ArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Paredes – Gueye: La bonne surprise

Le duo Paredes – Gueye a réalisé une belle performance mercredi soir face au Borussia. Peuvent-ils s’installer durablement ?

On a longtemps cru que le milieu de terrain qui serait aligné, pour ce huitième de finale retour, pour accompagner Gueye, ce serait Marquinhos. Thomas Tuchel le répète depuis plusieurs mois, il aime voir le brésilien dans cette position. Mais voilà, Tiago Silva n’était pas prêt et Marqui va évoluer en défense centrale.

Paredes a donc été choisi et d’entrée, on a senti qu’il avait envie de prouver qu’il avait le niveau, mais qu’il allait aussi apporter ce qui manquait au PSG : de l’agressivité et du vice.

Après que Can soit venu titiller les chevilles de Neymar sur le premier ballon, l’argentin va montrer à l’allemand que ce soir, il ne ferait pas la loi. Can récupère le ballon, Paredes monte sur lui et lui rentre dedans, en laissant en plus trainer légèrement le coude. Quelques minutes plus tard, en venant au duel avec Haaland, il va réussir à lui faire prendre un carton jaune.

En plus de cette agressivité qu’on n’avait plus vu depuis Tiago Motta, l’argentin a également organisé la sortie de balle. Il a beaucoup cherché à jouer vers l’avant mais en trouvant des passes qui font mal, en cassant des lignes pour trouver Neymar ou Di Maria situés entre le milieu et la défense des allemands. Le milieu parisien a fini fatigué mais c’était logique puisque Tuchel ne l’a pas aligné si souvent depuis un mois. Avec un peu plus de rythme et de confiance, il aurait sûrement été encore meilleur.

Gueye, son meilleur match depuis le Réal

Avec lui, Gueye a donc, enfin, réalisé une belle performance. Il a couru, comme d’habitude, mais il a récupéré beaucoup de ballons. Malheureusement, en première période, ses sorties de balle n’ont pas été intéressantes. Il s’est contenté de ne pas perdre le ballon et même quand il y avait des solutions vers l’avant pour faire mal, on l’a senti hésitant, préférant jouer latéralement ou vers l’arrière.

En seconde, il a franchi un cap. Il a plus joué vers l’avant, notamment pendant une grosse vingtaine de minutes puis, quand Paris a reculé, il coupé de nombreuses passes dans le cœur du jeu pour empêcher les allemands de trouver Haaland, Sancho ou Reyna.

Le duo a donc été essentiel dans la construction de la victoire parisienne. Ils ont pris le dessus sur le milieu adverse, ce qui n’avait pas été le cas à l’aller. Mais il serait trop facile de résumer cela à l’absence de Verratti.

Trois pour deux postes

A l’aller, le petit italien avait été le meilleur. Pourtant, il n’avait pas été aidé par le repli inexistant des trois attaquants ce soir-là. Au retour, Neymar, Cavani, Di Maria et Sarabia ont énormément travaillé pour empêcher les allemands de jouer rapidement dans les phases de transition. Ça a permis au milieu de terrain d’être moins submergé par les vagues jaunes et noires. De plus, la ligne défensive, a défendu en avançant, ce qui a permis de réduire les espaces entre les lignes et donc de soulager aussi le milieu de terrain.

Désormais, Thomas Tuchel doit intégrer Paredes dans sa réflexion. Une des solutions pourraient être de jouer avec Paredes et Verratti puis de faire entrer le sénégalais pour faire les efforts en fin de match. Mais ce qui est sûr, c’est que dans ce système, Paris a désormais trois joueurs au niveau pour deux postes. Et quand on se souvient des galères pour trouver un milieu de terrain qui tienne la route, on ne va pas s’en plaindre.

Paris United

GRATUIT
VOIR