à la uneLe ClubLes anciens du PSG

Ginola, El Magnifico

Parmi les grands joueurs de l’histoire du PSG, il y en a eu un parmi les plus talentueux : David Ginola. Le Français sera resté trois ans et demi à faire le spectacle, notamment dans son jardin du Parc des Princes.

Nous sommes en décembre 1991. Canal+ est le nouveau propriétaire du club depuis un peu plus de six mois et a déjà fait signer Ricardo, Geraldao ou encore Valdo. Le club de Brest est en liquidation judiciaire et il y a, dans cette équipe, un joueur de talent qui commence à faire parler de lui : David Ginola. Paris est à la lutte avec l’OM pour faire signer le joueur. Ce dernier va choisir le PSG et y passer trois ans et demi.

Dès son arrivée, on sent le joueur de talent. Dribble, vitesse, puissance, technique, Ginola a tout de l’attaquant moderne. Il fallait le voir démarrer sur son côté gauche, laissant ses adversaires sur place ou les humiliant par des dribbles avec une aisance et une facilité insolentes. A l’époque, le PSG a une action bien spécifique : quand Bernard Lama capte un ballon, il cherche le numéro 11 du PSG directement grâce à une relance de la main parfaite. L’ailier parisien contrôle alors de la poitrine et enchaîne. Cette action, les supporters parisiens l’ont vu des dizaines de fois en trois ans. En tout cas, après six mois intéressants, Il s’installe tranquillement dans l’équipe avant de former, avec George Weah, un des plus beaux duos offensifs de l’histoire du club.

David s’éclate et se révèle aux yeux de l’Europe du football dès le premier parcours de l’ère Canal+ en coupe d’Europe. Le club atteint la demi-finale de la C3 en éliminant des clubs comme Naples, Anderlecht, le Real Madrid. En quart de finale, alors que le PSG s’incline au match aller 3-1, il réalise une grande rencontre et obtient son surnom, « El Magnifico », donné par la presse espagnole. Au retour, il est énorme et participe à la qualification pour les demi-finales, en inscrivant notamment un but exceptionnel, le deuxième, d’une demi-volée imparable sur une remise de la tête de Daniel Bravo.

En demi-finale aller, le PSG s’incline à Turin 2-1 mais c’est encore lu qui va offrir le but à Weah sur une magnifique ouverture. Au retour, Paris va s’incliner 0-1 mais Ginola va de nouveau être exceptionnel en donnant le tournis à Torricelli.

Il brille contre les clubs espagnols

Comme la saison précédente, c’est encore contre le Real Madrid, en quart de finale, qu’il va briller en coupe d’Europe, notamment à Santiago Bernabeu. Sur une accélération dont il a le secret, il va éliminer Sanchis puis Chendo et centrer parfaitement pour Weah. Paris va s’imposer 1-0 et affronter Arsenal en demi-finale. Mais Paris échoue une nouvelle fois aux portes de la finale. Heureusement, les partenaires de Ricardo vont terminer en tête du championnat et obtenir le deuxième titre de champion du club.

Lors de la saison 94-95, Paris est en C1. Une phase de poule parfaite durant laquelle le duo GinolaWeah va faire des merveilles. Et c’est de nouveau face à un club espagnol que « El Magnifico » va réaliser sa meilleure performance. En quart de finale aller, le PSG va obtenir un bon match nul 1-1 au Camp Nou. Mais c’est au retour que le joueur va montrer un niveau exceptionnel. Il va s’amuser avec Sergi toute la rencontre et trouver la barre transversale deux fois. Paris va s’imposer 2-1 et se qualifier pour les demi-finales.

Face à l’AC Milan, David va réaliser un match aller de grande classe. Il ne va lui manquer qu’un but pour couronner la soirée. On le croit arriver lorsqu’il va se défaire de la charnière milanaise et envoyer une frappe magnifique qui va, malheureusement, s’écraser sur la barre de transversale de Rossi. Paris va s’incliner 0-1 en toute fin de match sur un but de Boban.

Les relations entre Ginola et Fernandez se sont pourtant détériorés et l’international français veut quitter le club. Le match contre le Barça a attiré les convoitises du club catalan. Malheureusement, à l’époque, il n’y a pas encore d’arrêt Bosman. Il faut alors que le club catalan se sépare d’un de ses étrangers, Stoïchkov ou Hagi. Ils n’y arriveront pas et el magnifico va rejoindre l’Angleterre et Newcastle.

Durant ses années parisiennes, il aura quand même remporté quatre titres : un championnat (1994) et trois coupes dont deux coupes de France (1992 et 1995) et une coupe de la ligue (1995).

Paris United

GRATUIT
VOIR