à la uneLe ClubLes anciens du PSG

Le 11 de légende du PSG en C1

Paris a participé à de nombreuses reprises à la C1 (coupe d’Europe des clubs champions puis ligue des champions). Quelle est l’équipe type qui ressort de ces campagnes dans la plus prestigieuses des coupes d’Europe ?

Avec l’arrivée de QSI, le PSG a participé à toutes les campagnes de ligue des champions depuis 2012-2013. Auparavant, ils avaient joué cette compétition (ancienne formule comprise) en 1986-1987, 1994-1995 et 1997-1998, 2000-2001, 2004-2005, soit 13 participations au total.

Évidemment, pour faire cette équipe, nous avons pris en compte les meilleurs parcours comme en 1994-1995, quand le PSG a atteint les demi-finales (éliminé par l’AC Milan) et les années QSI.

Bernard Lama, en toute logique

Peut-être que dans quelques années, le titulaire de cette équipe type sera Keylor Navas. Pour l’instant, c’est Bernard Lama. Lors de la saison 94-95, le Guyanais est à son sommet. Lors de la phase de groupe, il est impérial et permet au PSG de terminer premier d’un groupe composé du Bayern Munich, du Spartak Moscou et du Dynamo Kiev. Au terme des six matchs de poule, les Parisiens n’ont encaissé que 3 buts.

Lama est alors énorme sur sa ligne et dans les airs. Il rassure sa défense et écœure les attaquants adverses avec une facilité déconcertante. Contre le Barça, en quart, il va maintenir le PSG dans la course, notamment lors du match aller au Camp Nou. Malheureusement, il ne réussira pas de miracle à San Siro et Paris sortira aux portes de la finale.

Une défense QSI

En défense, sur le côté droit, le PSG n’a jamais eu de joueurs indiscutables et performants sur la durée. On a retenu Van Der Wiel car le Néerlandais a participé aux campagnes les plus réussis au club et qu’il fut l’auteur de huit passes décisives en C1. Il est vrai qu’il a plus brillé offensivement, notamment grâce à une bonne qualité de centre.

A gauche, Maxwell s’impose logiquement. Le Brésilien est le meilleur latéral gauche que le PSG a eu. Très fort tactiquement, discipliné défensivement, il fut excellent offensivement par les solutions qu’il offrait mais aussi par des centres où il cherchait à trouver un joueur plus qu’à centrer dans une zone.

En défense central, Marquinhos et Silva forment la charnière. Marqui est souvent bon dans les gros matchs, notamment lors du fameux 4-0 face au Barça, mais aussi contre Dortmund cette saison.

Avec lui, ça aurait pu être Alain Roche ou Ricardo. Seul problème, ils n’ont participé à la C1 avec le PSG qu’en 94-95 et, de plus, ils ont tous les deux manqué les matchs face au Barça. On a alors choisi Thiago Silva. C’est vrai qu’il est passé au travers, notamment à Barcelone et à Dortmund. Mais globalement, le brésilien restera parmi les plus grands défenseurs qu’ait connu le PSG et il fut le capitaine des meilleurs parcours qui ont mené le club de la capitale jusqu’au quart de finale en 2013, 2014, 2015 et 2016, et il inscrira notamment le but de la qualification dans les prolongations à Chelsea.

Guérin s’impose au milieu

Devant la défense, Motta s’impose comme le titulaire indiscutable. Véritable métronome du milieu parisien sous Ancelotti et Blanc, l’Italo-brésilien fut un formidable footballeur. Ses qualités de lecture de jeu, de déplacement et de passes ont fait des merveilles plusieurs saisons. Et il avait ce petit côté vicieux indispensable en ligue des champions.

Avec lui, Verratti. Le petit italien, contrairement à la légende, a réalisé de nombreuses grosses performances en ligue des champions. Sa meilleure période fut quand il était associé à Motta car les deux parlaient le même football et permettaient au PSG de sortir des pressings avec facilité.

Pour accompagner ce duo, Vincent Guérin. Oui, il n’a participé qu’à une seule campagne de C1 avec le PSG. Mais il a fait partie de l’équipe qui a réalisé un six sur six en phase de poule. Il fut également énorme à Barcelone et buteur décisif au retour pour offrir la qualification à son équipe d’une frappe au sol à un peu plus de vingt mètres. Le milieu français avait une activité impressionnante et une justesse de jeu de très haut niveau.

Une attaque année 90

A droite, Di Maria. L’argentin fut souvent décisif en ligue des champions. Il a permis au PSG de rester en vie lors de la phase de poule face à Naples. Il fut énorme à United ou encore au match aller face au Barça (4-0).

A gauche, on a choisi David Ginola. Comme Guérin, il n‘a participé qu’à une campagne de C1 mais il fut exceptionnel. Puissance, technique, répétition des efforts, el magnifico était en avance sur son époque. Contre le Barça, il donna le tournis à Ferrer, touchant les montants sur plusieurs tentatives. Et même en demi-finale, lors du match aller, il fut le meilleur parisien. Il fut d’ailleurs tout près d’offrir la victoire au PSG, mais, après avoir joué avec la défense milanaise, il verra sa frappe s’écraser sur la barre transversale.

En pointe, il y avait le choix entre Cavani, Ibrahimovic ou George Weah. Le seul problème des deux premiers, c’est qu’ils ont beaucoup marqué mais pas dans des matchs décisifs du printemps. Le libérien s’est donc détaché grâce à une seule épopée mais dans laquelle il fut monstrueux. Buteur face au Bayern, contre Kiev aller et retour, double buteur face au Spartak Moscou, il inscrira un but exceptionnel à Munich. En quart de finale, au Camp Nou, c’est lui qui égalise. Dommage qu’il ait raté sa demi-finale, mais à l’image de l’équipe, notamment au retour.

Luis, l’historique

Ca aurait pu être Ancelotti. C’est avec lui que le PSG a été le plus près d’atteindre les demi-finales de la ligue des champions en étant éliminé, en quart, par Barcelone, sans avoir perdu. Mais si nous avons choisi Luis Fernandez, c’est qu’il a atteint les demi-finales, mais aussi parce qu’il fut l’entraineur de l’équipe qui réalisé un sans-faute en phase de groupe (12 points sur 12 possible, la victoire étant à 2 points cette année-là).

Tout est discutable dans le football. Mais pour choisir les joueurs nous avons tenu compte du parcours, de l’adversité, mais aussi des moyens du club. Dans les années QSI, passer la phase de poule s’avère plus simple qu’à l’époque de Canal+ où seuls les champions des pays participaient à la C1, mais aussi parce qu’à cette époque, le Dynamo Kiev ou le Spartak Moscou étaient encore des clubs qui comptaient.

Le 11 de la ligue des champions : Lama – Van Der Wiel, Marquinhos, Silva, Maxwell – Motta, Verratti, Guérin – Di Maria, Weah, Ginola

Paris United

GRATUIT
VOIR