à la uneLes joueursOeil du supporter

Juan Bernat, l’invité surprise

Une arrivée inattendue lors du mercato estival, critiqué avant même son premier match, Juan Bernat a su s’imposer à un poste fondamental pour le Paris Saint-Germain. Après la retraite de Maxwell et les soucis physiques à répétition de l’ancien titulaire du poste, Layvin Kurzawa, le club de la capitale avait besoin d’un élément tel que le natif de Cullera.

 

Un travailleur de l’ombre

Après plusieurs saisons compliquées avec son ancienne équipe du Bayern Munich, Juan Bernat débarque au Paris Saint-Germain avec la ferme intention de montrer l’étendue de ses qualités. Sa principale motivation est évidemment de devenir incontournable aux yeux de Thomas Tuchel. Première mission brillamment réussie pour le petit latéral espagnol, notamment par sa capacité et sa connaissance du système à trois défenseurs centraux qu’il avait déjà expérimenté sous la houlette du maître en la matière, Pep Guardiola. Ce rôle de piston dans le couloir gauche correspond parfaitement au jeu et aux qualités techniques de l’ancien munichois. Explosif sur les premiers mètres, Juan Bernat peaufine ses gammes par une vision du jeu, extrêmement intéressante. Souvent associé à Angel Di Maria, la relation entre les deux gauchers influe très nettement sur le jeu du club de la capitale. En effet, malgré le repositionnement dans l’axe de Neymar, la majeure partie des attaques parisiennes se construise sur le côté gauche.

Utilisation du côté gauche Utilisation du côté droit Utilisation de l’axe
37% 33% 30%

Par des dédoublements, des appels dans le dos des défenseurs adverses, Bernat se montre très disponible sur le front de l’attaque. Souvent incisif dans ses prises de balles, il parvient à attirer les centraux adverses et ainsi, libérer des espaces pour les attaquants axiaux, à l’affût du moindre centre. Depuis l’ère Maxwell, le joueur formé à Valence est sans doute, le latéral le plus complet depuis l’arrivée de QSI dans la capitale.

Juan Bernat en chiffres

Utilisé près de 38 heures (Ligue 1 et Ligue des Champions) par son entraîneur, le défenseur espagnol est un élément clef du « système Tuchel ».

Souvent décrié pour ses replis défensifs et sa difficulté à négocier des duels face à des ailiers virevoltants, le latéral ibérique contredit ces dires par des statistiques intéressantes. Avec moins d’un dribble subi par match, le Parisien est très peu pris à défaut en 1 contre 1 même s’il est vrai que sa mauvaise appréciation du jeu dans son dos, l’a souvent desservi.

LA statistique à retenir, notamment après la terrible élimination face à Manchester United est le nombre de buts inscrits par Bernat en Ligue des Champions. Avec 3 réalisations, il est le troisième meilleur buteur de cette édition 2018-2019, derrière Neymar et Kylian Mbappé. Toutefois, le latéral parisien se distingue de ses compères d’attaque par l’importance de ses buts. Face à Naples, il ouvrira le score, contre Liverpool, dans une rencontre décisive il récidivera et enfin mercredi soir, sa « grinta » lui a permis pendant quelques minutes, de redonner espoir à tout le Parc des Princes. Il n’est sans doute pas le meilleur à son poste, mais sa hargne et sa volonté à redoubler les efforts font de Juan Bernat, la meilleure recrue de cette saison.

Le dossard numéro « 14 » laissé orphelin par un autre guerrier a trouvé preneur et a de beaux jours devant lui.

Valentin Dionot pour Paris United

Visuel statistique de Mehdy

Crédit photo en tête : Nine.prod

Sources statistiques (WhoScored.com, Trasnfermarkt.com)