à la uneLes joueursOeil du supporter

Dani Alves, Le leader dont le PSG a besoin

Élément clé de l’effectif parisien, aussi bien dans le vestiaire que sur le terrain, le PSG n’a pas réfléchi une seconde avant de renégocier le contrat de Dani Alves. Si sa prolongation est une quasi-certitude, la question est de savoir si elle sera d’un an, comme préconisé par le club, ou bien de deux ans, condition préférée par l’Auriverde. En attendant le contrat final, retour sur les performances et l’importance de l’international brésilien.

 

Une mentalité de leader

Joueur le plus titré de la planète football devant Messi ou Iniesta, notre Dani Alves est le leader que le Paris Saint-Germain mérite. Fort de ses années d’expérience en compétitions européennes et mondiales, le défenseur de 35 ans apporte un mental indispensable à la pérennité du PSG dans les grandes compétitions. “Chaque jour passé avec lui est un challenge. Il est extrêmement exigeant. il veut toujours le meilleur de lui-même, de ses coéquipiers et de moi. C’est un leader d’énergie, il ne s’arrête jamais. Entraîner des joueurs comme lui, Gigi Buffon, Thiago Silva ou Di Maria est un cadeau pour moi » nous rappelait le coach Tuchel en conférence de presse.

Véritable pilier du vestiaire parisien, Alves conserve son exigence aussi bien avec ses coéquipiers qu’avec son entraîneur. Une exigence couplée à un mental d’acier, nécessaire en Ligue des Champions.  Je n’ai pas peur d’un retour, parce que si vous êtes effrayé, vous ne pouvez atteindre aucun objectif. Je pense que le passé est le passé, et vous créez une histoire.” rassure-t-il. C’est ce que veulent entendre tous les supporters parisiens, encore traumatisés de la … n’en parlons plus.  L’année dernière, après la défaite contre le Real, il n’avait pas hésité à pointer du doigt ce qu’il manquait au PSG et à le clamer haut et fort. “Aujourd’hui, au PSG, je pense qu’il y a un manque d’alchimie, une connexion générale qui doit se refléter sur le terrain. J’ai déjà vécu ce type de problèmes dans d’autres équipes et en sélection brésilienne » avait-il déclaré. Alchimie que l’on retrouve en effet bien plus cette année, en partie grâce au coach Tuchel. Le Brésilien s’inscrit, aux côtés de Gigi et Thiago, comme le grand frère et leader de cette équipe parisienne.

 

Parfois en difficulté sur le terrain…

C’est sur le terrain que le joueur pèche un peu plus. Alors qu’il inscrit une très belle saison passée, ses performances restent encore trop instables cette année. En effet, la saison dernière Dani Alves était le latéral le plus efficace de l’équipe. Avec 7 passes décisives et une moyenne de 63 passes réussies par match, le latéral devance, et de loin, ses coéquipiers au même poste. Si l’on regarde également le nombre de ballons joués, le Brésilien était à 97 en moyenne par match. Stat qui n’a pas dû échapper à Tuchel, qui décidera de le réquisitionner au milieu. Fort de son jeu long, Alves est parfaitement à l’aise à ce poste. Sa polyvalence est sans doute l’un de ses meilleurs atouts cette saison. Le joueur offre à Thomas Tuchel le confort d’une alternative de qualité au milieu. Le coach n’hésitera pas à l’utiliser aussi bien en milieu droit (9 fois), milieu défensif (6) qu’en arrière droit (3).

Blessé au ligament du genou le 8 mai 2018, le numéro 13 était revenu sur la pelouse du Parc 6 mois après pour le match contre Toulouse et juste avant celui de Liverpool. Handicapé au milieu de terrain à l’époque, Tuchel avait tiré profit du Brésilien. « Dani Alves est le numéro 1 au milieu. Il n’est pas un latéral droit en ce moment. Il peut jouer dans le but, en 10, ou en pointe, je sais que je peux compter sur lui et qu’il sera très professionnel et qu’il donnera tout sur le terrain pour l’équipe » avait-il déclaré encore une fois en conférence de presse. Le joueur a prouvé son efficacité lors de rencontres importantes comme face à Manchester. Utilisé comme milieu droit, il était à la hauteur des attentes du coach et des parisiens. Seulement ce n’est pas toujours le cas. Du haut de ses 35 bientôt 36 ans, Alves n’a plus la même endurance qu’avant. Cela s’est ressenti contre Lyon par exemple. Rencontre qu’il a disputé entièrement mais durant laquelle il a eu beaucoup de mal à faire face au pressing lyonnais. Si le mental et l’expérience de l’international sont essentiels au vestiaire parisien, il ne faut pas délaisser pour autant les compétences physiques et techniques sur le terrain. A quelques jours du match retour contre les “Red Devils”, on attend un Dani Alves toujours plus enragé et surtout endurant face au pressing adverse. Si ces compétences sont souvents réunies lors des rencontres de Champions League, on les attend également pendant les matchs de Ligue 1, quelque soit l’adversaire.

Source: Whoscored

crédit photo : Florence Pernet

Paris United

GRATUIT
VOIR