à la uneArticleL'équipeLe ClubLes joueurs

La vie avec ou sans Neymar

Plusieurs médias, dont Le Parisien, annoncent que le PSG et Neymar envisagent de se séparer. Même si le brésilien est très souvent absent, son départ serait-il une bonne nouvelle ?

Quand il est en forme, la question ne se pose pas. Puis, surviennent les blessures, les quatre ou cinq matchs qui lui servent à retrouver du rythme et là, nombreux sont ceux qui souhaitent le voir partir. Ainsi va la vie de Neymar au PSG.

Les raisons qui poussent à un départ

Après cinq saisons au PSG, Neymar a disputé environ 50% des matchs. C’est trop peu. La faute à des blessures, souvent longues. Il faut admettre qu’elles sont plus souvent dues à des adversaires qu’au joueur lui-même.

Le brésilien a donc régulièrement manqué plus de deux mois consécutifs de compétition. Le premier problème, c’est qu’il passe souvent ses convalescences au Brésil. Dans l’absolu, ce n’est pas un problème, beaucoup de joueurs repartent dans leur pays pour se soigner. Sauf que lui poste régulièrement sur les réseaux sociaux ses soirées et on est loin de la retraite pour travailler dur et revenir le plus vite possible.

Ensuite, quand il enfin apte, il lui faut quatre à cinq matchs pour retrouver du rythme. Neymar fait partie de ces joueurs qui montent en puissance grâce aux matchs et pas à l’entrainement. Quand vous avez manqué une dizaine de rencontres, et qu’il vous en faut cinq pour redevenir compétitif, on en est à une quinzaine de matchs et là-aussi, c’est trop.

On pourrait également parler de ses moments d’énervement sur le terrain. Trop souvent, le numéro 10 parisien tombe dans tous les pièges de la provocation. Il devient alors ingérable et on a l’impression de voir un enfant dans une cours d’école qui vient défier ses adversaires en un contre un pour les humilier. Sans compter les cartons reçus pour contestation ou pour des altercations verbales et parfois physiques.

Enfin, le brésilien bénéficie de nombreux passe-droits qui irritent ses coéquipiers. Les retards, les vacances prolongées, les voyages pour se soigner, tout cela crée une atmosphère étrange autour du joueur.

Quand il est en forme, il reste un excellent joueur

Mais voilà, tout n’est pas si simple. Si on s’en tenait aux points négatifs, il n’y aurait pas débat. C’est bien là le problème.

Quand il est en forme, Neymar reste ce joueur capable de différences. La saison dernière, jusqu’à sa blessure à Saint-Étienne, il était performant et se comportait même comme un leader. À Metz, par exemple, quand il avait été le meilleur parisien et qu’il avait délivré une superbe passe décisive pour Hakimi. Face à City, où il s’était démené pour travailler défensivement et permettre au PSG de tenir sa victoire.

Parce que beaucoup ont une fausse image du brésilien. Contrairement aux idées reçues, il participe au travail défensif et fait régulièrement partie des joueurs qui courent le plus.

Avec le ballon, quand il respecte le jeu, il est également à un niveau que peu de joueurs de l’effectif parisien peuvent attendre. Ses matchs face au Bayern, il y a un an et demi, avaient été énormes. Il lui avait juste manqué un but pour terminer le travail. Lors du Final 8, il avait également fait partie des parisiens les plus performants et là-aussi, il lui avait manqué un but pour que ses prestations soient perçues différemment.

En vingt-deux matchs de Ligue 1 la saison dernière, il a inscrit 13 buts et offert six passes décisives. Depuis qu’il est au PSG, toutes compétitions confondues, il a disputé cent-quarante-quatre rencontres et a inscrit 100 buts et délivré 60 passes décisives.

L’avenir

Désormais, plusieurs questions se posent autour de Neymar. Tout d’abord, son positionnement. Il n’est plus capable d’éliminer en un contre un, sur un côté, comme il le faisait à Barcelone, en sélection brésilienne et à son arrivée au PSG. En revanche, il est toujours capable de passes qui font mal, justes et dans le bon tempo. Le recentrer, comme l’a fait le sélectionneur brésilien, est une vraie idée pour l’avenir. Il pourrait alors soit évoluer comme meneur de jeu derrière un ou deux attaquants, soit en position de faux numéro 9 avec la liberté de décrocher pour venir organiser et libérer des espaces. Mais il pourrait aussi évoluer comme un troisième milieu. Il a le volume de jeu pour cela, la qualité de passe aussi.

L’autre interrogation viendra de son investissement. À trente ans, le brésilien doit comprendre qu’il n’a plus de temps à perdre. Il doit respecter le jeu et ne plus tomber dans la provocation. Il doit également comprendre qu’il n’a plus son corps de vingt ans. En est-il capable ?

Le travail du club et du staff est de le mettre devant ses responsabilités. Avec un Neymar investi et respectueux du jeu, le PSG peut aspirer à de grandes choses. Sinon, il faudra faire le deuil et passer à autre chose. C’est aussi ça la vie du football.

Paris United

GRATUIT
VOIR