à la uneArticleLe ClubLes anciens du PSG

Non, ce n’était pas mieux avant

Après les grosses déceptions, on entend souvent certains supporters dire qu’ils regrettent l’ancien PSG, l’avant QSI. Il faut sûrement ne pas l’avoir vécu ou avoir la mémoire courte pour avoir oublié cette période.

On regrette l’époque Yepes”, ou encore ”au moins, avant, les joueurs respectaient le maillot” sont les phrases qui reviennent le plus souvent dans la bouche de certains suiveurs du club de la capitale. Dans les moments de grande déception, on a souvent tendance à se raccrocher à la nostalgie, le fameux ”c’était mieux avant”. Mais quand on se souvient vraiment, qui peut réellement regretter cette époque ?

Déjà, la fin des années Canal fut compliquée. Après avoir enchaîné cinq demi-finales européennes consécutives, dont deux finales, une coupe des coupes et un titre de champion de France, Charles Biétry succède à Michel Denisot à la tête du club. Avec l’arrivée d’anciens nantais dont Ouedec, d’Alain Giresse sur le banc, l’ancien journaliste pensait balayer sept ans de présidence réussie par Michel Denisot. Erreur. Les joueurs n’y arrivent pas, le PSG est éliminé de la coupe d’Europe par un modeste club israélien. C’est le début de plusieurs saisons où le PSG va alterner saisons catastrophiques et quelques coupes de la Ligue ou de France pour sauver les meubles, avec le rachat de Colony Capital, entre-temps, qui enfoncera encore plus le club vers la crise.

Ne pas réécrire l’histoire

Qui peut regretter Helder, sombre défenseur central portugais ? Qui peut regretter Ouedec, Pichot, Apoula Edel, Kezman, Okpara, Vampeta, Henrique De Lucas, Adailton, Agostinho, Nyarko,  Cubilier ou encore Carlos Bueno (liste évidemment non exhaustive) ?

En plus du niveau déplorable de certains joueurs, il faut arrêter de faire croire que tous mouillaient le maillot. Certes, il y a eu des Yepes, Hoarau et d’autres qui étaient heureux de porter les couleurs du PSG. Mais il ne faut pas oublier les saisons de certains joueurs qui se sont sauvés du club alors qu’il était en difficulté. Il ne faut pas oublier que le PSG, sans deux buts de Amara Diané, à Sochaux, 2008, aurait été en Ligue 2. Il ne faut pas, non plus, oublier qu’il y a eu des morts au Parc des Princes et dans des affrontements entre supporters du club.  Qui a pu oublier Mateja Kezman jetant son maillot en plein match ?

Non, ce n’était pas mieux avant. L’ADN du PSG a toujours été le bling-bling, le show-business, la corbeille remplie de stars. La seule chose qui a évolué, c’est l’attente. Entre 2000 et 2010, on n’attendait finalement rien de joueurs très moyens, même si on était quand même déçus. Désormais, on attend beaucoup de joueurs confirmés. La seule chose qui ne change pas, c’est qu’on est, finalement, toujours déçu.

crédit photo : So Foot

Paris United

GRATUIT
VOIR