à la uneArticleL'équipeLe ClubLes "titis" parisiensLes joueurs

Kimpembe: Et s’il avait besoin de concurrence ?

Exclu à Rennes, Kimpembe a sûrement terminé sa saison dimanche soir. Auteur de quelques prestations solides, il est, lui aussi, passé au travers de certaines rencontres. Et si, finalement, la concurrence lui faisait du bien.

On joue la 87ème minute de ce Rennes – PSG. Paris s’éloigne du titre quand Doku est lancé en contre. Presnel Kimpembe arrive alors lancé et tacle sèchement le rennais. Carton rouge direct. Le parisien devrait donc écoper de deux matchs, peut-être trois. Il lui restera alors à espérer que le PSG se qualifie pour la finale de la coupe de France pour espérer jouer un dernier match cette saison.

La saison de Kimpembe est jalonnée de haut et de bas. Contre le Barça ou le Bayern, Les deux fois à l’aller, il a été très solide, remportant de nombreux duels et plutôt propre dans sa relance. En revanche, à Leipzig ou à Rennes, il a souffert et a été expulsé les deux fois. Ses deux expulsions ont eu lieu en fin de match, sur des tacles non maitrisés, souvent teintés d’un message.

Lors de deux cartons rouges, Paris souffrait. Il avait alors disjoncté comme pour signifier son agacement, son énervement. Véritable titi formé au club, Presko a sûrement plus réagi avec son cœur de parisien qu’avec la réflexion d’un joueur professionnel. En symbole, cette action à Lille, en décembre, quand, alors qu’il venait de se claquer à la cuisse, il serra les dents pour tenir et aller tacler Burak qui filait au but. C’est aussi pour cela qu’on lui en veut un peu moins qu’à d’autres.

Comme la majorité de ses coéquipiers, le défenseur central n’a pas réalisé une énorme saison, contrairement à la précédente. Meilleur avec Marquinhos, il a aussi évolué avec Danilo, soit quand Tuchel avait fait ce choix, soit quand le brésilien était absent. Pas protégé par un milieu de terrain souvent dépassé, il a subi les assauts adverses, Paris subissant, en ligue des champions, plus de 17 tirs de moyenne par match, un record depuis que le PSG est en C1.

Faire toute sa carrière à Paris

Cette saison, le PSG n’avait pas de troisième défenseur central digne de ce nom. Danilo a dépanné, Kehrer est perdu et Diallo, trop souvent blessé, ne s’est jamais imposé comme un concurrent crédible. Et si c’était ça le problème ?

Depuis qu’il évolue avec les pros, en 2014, le natif de Beaumont-sur-Oise a toujours vécu avec une concurrence féroce en défense central. Cela lui a permis d’apprendre, de progresser, mais aussi de ne jamais se relâcher pour gratter du temps de jeu.

Les deux dernières saisons, il fut installé par Tuchel avec Silva à ses côtés, Marquinhos évoluant au milieu de terrain. Avec le départ du capitaine brésilien, il a formé la charnière avec Danilo puis Marquinhos. Mais peut-on imaginer que ce manque de concurrence lui a joué des tours ? Dans le football, il y a des joueurs qui ont besoin de sérénité, d’être sûrs de jouer pour donner leur pleine mesure, et il y a ceux qui ont besoin d’être poussés, concurrencés. Presko fait peut-être partie de ceux-là.

Le PSG a mal construit son effectif en se privant d’un troisième défenseur central de haut niveau, ne serait-ce que pour avoir un joueur compétitif en cas d’absence d’un des titulaires. Mais il a peut-être mis aussi son titi dans un confort qui ne lui convient pas.

Pour franchir un nouveau cap et devenir plus régulier, Kimpembe a sûrement besoin de concurrence. Cela lui permettra de souffler un peu sur certains matchs, mais aussi d’être plus concentré pour éviter des erreurs mais aussi des pétages de plomb qu’on ne lui connaissait pas.

Pour passer un cap, certains ont besoin de partir. Pour le champion du monde, un peu de concurrence devrait suffire et lui permettre de continuer à jouer pour son club de cœur.

Paris United

GRATUIT
VOIR