à la uneArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

Le quatuor offensif est-il fiable pour les gros matchs ?

Un quatuor offensif semble se dessiner depuis la reprise. Les progrès sont intéressants mais le questionnement est toujours le même sur les efforts à la perte de balle. Et sur les quatre, y’a-t-il un maillon faible ?

Avec l’animation offensive du PSG, c’est toujours les mêmes interrogations qui reviennent. Peut-on jouer avec quatre attaquants en ligue des champions ? Les joueurs sont-ils prêts à faire les efforts défensifs ? Faut-il en sacrifier un dans les gros matchs ? La vérité est un peu plus complexe que cela.

En Ligue 1, comme on l’a vu face à Montpellier, mais comme on l’avait vu en décembre 2019 et janvier 2020 sous Tuchel, pas de problème, le PSG a assez de marge et d’emprise pour s’imposer contre tout le monde dans ce système. Avec Icardi en pointe, et Mbappé plus proche de lui et pas sur un côté, ça donne de la présence dans l’axe, mais ça permet aussi au français d’être libre de bouger et d’utiliser les espaces pour prendre la profondeur.

Offensivement, quand les quatre décident de respecter le jeu, le collectif, de faire dans la simplicité plutôt que de tomber dans la facilité, rien ne semble pouvoir leur résister.

Dans cette configuration, le seul doute concerne le travail défensif, de contre-pressing. Neymar l’a toujours fait dans les grands rendez-vous. Di Maria l’a déjà fait au PSG, mais il semble moins enclin à la faire depuis plusieurs semaines. Icardi n’est pas un monstre d’effort comme l’était Cavani et Mbappé ne montre pas non plus de gros efforts défensifs à la perte de balle.

Le travail défensif, c’est une question d’état d’esprit. On ne demande pas aux attaquants de tacler, de mettre de l’impact ou de récupérer les ballons. Le rôle des joueurs offensifs est surtout de gêner la première relance grâce à un positionnement intelligent et d’empêcher l’adversaire de jouer long ou de trouver rapidement une passe profonde qui éliminerait plusieurs joueurs.

Si Pochettino souhaite poursuivre avec ce quatuor, il va falloir que tout le monde fasse les efforts pour le bien du collectif. Mais il y a une autre raison. En décidant d’aligner Paredes et Verratti au milieu, l’argentin fait le choix de l’utilisation du ballon. Si les deux joueurs sont livrés à eux-mêmes si les quatre de devant ne travaillent pas, le PSG risque de prendre l’eau.

S’il y en avait un en danger, ce serait Di Maria

Sur les quatre offensifs, les performances sont très variées. Même s’il agace parfois quand il cède à la provocation, Neymar est intouchable. C’est de lui que vient le danger par ses dribbles, sa qualité de passe et son positionnement entre les lignes. Icardi est un vrai avant-centre et permet d’avoir toujours de la présence dans la surface et de fixer la défense centrale. On peut imaginer que dans un match où il faut plus combattre, Kean peut aussi être aligné à la place de l’argentin. Mbappé, quand il est recentré comme c’était le cas contre Montpellier et qu’il attaque la profondeur est dangereux mais il étire également la défense adverse ce qui permet, en plus de se procurer des occasions, de pouvoir trouver les milieux offensifs dans les interlignes entre le milieu et la défense.

Reste le cas Di Maria. L’argentin n’apporte plus ce qu’on est en droit d’attendre de lui depuis plusieurs mois. Non seulement il semble avoir moins de volume de course, mais il semble même avoir moins de jambes pour faire la différence. Même si c’est un joueur qui a toujours eu du déchet, et c’est normal pour un offensif qui provoque beaucoup, il en a de plus en plus, notamment dans son jeu de passes. Certes, contre Montpellier, il délivre une très belle passe décisive à Mbappé, mais on est en droit d’en attendre plus d’un tel joueur.

Si Pochettino devait s’en passer, reste à savoir s’il le ferait poste ou poste ou en changeant de système ? À sa place, dans le 4-4-2, Sarabia peut être un candidat. Mais le Sarabia du début de saison dernière, pas celui qui erre depuis des mois sur le terrain. Draxler pourrait aussi postuler. L’allemand possède une qualité de passe et d’élimination qui aurait dû en faire un concurrent crédible. Peut-il se réveiller pour les derniers mois de contrat qu’il lui reste au club ?

Reste une solution qui semble se dessiner d’après les infos de plusieurs médias. Delle Ali semble toujours sur les tablettes parisiennes et Tottenham semble désormais ouvert à une discussion. Pochettino a eu le joueur sous ses ordres quand il entrainait les Spurs, il doit donc avoir une idée du rôle à lui attribuer. L’anglais peut évoluer en numéro 10 ou sur les côtés, même s’il a été plus aligné côté gauche que côté droit.

Enfin, Rafinha peut également permettre de remplacer Di Maria. Soit sur un côté, position qu’il a déjà occupée pendant son parcours, soit, s’il y a changement de système, en 10 derrière Icardi et en replaçant Mbappé à droite, soit en relayeur si Paris repassait en 4-3-3.

La décision finale appartient à l’entraîneur. À lui de juger si Di Maria est indispensable ou s’il doit être mis en concurrence. Ce qui est sûr, c’est que sur les quatre attaquants, c’est peut-être l’argentin qui est le plus en danger.

Paris United

GRATUIT
VOIR