à la uneLes joueursOeil du supporter

Di María : l’ange parisien

Kylian Mbappe attire, à juste titre, toute l’attention ces dernières semaines. On en parle moins, mais Ángel Di María fait une année 2019 admirable.

Il y a quatre ans, Ángel Di María signait dans le club de la capitale. Un joueur que j’admirais lorsqu’il réalisait des exploits au Benfica Lisbonne. Une des plus belles pattes gauche du monde. Puis vient alors l’apothéose. La plus belle saison de sa carrière. Celle de 2013-2014 où «  El Angelito  » va soulever sa première Ligue des Champions sur la pelouse de… son ancien club. La décima du Real Madrid qui plus est, tout un symbole. Lors de cette finale inoubliable contre l’Atlético de Madrid (égalisation de Sergio Ramos à la dernière seconde, 4-1 en prolongation), l’Argentin avait été élu homme du match.

Une consécration qui venait couronner une saison tout bonnement exceptionnelle durant laquelle Carlo Ancelotti avait eu la bonne idée de placer le joueur en position de relayeur. Une réussite totale. Oui, mais voilà. Depuis son départ d’Espagne, l’ailier n’a pas réussi à faire une saison entière réussie. Des coups de génie intermittents, insuffisant pour un joueur de ce standing. Le joueur type qui nous fait passer par tous les états lors d’un même match. Celui qu’on sortirait à la mi-temps, puis qui nous sauve le match à l’ultime seconde du match, tout en étant transparent pendant 90 minutes (vous voyez de quel match je parle, on y reviendra plus bas). Depuis sa signature au PSG, le joueur âgé de 31 ans n’avait jamais réussi à enchaîner plusieurs très bons matches. Jusqu’à cette année.                

 

Début de saison compliqué

C’est dans ce contexte qu’avant le début de saison, peu de monde aurait misé sur Ángel Di María. Avec Edinson Cavani, Neymar et Kylian Mbappe, on pensait l’attaque parisienne figée. Pourtant, l’Argentin arrive à tirer son épingle du jeu. Mieux encore. «  El Fideo  » a été le joueur offensif le plus utilisé lors de la première partie de saison. Le deuxième de l’effectif derrière Thiago Silva. Étonnant ? Pas tant que ça. En début d’année, Thomas Tuchel avait prévenu : «  Ne l’oubliez pas. Dans cette position d’attaquant, nous avons quatre joueurs, pas seulement trois, il y a Angel aussi. » Surtout que l’entraîneur allemand admire les joueurs avec différents profils car il peut les utiliser dans plusieurs schémas tactiques. Ailier gauche, droit, derrière l’attaquant, milieu de terrain… Ángel sait s’adapter. En plus d’être jamais blessé. Mais comme ses trois saisons précédentes à Paris, Di María ne convainc pas. Le 24 octobre, face à Naples pour le compte de la troisième journée de Ligue des Champions, on observe le joueur dans toute sa splendeur. Son aventure parisienne est résumée en un match. Alors que les minutes passent et qu’on se demande ce qu’il fait encore sur le terrain, le joueur nous régale d’une frappe somptueuse pour arracher l’égalisation à la 93e minute et empêcher les Italiens de l’emporter. Une semaine plus tard, il signe une prolongation jusqu’en 2021. On se dit alors que le déclic est là. Que le sud-américain va enfin réussir une saison pleine. Les 11 derniers matches de Di María vont nous faire redescendre : 0 but et 2 petites passes décisives.           

     

Ultra désicif

La nouvelle année nous a offert un nouvel homme. Peut-être que les blessures de Cavani et Neymar l’ont aidé à se libérer. Ce qui est sûr, c’est que Di María en profite et n’est pas loin d’être le meilleur parisien depuis la blessure du Brésilien. Si Kylian Mbappé, stratosphérique niveau statistique, est souvent mis en avant, «  El Angelito  » enchaîne les grandes performances et prend les choses en main en 2019 ; 6 buts et 4 passes décisives en 11 matches. Le joueur semble enfin régulier. Surtout lors des grands rendez-vous comme face à Manchester United. Ce qui lui manquait lors des précédentes années. Son coach ne tarit pas d’éloges après le quart de finale de Coupe de France face à Dijon : «  J’étais un grand fan de sa mentalité. Et maintenant, c’est mon joueur. Comme je lai déjà dit, cest un cadeau. Il montre sa qualité chaque jour. Il est super fiable. C’est un joueur très professionnel avec un bon état d’esprit. Il est fidèle, très compétitif. Avec lui, tu peux gagner, car il joue pour gagner, pour marquer. En ce moment, il est très important et intéressant pour nous car il a la qualité de finir nos attaques. Il a la qualité, la précision avec sa frappe. C’est bien il a marqué beaucoup de buts importants et de passes décisives. » Il est d’ailleurs co-meilleur passeur de Ligue 1 avec Nicolas Pépé et Kenny Lala (8). Di María a même fait son entrée dans le top 10 des meilleurs buteurs parisiens (63), et le top 3 des meilleurs passeurs du club (63) derrière Mustapha Dahleb (80) et Safet Susic (97). Pas mal du tout pour un joueur qui n’est pas régulier depuis qu’il a signé au PSG. En plus de son importance dans le jeu parisien de plus en plus forte, on na jamais senti Di María aussi heureux dans la capitale, à l’image de sa nouvelle célébration. On espère que celle-ci rentrera dans la légende le 1er juin.

Mehdi Sefraoui

Montage : PariscompsHD 

Visuel en-tête : Matthias Design