à la uneArticleDirigeants & StaffL'équipeLe Club

Pochettino, un silence coupable

Malgré la multiplication des rumeurs, Pochettino n’a toujours pas parlé. Son silence est une catastrophe pour le club de la capitale, pour son image, pour le mercato, mais aussi, peut-être, pour la saison prochaine.

Près de deux semaines après les premières rumeurs, et mis à part une petite photo avec un polo siglé PSG, Mauricio Pochettino est toujours aussi silencieux. Que les footballeurs ne répondent pas à toutes les rumeurs, on le comprend. Mais quand elle prend tant d’importance, qu’elle jette le trouble sur le club, il aurait du parler. Ou alors, comme le dit Dave Akujan, l’inspecteur dans le film Usual supsect: « Une rumeur qui ne meurt pas, ce n’est pas une rumeur ».

Si l’argentin n’a pas parlé, c’est qu’il a bien écouté l’offre de Tottenham, mais aussi qu’il semble avoir la conviction que son avenir ne s’écrit pas au PSG. Et là, il va falloir se placer des deux côtés pour analyser la situation.

Quand il a signé, l’entraineur parisien a été gratifié d’un très très bon salaire et il connaissait la situation. Il a répété qu’il faudrait le juger la saison prochaine, mais il a aussi rabâché son attachement au club de la capitale et son envie d’y réussir. On peut désormais en douter fortement.

Pour être juste, il faut aussi admettre que si, réellement, on lui a fait comprendre qu’il ne pouvait pas prendre les décisions qu’il souhaitait, qu’il y avait des joueurs avec un statut qui, quoi qu’il arrive, devait jouer et tout le match, c’est un problème. C’est lui qui sera en première ligne en cas de mauvais résultats et s’il n’a pas les mains libres, on peut trouver honnête de dire « je ne suis pas l’homme qu’il vous faut » plutôt que de plomber la saison et attendre son licenciement.

Il doit partir pour le bien de tous

Mais puisqu’il n’a pas éteint la rumeur, tout le monde a pris acte qu’il ne veut pas rester. C’est un problème pour recruter. La plupart des joueurs veulent savoir avec qui ils vont travailler, sa façon de vouloir le football. Ça va forcément retarder certaines signatures.

Mais pire, la relation avec son vestiaire va forcément être impacté. Comment les joueurs vont-ils pouvoir faire confiance à un coach qui a voulu partir cinq mois après son arrivée ? Comment faire croire à tes joueurs que tu es investi alors que tu as tout fait pour partir quelques semaines avant ?

On peut ajouter, à cela, l’environnement. A la première défaite, on expliquera que l’argentin voulait partir, qu’il n’est plus impliqué dans le projet, qu’il fait des choix étranges en mode « contestation » (ça vous rappelle quelqu’un ?). On dira qu’il fait exprès pour se faire virer et prendre son chèque.

Enfin, le club doit reprendre les choses en main. Déjà, critiqué pour sa gestion de Neymar, de la prolongation de Mbappé, des joueurs en fin de contrat qui prolongent par défaut, les dirigeants ne peuvent pas laisser un entraineur le mettre en difficulté. Oui, on comprend que le club de la capitale essaie de récupérer une somme d’argent si un club souhaite embaucher Pochettino, mais encore une fois, quel est le meilleur calcul : tenter de récupérer 10 ou 15M€ ou démarrer la saison avec une ambiance délétère, des doutes sur l’entraineur, un mercato plombé par la mésentente entre le coach et Leonardo ?

En laissant la situation se pourrir, Pochettino a déjà gagné. Le club doit vite reprendre la situation en main, expliquer que l’argentin ne sera pas conservé parce qu’on ne se comporte pas comme ça avec l’institution. Flick a remporté tous les titres avec le Bayern en 2020. Il a voulu mettre des coups de pression, par son comportement, mais aussi par des choix sur le terrain. Il a beau tout avoir gagné, il n’est plus l’entraineur du Bayern. A bon entendeur…

Paris United

GRATUIT
VOIR