à la uneDirigeants & StaffLes anciens du PSG

Artur Jorge, moustache gagnante

Il est le premier coach emblématique de l’ère Canal +. En trois années sur le banc parisien, Arthur Jorge a durablement installé Paris sur la scène européenne. Avant un retour infructueux en 1998.

  1. Canal + vient de s’offrir le Paris Saint Germain avec un objectif clair et assumé : « Européen la première année, champion dans trois ans ». Pour satisfaire ses envies de grandeur, le board parisien engage alors le portugais Artur Jorge.

L’homme à la moustache n’est pas un choix par défaut. Vainqueur de trois championnats du Portugal, mais surtout de la Coupe d’Europe des Clubs Champions 1987 avec le FC Porto, le technicien est connu pour sa rigueur. S’il vient à Paris, c’est pour faire passer un cap au club rouge et bleu.

 

L’Europe, terre d’exploits

Dès sa première saison, Artur Jorge peut compter sur un effectif bien fourni avec Le Guen, Ricardo, Ginola, Kombouaré ou encore Fournier. Le technicien portugais fait de Paris une équipe solide à défaut d’être agréable à regarder. Un choix assumé selon Denis Troch, alors adjoint de A. Jorge, dans une interview de Raphaël Didio pour nos confrères de Oh ville Lumière : « C’était une philosophie très marquée, très ancrée. (…) Avec Artur Jorge c’était très simple, il s’agissait de formaliser, de constituer un groupe de façon à obtenir un minimum de résultats, ce qui était vital. (…) Pour former un groupe, il fallait avoir des résultats, apprendre aux joueurs à gagner et aussi à ne pas perdre. Ne pas perdre, cela voulait dire avoir une grosse capacité à bien défendre de façon à bien pouvoir voyager dans le temps. Et on a commencé ensuite à mixer le jeu défensif et offensif ».

Artur Jorge ajoute une troisième Coupe de France au palmarès du PSG

Paris termine alors troisième du championnat. L’entraineur à la moustache vient de réussir une première étape : retrouver l’Europe. Mais Artur Jorge est venu à Paris pour installer le club de la capitale sur la scène européenne. Et il ne va pas faillir à la tâche. Canal + lui donne un effectif taillé sur mesure, avec les arrivées de Roche, Guérin, Lama et Weah. Dès sa seconde saison, le portugais offre à Paris sa troisième Coupe de France. Le premier titre pour le club depuis 1986. Fidèle à sa philosophie de jeu, Artur Jorge remporte la compétition sans encaisser le moindre but de la compétition. Une première dans l’histoire ! Mais le mandat de A. Jorge sera marqué par les premiers exploits européens. En quarts de finale, contre le Real Madrid, Paris s’offre sa première demi-finale de Coupe UEFA au bout d’un match de légende. L’année suivante, renforcé par l’arrivée de Raí, Artur Jorge guidera le PSG vers son second sacre national. Une saison marquée par une série de 37 matchs sans défaites (toutes compétitions confondues, record encore détenu). En Coupe d’Europe, Paris atteint la demi-finale de la Coupe des Coupes, mais sera éliminé par Arsenal.

Artur Jorge a installé le PSG sur la scène européenne.

A la fin de son premier mandat, Artur Jorge peut sereinement passer la main à Luis Fernandez. Deux trophées en poches et une équipe en place sur la scène européenne. L’homme à la moustache a parfaitement répondu aux attentes de Canal +.

 

Retour raté

En 1998, Paris connaît une saison de turbulences. Charles Biétry vient de démettre Alain Giresse de ses fonctions et pousse pour obtenir Fabio Capello. Mais les pontes de Canal + vont lui imposer le retour d’Artur Jorge alors qu’il entrainait aux Pays-Bas, au Vitesse Arnhem. Le président se voit donc obligé de travailler avec un entraineur qu’il a tant décrié. Mais le coach portugais ne fait pas de miracle et il critique même ouvertement l’effectif. C. Biétry quitte son poste, Laurent Perpère lui succède. Mais sur le terrain, le mythique entraineur est méconnaissable, il semble perdu. Sa décision d’écarter Pierre Ducrocq, alors populaire auprès du publique parisien, fera voler en éclat le peu de crédit qu’il lui restait. Sa fin ne sera pas à la hauteur du personnage qu’il a été durant ses trois précédentes années parisiennes. Il sera limogé en mars 1999.