à la uneAprès matchL'équipeLe ClubLes joueurs

Bakker doit progresser

Depuis la finale de la coupe de France, Mitchel Bakker enchaîne les matchs. Avec la blessure de Bernat et la suspension de Kurzawa, le néerlandais va continuer à occuper le couloir gauche de la défense. Mais il doit encore progresser.

Titulaire lors des deux finales de coupes nationales disputées en juillet (Saint-Etienne et Lyon), il avait profité des problèmes musculaires de Kurzawa et Bernat pour disputer les deux rencontres. Mitchell Bakker, c’est un peu l’invité surprise. Troisième dans la hiérarchie des latéraux gauches du PSG, le néerlandais enchaîne grâce à la suspension de Kurzawa et la grave blessure de Bernat.

Les dirigeants ont déclaré que le poste de latéral gauche n’était pas une priorité, contrairement à un attaquant, un milieu et un défenseur central. On peut donc s’attendre à le voir jouer régulièrement, peut-être même en Ligue des champions.

L’ancien de l’Ajax est un joueur sérieux, volontaire. Il essaie de faire au mieux, mais on le sent encore timide, celui qui ne veut pas faire d’erreur comme coûter un but à son équipe. Alors, trop souvent, il joue vers l’arrière, et, même quand il est en position de centre, il n’ose pas, préférant jouer court sur le joueur le plus proche, Neymar, Verratti ou Mbappé. La confiance aidant, peut-être qu’il osera un peu plus dans le futur. Il doit s’imposer de ce côté-là, montrer à ses partenaires qu’il n’est pas là par hasard ou par défaut.

Un positionnement défaillant

En revanche, il y a un élément qui est dû à son niveau tactique : le positionnement. Défensivement, il est très souvent mal placé, mal orienté, avec une mauvaise lecture du jeu. À Reims, par exemple, en première mi-temps, il a anticipé une passe vers l’extérieur, laissant l’axe du terrain ouvert. Le rémois ne s’est pas fait prier pour jouer à l’intérieur, heureusement bien couvert par Kimpembe. Alors, il compense par sa combativité et sa puissance, mais face à des adversaires plus forts, il risque d’être très vite en grande difficulté.

À gauche, Kurzawa est loin d’être une valeur sûre. Bernat est gravement blessé. Bakker va donc jouer régulièrement. La Ligue des champions va arriver rapidement, le 20 ou 21 octobre et l’ancien monégasque n’aura pas repris la compétition. Le néerlandais doit donc accélérer son apprentissage, sa progression. Au PSG, il faut apprendre vite et le néerlandais, à cause des absences, va devoir le faire encore plus vite que d’habitude.

crédit photo: le10sport.com

Paris United

GRATUIT
VOIR