’appelle pas pour affronter le Venezuela et l’Uruguay. Thomas Tuchel se plaint du calendrier, et il a sûrement raison. Mais peut-être que sa gestion des joueurs n’est pas irréprochable non plus.

Paris United

GRATUIT
VOIR