à la uneArticleLes anciens du PSG

Les années « coach Vahid » au PSG : pour le meilleur et pour le pire

Lorsqu’il débarque en France en 1981 pour rejoindre le FC Nantes, à l’âge de 29 ans, Vahid Halilhodzic a tout à prouver en Europe. Il deviendra rapidement ce buteur à répétition, avec son style si particulier de finisseur intraitable. Meilleur buteur du championnat de France en 1983 puis 1985 avec les Canaris, il ne résiste pas à la proposition de Francis Borelli qui le veut à tout prix. Le buteur bosniaque terminera sa carrière de joueur au Paris Saint-Germain en 1987. Seize ans plus tard il succèdera à Luis Fernandez au poste d’entraîneur.

Le retour au pays, puis le retour en France

A 35 ans l’attaquant yougoslave du Paris Saint-Germain de l’époque quitte la capitale après une seule saison (22 matches et 9 buts marqués) pour raison familiale. Nous sommes en 1987, et Vahid Halilhodzic est touché par le décès de sa mère. La décision est alors prise de rentrer au pays, dans sa Bosnie natale.

Au début des années 1990, il obtient ses diplômes d’entraîneur, et son pays se déchire dans une guerre de religions infernale. Vahid Halilhodzic et sa famille font le choix de se réfugier en France. C’est le début de sa seconde carrière professionnelle.

Son premier club français sera l’AS Beauvais-Oise en 1993, qui fait le pari de cet entraîneur débutant pour se maintenir en Ligue 2. L’objectif sera atteint, mais celui qui est devenu « Coach Vahid » démissionne en fin de saison, car il trouve que son club manque d’ambition. La réputation de l’entraîneur Vahid Halilhodzic prend forme.

Le come-back à Paris, et le retour en ligue des Champions

Dans la capitale, Vahid Halilhodzic s’est toujours fait désiré, et il a laissé une trace en tant que joueur. C’est Francis Graille, alors président-délégué du PSG en 2003 qui se charge d’attirer le coach bosniaque alors en poste au Stade Rennais. Paris vient de perdre sa pépite Ronaldinho, et compte sur la rigueur et la science du football de « Coach Vahid » pour succéder à Luis Fernandez.

Un challenge difficile que l’ancien attaquant va relever haut la main, en s’appuyant notamment sur un la nouvelle idole du Parc des Princes : Pedro Miguel Pauleta.

A l’issue d’une première saison très réussie, coach Vahid va ramener un nouveau trophée que tout Paris attend depuis 1998. En effet le PSG remporte une nouvelle coupe de France, et termine à la 2ème place du championnat. Halilhodzic ramène donc « son » PSG en Ligue des champions.

Paris Saint-Germain’s coach Vahid Halilhodzic (L) congratulates his Argentinian defender Juan Pablo Sorin, who scored the second goal for his team, at the end of their French L1 football match against Nice, 10 April 2004 in Nice. PSG won 2-1. AFP PHOTO JACQUES MUNCH (Photo by JACQUES MUNCH / AFP)

2004/2005 l’année noire

Durant l’inter-saison la période de transfert est mal gérée par l’état-major parisien qui laisse partir des cadres du vestiaire dont Heinze, Sorin et surtout Déhu ainsi que Fiorèse qui partent direction l’OM, sans les remplacer vraiment. Jérome Rothen est blessé, le PSG sombre dans la seconde moitié de classement. L’effectif parisien est alors en perdition, entre un très net manque de qualités et une agressivité débordante qui lui vaut des suspensions à répétition.

« Coach Vahid » lui-même voit son caractère autoritaire se transformer en un comportement agaçant et provocateur envers le corps arbîtral. Après une nouvelle suspension de 2 mois qui le touche directement, Halilhodzic sera limogé en 2005.

Le bilan

En deux saisons au Paris saint-Germain Vahid Halilhodzic aura surtout réussi sa première saison, comme souvent partout où il est passé. Au total il aura été à la tête du Paris Saint-Germain pendant 80 matches avec un pourcentage de victoire de 45%, pour 33% de matches nuls et 21% de défaites.

Enfin, de Coach Vahid on retiendra de son passage au PSG, en plus de son style et son assurance hors du commun, ses nombreuses sorties médiatiques inégalables. A son arrivée dans la capitale en 2003, Halilhodzic choisit la provocation : « Un grand club ? Quel grand club ? Le PSG vit dans cette illusion. » Clair, net, précis, il saura renverser la situation : « Mon travail va payer », disait-il à l’aube de cette saison où il ramènera le club en ligue des Champions.

En ce 15 mai, et en même temps que cet article en son honneur, Paris United souhaite à Vahid Halilhodzic un joyeux anniversaire. Et souhaitons que ces mots récemment confiés à nos confrères du Parisien lui donnent à nouveau raison : « Le PSG a pour moi le meilleur effectif d’Europe, et il a donc tout pour remporter la Ligue des champions. »

 

Crédits : leparisien.fr ,

Rédaction pour Paris United, Fredi

Paris United

GRATUIT
VOIR