à la uneActualités du ClubLes joueurs

Di Maria face à la Commission de discipline de la Ligue

PSG-OM, encore et toujours ! Alors que l’altercation entre Neymar et Alvaro Gonzalez occupe toutes les rubriques, une autre affaire va être abordée en commission de discipline, celle du crachat de Angel Di Maria, également à l’encontre du défenseur Marseillais.

Ce mercredi, l’ailier argentin sera auditionné par la Commission de discipline de la LFP, une semaine après l’audience ayant vu Neymar, Kurzawa et Paredes être sanctionnés pour les événements ayant eu lieu en fin de match.

Le cas étudié ce jour porte sur le crachat de l’international albiceleste en direction de Alvaro Gonzalez, défenseur espagnol de l’Olympique de Marseille. Ce fait s’est déroulé au cours du match, et non lors du pugilat ayant conclu ce dernier. Tout démarre en première mi-temps, par une bousculade du rugueux défenseur marseillais, quelques mots sont échangés puis, lorsqu’il va se replacer, Angel Di Maria crache en direction de son opposant. Ce dernier se précipite alors sur l’arbitre assistant du match, réclame la VAR et se touche la joue pour faire constater l’infraction. Quelques secondes plus tard, il échangera d’autres noms d’oiseaux avec Neymar, qui auront eux aussi de lourdes répercussions…

Cet incident « a fait l’objet d’une recherche par l’assistance vidéo à cette minute-là et elle n’a pas trouvé d’images qui étayaient ce fait-là », explique Pascal Garibian, directeur technique de l’arbitrage, à l’AFP. Les images arriveront par l’intermédiaire de Téléfoot, nouveau diffuseur du Championnat de France. Ce sont sur ces images que la commission a mené son enquête et qu’elle a décidé de convoquer l’attaquant parisien. Le joueur sera alors entendu pour « expectoration volontaire susceptible d’atteindre une personne ou en direction de celle-ci ». Ainsi, la commission aura pour tâche d’attester que l’international argentin a craché volontairement en direction du joueur adverse. En premier lieu, les images attestent que son crachat n’a pas touché le joueur espagnol mais, dans le cas où le contraire pourrait être prouvé, la sanction serait encore plus lourde car cela constitue « une circonstance aggravante, dont il devra être tenu compte dans la détermination du quantum de la sanction, et encore davantage lorsque le crachat l’atteint au visage ». De plus, le joueur revenait de quatorzaine suite à un test positif au Covid-19. Ces derniers points sont cruciaux car ils définiront la teneur de la sanction. En effet, Di Maria, risque entre un et six matches de suspension. La longueur de la suspension sera décidée en fonction des éléments dont dispose la commission. Selon les images de Téléfoot, la sentence pourrait être de trois ou quatre matches de suspension.

Entre blessures et suspensions, le début de saison du Paris Saint-Germain vire au casse-tête pour son entraîneur, Thomas Tuchel. Nul doute qu’une lourde suspension de Angel Di Maria serait un vrai problème tant ses dernières prestations, face à Metz et à Nice, furent utiles à l’équipe.

Paris United

GRATUIT
VOIR