à la uneArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Un bon Neymar avec le Brésil

Neymar et le Brésil ont battu l’Équateur (2-0) en éliminatoire de la coupe du monde. Un bon match qui pose encore une fois la question de la différence de comportement entre le joueur en sélection et au PSG.

Le brésil a battu l’Équateur au terme d’un match maitrisé même si tout ne fut évidemment pas parfait. Marquinhos et Neymar ont joué toute la rencontre, le numéro 10 délivrant une passe décisive et inscrivant le deuxième but sur penalty.

Le meneur de jeu a réalisé une belle prestation, surtout en seconde période. Juste, simple dans son jeu, il a parfaitement organisé le jeu de la seleçao, même si, en première période, on l’a vu abusé d’actions individuelles à plusieurs reprises.

Pour comparer, évidemment, il faut tenir compte des aléas de la saison du PSG. Manque de préparation, Covid, blessure à répétition, le brésilien, comme de nombreux joueurs, a subi de plein fouet une saison compliquée à gérer. Mais il faut aussi se poser d’autres questions.

Si Neymar joue plus simple et collectif avec sa sélection, c’est peut-être aussi et sûrement parce que le niveau des joueurs autour de lui est plus élevé qu’au PSG. On peut alors voir les choses de deux façons.

Plus confiance envers ses coéquipiers de la seleçao

Sans confiance en ses partenaires, notamment Bakker ou Kurzawa à gauche, il préfère tenter des actions individuelles. On peut le comprendre car, quand vous tentez un une-deux et que le ballon ne revient jamais ou presque, c’est usant et frustrant. Le problème, c’est que lorsqu’il ne réussit pas à faire des différences, il s’énerve et perd alors un nombre important de ballons.

L’autre façon de voir les choses, c’est de se dire qu’en tant que leader, le numéro 10 parisien doit aussi offrir de la confiance à ses partenaires. Il doit respecter le jeu et montrer à ses partenaires « je te donne le ballon parce que j’ai confiance en toi ». Personne ne dit que ça marcherait, mais ça permettrait aux joueurs autour de lui de se dire « il me fait confiance, il faut que je m’applique » plutôt que ce qu’il se passe aujourd’hui quand les joueurs qui reçoivent le ballon se disent « je n’ai pas intérêt à me rater ».

Oui, Neymar a réalisé plusieurs bons matchs au PSG, mais pas assez. Quand on a une Ferrari, on n’a pas envie qu’elle roule comme une Ferrari trois jours et comme une Clio le reste de la semaine.

Dans les deux cas, c’est un signal pour le club et le joueur. Ce dernier doit se comporter en leader technique et emmener les autres avec lui. Du côté du club, on doit élever le niveau global de l’équipe pour permettre au collectif d’être meilleur et donc aussi aux individualités d’être encore plus fortes.

Paris United

GRATUIT
VOIR