à la uneLe mercatoLes anciens du PSG

Old Mercato : Ibrahimovic ? Appelez-le Zlatan

Aujourd’hui, Paris United s’intéresse à celui qui fut sans doute le premier à incarner les nouvelles ambitions parisiennes. Avec une personnalité à la hauteur de son talent, le géant suédois n’aura eu besoin que de quatre saisons pour marquer l’histoire de la ligue 1. Revenons sur ses performances hors normes ayant enflammé le Parc des princes.

L’arrivée du roi

Chaque été les fans sont en ébullition, se demandant quel grand nom va rejoindre à son tour l’armada parisienne dans sa quête de trophées, seulement voilà, en 2012, le Paris Saint-Germain fraichement racheté n’avait pas un effectif comparable à celui dont il dispose actuellement, mais en quelques semaines tout allait changer.

A chaque mercato les rumeurs ne manquent pas, cependant, quand celle de l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic s’est répandu, peu y croyaient, et pourtant le rêve s’est réalisé le 18 juillet 2012. En provenance du Milan AC et accompagné de son coéquipier Thiago Silva, le géant suédois rejoignait officiellement le club de la capitale, pour un montant d’environ 20 millions d’euros.

Crédit photo : fifa.com

A peine arrivé, l’attaquant fit forte impression dès sa première conférence de presse : « Je ne connais pas la Ligue 1, mais la Ligue 1 sait qui je suis »  le ton était donné, il entendait faire rentrer le Paris Saint-Germain dans une nouvelle dimension, venant pour remporter des trophées et marquer l’histoire du club.

 

Les débuts et la mise au point

Si certains joueurs ont besoin de plusieurs semaines pour se mettre en place, le temps de s’adapter à leurs coéquipiers, d’apprivoiser le championnat, d’autres entendent marquer les esprits dès leurs débuts.

Le 11 août 2012, le Paris Saint-Germain recevait Lorient au Parc pour débuter la saison. Menés 0/2 à la mi-temps, Zlatan Ibrahimovic allait-il s’incliner lors de son premier match sous ses nouvelles couleurs ? Impensable.

Crédit photo : http://www.paris-canalhistorique.com

Il ne lui aura fallu qu’une mi-temps pour inscrire un doubler et arracher le nul. Tout le monde était prévenu, non seulement il n’était pas venu pour perdre, mais il s’apprêtait également à devenir un cauchemar pour les gardiens de buts adverses.

 

Un match clé ? N’obligez pas les fans à choisir

Rien de tel qu’un classico pour juger de la capacité d’un joueur à supporter la pression. Le 8 octobre 2012, Paris se rendait au Vélodrome pour affronter son rival de toujours, et il ne lui aura fallu que 3 minutes pour mettre tout le monde d’accord, juste le temps de marquer un doublé. Un extérieur du pied mémorable sur un corner de Maxwell, suivi par un coup franc qui assomma un Vélodrome ayant eu besoin de plusieurs minutes pour réaliser ce qui venait de se produire. Score final 2/2, mais qu’importe, la performance individuelle du suédois aura suffi à marquer les esprits.

Source photo : www.paris-canalhistorique.com

Il est parfois compliqué de déterminer quel but fut le plus important dans la carrière d’un grand attaquant, pour certains c’est le plus beau, pour d’autres celui qui permis de remporter un titre, mais quand il s’agit d’un serial buteur tel que Zlatan, rien de tel que de revenir de quatre matchs de suspension pour marquer un triplé envoyant son équipe en finale, et permettant, accessoirement, de dépasser la barre symbolique des 100 buts pour le compte du Paris Saint-Germain.

Vous pensez que c’est le final d’un film hollywoodien tant la performance parait surréaliste ? C’est pourtant ce qui se produisit le 8 avril 2015. Si jamais vous avez encore un doute, allez poser la question à Stéphane Ruffier, peu de chance que le portier stéphanois ait oublié cette demi-finale de Coupe de France où son équipe s’inclina 4/1.

Crédit photo : Culture PSG

Un triplé, c’est bien, mais pourquoi s’arrêter là quand on peut marquer un quatrième but ? C’est sans doute ce que le numéro 10 a pensé le 13 mars 2016 lors du déplacement à Troyes. Alors lanterne rouge pour la 30ème journée de Ligue 1 et quasi-assurés de descendre en deuxième division, que pouvait-il se passer de pire ce jour-là ?

Nous connaissons déjà la réponse : victoire sans appel 0/9 dont quatre buts du suédois, un 6ème titre de champion de France, ainsi que la barre des 100 buts en ligue 1 atteinte, car oui, un 100ème but ça se fête, et Zlatan Ibrahimovic a une manière bien personnelle de le faire.

Crédit photo : 20 minutes

Malchanceux en Europe

Inarrêtable en France, Zlatan n’a pourtant jamais permis à Paris de passer le cap tant attendu au niveau européen. Si au cours de ses quatre saisons parisiennes, peu d’adversaires ont su résister au suédois en phase de groupe, la phase éliminatoire a toujours été un obstacle infranchissable. A-t-on trouvé la seule faille de son parcours parisien, voire de sa carrière? Soyons tout de même reconnaissants pour celui qui accompagna le PSG jusqu’en ¼ de finales à quatre reprises, d’autant plus que ses performances individuelles ont toujours parlé pour lui. Ayant marqué un total de 49 buts en Champions League durant sa carrière, dont 20 au PSG, Zlatan a tout de même fini meilleur passeur (7 passes décisives) lors de l’édition 2012-2013 et vice-meilleur buteur l’année suivante, avec 10 réalisations (derrière Cristiano Ronaldo et ses 17 buts).

Ne lui parlez pas d’égo, il est juste réaliste

Si ses talents de footballeur mettent tout le monde d’accord, sa personnalité et certaines de ses sorties médiatiques lui ont souvent valut d’être la cible de nombreuses critiques, mais au final, s’il était juste incompris ?

Sifflé lors d’un PSG/ Nancy assez poussif en mars 2013 durant lequel il marqua malgré tout un doublé (victoire 2/1), il rappela, avec le franc-parler qui le caractérise, que les supporters en question avaient sans doute oublié qu’ils en « demandaient beaucoup alors qu’avant, ils n’avaient rien ». L’armoire à trophées parisienne n’étais pas vide avant son arrivée, certes, mais rappelons tout de même que le dernier sacre de champion de France du club remontait à 1994. D’ailleurs, n’allons pas croire que les plus talentueux gagnent nécessairement des trophées, cette même année, peu avant la cérémonie de remise du ballon d’or, Zlatan Ibrahimovic déclara ne « pas avoir besoin d’en gagner un pour savoir qu’il est le meilleur », ce qui allait de soi, n’est-ce pas ?

Crédit photo : lifestyle.boursorama.com

Il faut dire que quatre saisons durant, il enchaina les performances hors normes, au point d’affirmer en 2015, d’une façon peu diplomate certes, que « la France ne méritait pas le PSG », mais allons, ne soyons pas trop dur avec celui qui apporta douze coupes au club de la capitale, la faute revient à ses adversaires n’ayant pas su lui proposer un défi à la hauteur de son talent. Finalement, au vu de ses performances individuelles, la question que nous devrions nous poser n’est pas de savoir s’il a parfois manqué de modestie, mais plutôt si nous n’aurions pas commis une erreur en refusant de remplacer la tour Eiffel par sa statue afin qu’il reste à Paris ?

 

Un parcours hors normes

Au cours des quatre saisons qu’il aura passé sous les couleurs du Paris Saint-Germain, Zlatan Ibrahimovic aura accumulé les trophées. Côté collectif, cela représente quatre titres de Champion de France, deux Coupes de France, trois Coupes de la Ligue et trois Trophées des Champions. Pour ce qui est des distinctions individuelles, Zlatan Ibrahimovic fut l’auteur de 156 buts en 180 matchs, dont 50 furent inscrits lors de la saison 2015/2016, toutes compétitions confondues (record du club). Son aisance à niveau national lui aura également valu de remporter de nombreuses récompenses, tel que trois titres de meilleur buteur ainsi que meilleur joueur de Ligue 1 (2013, 2014, 2016), mais aussi quatre nominations au sein de l’équipe type de Ligue 1 (2013, 2014, 2015 et 2016) et le trophée UNFP du plus beau but de Ligue 1 contre Bastia en 2014 pour ne citer que les importantes.

 

Les adieux

Le départ du numéro 10 fut aussi marquant que son arrivée. Le 14 mai 2016, alors qu’il foulait la pelouse du Parc des princes pour la dernière fois, Zlatan en profita pour inscrire un doublé contre Nantes dans le cadre de la 38ème journée : victoire 4/0 mais surtout, un nouveau record, celui du meilleur buteur parisien sur une saison avec 38 réalisations, effaçant ainsi l’ancien record de Carlos Bianchi (1977-1978), suite à quoi il prononça un discours d’adieu inoubliable pour le public présent ce jour-là. Le 21 mai 2016, il joua son tout dernier match sous les couleurs parisiennes, à savoir une finale de la Coupe de France contre Marseille, qui se solda par une victoire 4/2 au cours de laquelle il marqua deux buts et réalisa une passe décisive.

Ainsi, le meilleur buteur de l’histoire du classico (11 buts) s’en alla en offrant un dernier trophée remporté face au rival phocéen. Celui qui était « arrivé comme un roi » reparti effectivement « comme une légende ».

 

 

Crédit photo : www.rtl.fr

D’autres contrées à zlatanner

Suite à son départ du PSG, le suédois décida de prendre sa retraite internationale après 15 années de bons et loyaux services aux cours desquels il inscrivit 62 buts en 116 matchs, devenant ainsi le meilleur buteur de l’histoire de la nation scandinave. Côté club, son aventure ne s’est pas arrêtée au Paris Saint-Germain, car il passa deux saisons (2016-2017 et 2017-2018) du côté de Manchester United, juste le temps de gagner trois coupes dont la Ligue Europa, faisant de lui l’un des rares joueurs à avoir remporté au moins un titre dans quatre des cinq gros championnats.

Aujourd’hui, le suédois évolue du côté de la MLS au sein des Los Angeles Galaxy, histoire de s’assurer que les fans de football outre-Atlantique apprennent à leur tour prononcer son nom.

 

 

 

 

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Zlatan_Ibrahimovi%C4%87#Paris_Saint-Germain_(2012-2016)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Historique_du_parcours_europ%C3%A9en_du_Paris_Saint-Germain#2014-2015

https://fr.wikipedia.org/wiki/Olympique_de_Marseille_-_Paris_Saint-Germain_en_football#La_domination_parisienne

http://sport24.lefigaro.fr/football/ligue-1/Homes-Clubs/paris-sg/actualites/ibrahimovic-je-ne-connais-pas-la-ligue-1-mais-la-ligue-1-me-connait-570363

https://www.tropheesunfp.com/palmares/

https://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2014-2015/psg-ibra-aura-aussi-ete-le-roi-de-la-petite-phrase-la-preuve-en-12-declas_sto5570503/story.shtml

Crédit photo: Le Parisien

Paris United

GRATUIT
VOIR