à la uneArticleLes joueurs

Mbappé et les bleus en finale de la ligue des nations

Au terme d’un match où chaque équipe aura eu sa mi-temps, l’équipe de France s’est imposée face à la Belgique 3-2. Elle jouera la finale de ligue des nations face à l’Espagne, dimanche soir.

Après un mois de septembre compliqué, les bleus étaient attendus face à la Belgique en demi-finale de la ligue des nations. Didier Deschamps continuait avec le 3-5-2 mis en place face à la Finlande le mois dernier.

La première période des bleus fut alors plus que compliquée. Mauvais choix, manque d’agressivité, un milieu de terrain dépassé, il n’en fallait pas plus pour que les belges mènent 0-2 à la pause grâce à Carrasco et Lukaku. Mais les partenaires de De Bruyne ont peut-être un peu trop cru que le match était plié.

Au retour des vestiaires, les bleus montaient d’un cran la position du bloc mais surtout mettaient enfin l’agressivité nécessaire pour un match de haut niveau. Benzema va réduire l’écart sur un superbe enchainement avant que Mbappé n’égalise sur penalty. Puis, arrivèrent les cinq dernières minutes complètement folles.

Lukaku pensait donner l’avantage définitif à son équipe mais son but était refusé pour un hors-jeu de quelques centimètres. Puis, c’est Pogba qui envoyait un coup franc sur la barre de Courtois. On pensait alors que le match irait aux prolongations. Mais dans le temps additionnel, sur un centre mal dégagé, Théo Hernandez récupérait et envoyait une belle frappe du gauche dans le but de Courtois. 3-2, la France se qualifiait pour la finale.

Cette équipe de France a montré de vraies lacunes en première période et du caractère en seconde. Plus que collectivement, c’est surtout sur le talent individuel que les bleus ont fait la différence.

Des bleus à réaction

En point d’orgue, l’entente entre Benzema et Mbappé, seul parisien titulaire jeudi soir. Le madrilène a relancé l’espoir grâce à son but mais il a surtout permis à l’équipe d’exister grâce à ses décrochages et à une maitrise technique exceptionnelle.

Mbappé, lui, a tenté en première mais sans réussite. En revanche, en seconde période, il a participé au pressing français, mais il a aussi fait de belles différences. Contrairement à d’habitude, il ne s’est pas contenté de rester côté gauche. Il a évolué sur tout le front de l’attaque, réalisant même des différences sur le côté droit.

Pour le reste, on aura vu une défense fébrile dans laquelle Varane est en grande difficulté et où Lucas Hernandez n’a pas montré plus que Kimpembe.

Cette équipe de France a le talent pour se déséquilibrer. Elle l’a fait en seconde période mais contrainte parce qu’il y avait deux buts à remonter. Deschamps a-t-il envie de ce déséquilibre ? Pas sûr quand on voit que le joueur de couloir droit, mercredi soir, c’était Benjamin Pavard, plus défenseur que contre-attaquant.

Dimanche, la France affrontera donc l’Espagne, vainqueur de l’Italie (2-1) et remporter la ligue des nations.

Paris United

GRATUIT
VOIR