à la uneAprès matchArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Messi, l’heure de se réinventer

Face à Saint-Étienne, Messi a offert deux passes décisives. Si sa première période ne fut pas bonne, la seconde le fut bien plus. L’argentin doit désormais prendre conscience qu’il doit évoluer pour rester performant.

C’est toujours compliqué de parler de Lionel Messi. Il y a ceux qui sont exigeants et qui oublient, peut-être, qu’il a trente-quatre ans. Il y a ceux qui l’idolâtrent et qui pensent qu’il n’est juste pas critiquable. Mais il y a sûrement un juste milieu à trouver.

Lors de ses trois premiers matchs avec le PSG, on avait senti l’argentin désireux de faire simple. Il jouait alors en moins de trois touches de balle la majorité de ses actions, donnant et proposant rapidement. Puis, en manque de statistiques, il avait changé son jeu, essayant de forcer pour marquer et montrer qu’il était toujours capable.

Autre aspect important, il sortait de vingt ans de Barça, de principes de jeu forts et identifiés où l’équipe était à son service pour le mettre dans les meilleures dispositions. Même quand le club catalan était moins bien, tout tournait autour de l’argentin et il faisait encore des différences.

Dans un PSG sans collectif neuf matchs sur dix, c’est plus compliqué. On sent des réflexes de jeu barcelonais mais qui ne sont pas en adéquation avec ses nouveaux partenaires. Cette propension à rechercher la solution axiale, par exemple, en est un.

Messi doit se réinventer

Difficile de changer quand on a été la star de son équipe et du football mondial pendant si longtemps. Pourtant, la clé est là, dans la réinvention de son jeu.

On le voit bien, Messi n’est plus capable, ou trop peu, de faire la différence seul, sur une accélération, sur de la vivacité. En revanche, il a toujours sa technique, sa vision du jeu, sa qualité de passe. Et le salut passe sûrement par là.

Le numéro 30 parisien doit désormais se dire qu’il n’est plus le finisseur absolu, celui qui termine les actions. Il doit penser autrement et c’est le plus dur.

Alors qu’il a passé sa carrière à avoir une équipe pour lui, il doit désormais utiliser ses qualités au service des autres. Face à Saint-Étienne, il a offert deux passes décisives à Mbappé. Alors que sa première période ne fut pas bonne, la seconde fut bien meilleure, un peu plus bas, à l’organisation.

Si Pochettino se décidait à évoluer en 3-4-3 à chaque rencontre, on peut imaginer Messi derrière un duo MbappéNeymar, complètement libre de leurs mouvements et déplacements. Il serait alors à la baguette pour distribuer, distiller des passes qui font mal.

Dernière évolution envisageable, le respect du jeu. L’argentin doit permettre au PSG de trouver les latéraux. Or, il cherche trop souvent à ne combiner qu’avec quatre joueurs : Neymar, Mbappé, Verratti et Di Maria. Pourtant, avec Hakimi et Mendes sur les côtés, ce PSG a de vraies forces pour faire mal dans ces zones.

Critiquer Messi, ce n’est pas remettre en cause sa carrière, ses qualités ou la trace qu’il laissera dans le football. C’est juste constater qu’avec l’âge, le joueur doit se réinventer. C’est dur, ça touche l’égo, mais c’est la vie d’un footballeur.

Si les supporters parisiens devaient choisir entre un Messi qui marquerait six buts en Ligue des champions mais un PSG éliminé en demi-finale, ou un seul but mais une victoire en Ligue des champions, on connait déjà la réponse. Et si l’ancien barcelonais n’a pas de statistiques, mais qu’il fait partie de l’équipe qui apportera la première C1 au club, ça n’entachera pas sa carrière, au contraire.

Désormais, c’est au joueur de décider entre son égo et le collectif. On espère tous qu’il saura faire le bon choix.

Paris United

GRATUIT
VOIR