à la uneLe ClubLes anciens du PSG

L’histoire du PSG 1998-2006 : Le meilleur et le pire joueur

Entre 1998 et 2006, le PSG vit la période la plus compliquée de sa jeune histoire. De nombreux talents ont pourtant porté le maillot rouge et bleu mais également des joueurs énigmatiques. Découvrez, selon nous, le meilleur et le pire joueur du PSG durant les dernières « années Canal + ».

 

Choisir le meilleur joueur fut moins casse-tête que pour le pire joueur. Pas étonnant durant une décennie compliquée au niveau sportif et institutionnel pour le PSG. Parmi les meilleurs, Pauleta, Ronaldinho ou encore Gabriel Heinze sont des noms qui viennent directement à l’esprit. C’est pourtant le Portugais qui sort du lot. Il est devenu le meilleur buteur de l’histoire du PSG, est resté plus longtemps que le Brésilien et il n’a pas rejoint le sud.

 

PAUUUUUUUUULETA !!!

Crédit : Paris-canalhistorique

L’aigle des Açores pose ses valises à Paris durant l’été 2003 en provenance de Bordeaux où il a enchaîné les buts. Hélas pour le Portugais, il arrive dans une période creuse pour le PSG. L’attaquant s’est pourtant démené pour maintenir son équipe à flot.

Sans Pedro Miguel Pauleta, le club de la capitale se serait-il maintenu ? Pas sûr. Même dans la tempête, le buteur a trouvé les ressources mentales pour ne pas couler. Et ce ne fut pas simple car on l’a senti touché par le cauchemar vécu par son équipe. Lui qui n’avait pas cédé aux sirènes lyonnaises pour rester à Paris (tout message pour un joueur de l’effectif actuel ne serait que pur hasard).

Avec 211 matches disputés pour 109 buts marqués, Pauleta a dominé le classement de meilleur buteur de l’histoire du PSG, seulement détrôné par Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani. Ce qui amène à nous poser la question suivante : qu’aurait donné l’international portugais entouré par le recrutement bling-bling de l’ère qatarie ?

 

L’énigme Sergueï Semak

Mais dans le football, l’argent ne garantit pas la réussite. Qu’il était tentant d’évoquer la fausse arrivée de Hakan Yakin, le Suisse qui a fait un passage éclair du côté de Paris. Mais mis à part le jour de sa présentation, on l’a peu vu avec le maillot parisien. Alors un choix a dû être fait parmi les recrues qui n’ont pas assumé leur prix d’achat. Et forcement, Sergueï Semak a marqué les esprits.

Le Russe se fait connaître du club, et de ses supporters, un soir de Ligue des Champions, le 7 décembre 2004. Sous le maillot du CSKA Moscou, l’international russe inscrit un triplé au Parc des Princes et sort le PSG de la coupe d’Europe (1-3). Une performance qui suffit à convaincre les dirigeants de le signer lors du marché estival. Le fiasco.

Alors que l’on pensait qu’il adorait briller au Parc, le milieu ne marque qu’un but en 31 rencontres. Il ne parvient pas à convaincre et retourne en Russie après 18 mois sous les couleurs rouge et bleu. Il serait injuste de réduire l’oeuvre de Semak à son épopée parisienne. Il a eut une très belle carrière en Russie, a honoré 65 sélections et entraîne aujourd’hui le Zénit-Saint-Pétersbourg.