à la uneLes anciens du PSGOeil du supporter

Quelle trace Zlatan Ibrahimovic a-t-il laissé au PSG ?

« Je suis venu en roi et je pars comme une légende », voilà la dernière punchline de Zlatan Ibrahimovic sous le maillot parisien au moment de son départ. Aimé ou détesté, ce qui est sûr c’est qu’il a laissé sa trace dans la capitale française. 

Une arrivée remarquée

Arrivé au mercato estival 2012 en provenance de l’AC Milan, il est la première vrai star à rejoindre le PSG sous l’ère QSI. Et il ne tardera pas à confirmer les attentes placées en lui puisqu’il inscrira un doublé au Parc pour son premier match face à Lorient. Quelques semaines plus tard, il se mettra définitivement le public parisien dans la poche en inscrivant une nouvelle fois un doublé. Cette fois-ci au Vélodrome. Une reprise de volée du talon mythique puis un coup franc surpuissant laissant Steve Mandanda abasourdi. L’effet Zlatan se remarque sur le terrain mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Le géant suédois a énormément contribuer aux fait que le PSG soit devenu ce qu’il est aujourd’hui. Clément Chantôme, ancien milieu de terrain parisien, s’était fendu d’une anecdote concernant « Ibra » dans l’émission Le vestiaire diffusé sur RMC sports : à voir ici
Ibrahimovic est passé que dans des grands clubs, et tenait à ce que le PSG en devienne un dans les moindres détails. Pas seulement pour lui mais pour tout ses coéquipiers.

Il a « Zlatané » la Ligue 1

Très vite les gens se sont mis à conjuguer son prénom. Comme pour dire « Zlatan vous a détruit ». Durant ses quatre années passés dans la capitale, Zlatan a explosé toutes les statistiques, au total 156 buts en 180 matchs, soit un ratio de 0,87. Aucun joueur n’a fait mieux dans l’histoire du PSG. Agrémenté de 54 passes décisives ce qui n’est pas rien pour un attaquant décrit comme très individualiste.
Il inscrira même 38 buts en championnat lors de sa dernière saison en seulement 31 matchs. Un championnat qu’il a éclaboussé de son talent. Il avait pourtant prévenu en arrivant. « Je ne connais pas la Ligue 1, mais la Ligue 1 me connait ».
Ainsi, Stéphane Ruffier ne pourra pas dire le contraire ayant été la victime préféré de l’ancien numéro 10 parisien avec 14 buts encaissés en 13 confrontations. Il deviendra même le meilleur buteur de l’histoire du club, avant de se faire chipé ce titre en janvier 2018 par Edinson Cavani. Il a marqué beaucoup de buts oui. Mais surtout des buts magnifiques dont lui seul a le secret, ses années de Taekwondo lui permettaient d’effectuer des gestes inimaginables pour tout autre joueur. Comme ce but au Parc face à Bastia en octobre 2013, ou il reprend le ballon de volé en passant son talon derrière sa tête à 1m80 de hauteur pour loger la balle lucarne opposée. Dans les cages cet après-midi là, Mickael Landreau dira après le match : « Je savais qu’il était capable de geste que lui seul peut effectuer, mais ce qui est impressionnant c’est la vitesse et la précision avec lesquelles il le réalise ».

Un côté obscur

« Ce pays de merde (la France) ne mérite pas le PSG ». C’étaient les mots d’Ibrahimovic à la fin d’une rencontre frustrante face aux Girondins de Bordeaux. L’attaquant parisien se plaint de l’arbitrage de Lionel Jaffredo. Il s’en était excusé par la suite mais cette frasque avait fait polémique à l’époque. Car oui, Zlatan au PSG ce n’est pas que du bonheur et ça les fans du club parisien ont pu le constater de part ses sorties médiatiques, comme la fois il avait dit  » Le PSG est né avec l’arrivée des Qataris « . Une phrase qui n’avait pas enchanté le Parc des Princes et ses supporters. Ou encore le fait que le géant suédois n’a pas réussi a faire passer le cap des quarts de finale, alimentant par la même occasion sa réputation de  » fort avec les faibles, faible avec les forts « .

Un personnage à part

Un bilan mitigé ? Certainement pas! Si le Paris Saint-Germain en est là aujourd’hui c’est en partie grâce à lui, derrière ce personnage hautain se cachait un homme drôle, professionnel et prêt à tout pour ses coéquipiers. Blaise Matuidi lui avait d’ailleurs rendu hommage avant qu’il ne parte : « On est triste qu’il parte, on le remercie beaucoup pour tout ce qu’il a apporté au club et à nous les joueurs qui avons grandi à ses côtés. Mine de rien on lui doit beaucoup à Zlatan ». On se souvient aussi des larmes de Marco Verratti lors de son discours de départ au parc ( en français) ou il dira sur le ton de l’humour : « J’espère que le Paris Saint-Germain continuera à gagner autant que durant les quatre années passées, même si ça sera difficile sans Zlatan ». Le pire c’est qu’il n’avait pas forcément tort au vu des trois années qui ont suivi son départ. Mais ce que l’on retiendra, c’est que pour marquer autant ses coéquipiers, qui sont ceux qui le connaissent le mieux au final, il est impensable de croire qu’il n’incarnait pas un personnage devant les caméras. Il avait de l’égo certes, mais c’est la marque des grands joueurs.
Au final on ne peut que s’estimer heureux d’avoir eu un tel joueur pendant quatre ans dans notre équipe. Club dans lequel il a passé le plus de temps de sa longue carrière. Et on ne peut que le remercier pour tout ce qu’il a apporté au PSG dans son ensemble. Ils nous a Zlatané !
Source : RMC sports
Crédit photos : Pinterest, Canal+sport, Closermag, purepoeple.com, orange.fr, france24.com
Paris United

GRATUIT
VOIR