à la uneActualités du ClubLe ClubLes joueurs

Keylor Navas : « Je ressens de l’amour ici, à Paris »

Le portier costaricien du Paris Saint-Germain, Keylor Navas s’est récemment confié au cours d’un entretien vidéo diffusé sur le site officiel du club francilien. De quoi revenir sur son parcours, ses influences et le mental de ce joueur hors du commun.

Arrivé dans la capitale en 2019, après 5 saisons au Real Madrid, Keylor Navas s’est fondu dans le groupe du club champion de France comme il le décrit ainsi : « Je ressens de l’amour ici, à Paris. En Espagne, j’ai eu le sentiment qu’une partie du club ne croyait pas totalement en moi. Je serai toujours reconnaissant aux supporters du Real pour le soutien fidèle qu’ils m’ont apporté et qu’ils me montrent encore aujourd’hui malgré le fait que j’ai changé d’équipe. Mes coéquipiers à Madrid ont toujours cru en moi aussi. Mais ici, au Paris Saint-Germain, les choses sont différentes. Tout le monde croit en moi. J’essaie de leur montrer chaque jour sur le terrain que je mérite leur confiance ».

Le triple vainqueur de la Ligue des champions décrit ensuite son poste, celui de gardien de but : « C’est un poste à part celui de gardien. Tu es souvent seul et tu attends que la balle arrive jusqu’à toi mais tu peux te mettre en valeur quand l’équipe adverse se créé une occasion et que tu peux apparaître comme celui qui sauve son équipe. Pour nous, les gardiens, arrêter un tir adverse provoque une grande satisfaction à l’image de ce que les joueurs de champ ressentent lorsqu’ils marquent un but ».

Devenu aujourd’hui l’une des références à son poste, le joueur revient sur ceux qui l’ont inspiré : « Quand j’étais au Costa-Rica, il y avait un gardien qui s’appelait Lester Morgan. J’aimais beaucoup son agilité et ses réactions. Plus tard, j’observais Iker Casillas et Gianluigi Buffon, bien sûr. Ils étaient des références mondiales et je regardais leurs matches en essayant d’apprendre d’eux ».

Si le joueur est aujourd’hui heureux, il n’oublie pas autant son parcours et revient sur celui-ci ainsi que sur la force mentale qui lui a toujours permis de se transcender en ces mots : « Dans chaque club où j’ai évolué, j’ai toujours eu en tête de ne pas essayer d’être meilleur qui quiconque. Ma volonté, c’est d’écrire ma propre histoire. Chaque joueur possède une histoire différente de celle des autres et moi, je veux construire la mienne, du mieux possible. J’avais déjà cette mentalité en Espagne, à Albacete et à Levante puis au Real Madrid, où j’ai dû succéder à un grand gardien comme Iker Casillas. Je n’ai pas essayé de démontrer que j’étais meilleur que lui ou que ma carrière serait plus réussie que la sienne. J’ai simplement essayé de profiter de la chance qui m’étais offerte de travailler dur, de faire les choses humblement et du mieux possible. Et c’est aussi ce que je suis venu réaliser à Paris, saisir cette opportunité, me donner à fond et tenter de décrocher de nombreux titres pour le club, pour les fans, pour mes coéquipiers. Mais j’insiste, sans jamais essayer de me comparer à qui que ce soit ».

Dans une forme exceptionnelle ces derniers mois, le portier ne paraît pas surpris comme il l’explique : « Je me sens bien. Je pense que l’un des meilleurs conseils que j’ai suivis était celui de prendre soin de moins pour arriver à la trentaine en bonne santé. Je fais tout en ce sens. Je suis tranquille. Je me sens fort à l’entraînement et en match. Je me dis que je peux apporter encore beaucoup au football ».

S’il y a bien un exercice dans lequel le dernier rempart francilien excelle, c’est celui du tir au but. Une situation qu’il décrit ainsi : « Quand je suis dans cette situation, j’essaie de me concentrer. J’espère que Dieu me donnera la paix pour être calme et prendre la bonne décision. Je me dis que je vais l’arrêter ce penalty. Souvent, je n’y parviens pas car beaucoup de joueurs sont très habiles et ils tirent bien mais si j’ai la moindre chance de l’arrêter, je fais tout pour saisir cette opportunité. Grâce à Dieu, j’y suis déjà arrivé quelques fois mais je ne cherche pas à intimider le tireur adverse, je pense que c’est un moment de tension pour tout le monde. Il faut simplement se préparer et appréhender cette situation pour donner le maximum ».

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’interview sur le site officiel du PSG.

Paris United

GRATUIT
VOIR