à la uneActualités du ClubDirigeants & StaffLe ClubLe mercato

Leonardo contre-attaque

Après la victoire face à Angers, Leonardo est monté au créneau pour dénoncer les déclarations de Tuchel sur le mercato. À moins d’un miracle, il n’en restera qu’un.

Avant la rencontre face à Angers, remportée 6-1, Thomas Tuchel s’était plaint publiquement du mercato parisien. Il avait réclamé des renforts, mais il était aussi revenu sur le fait que le club a laissé partir trop de joueurs gratuitement et donc, de ne pas avoir récupéré d’argent sur ces joueurs. On savait la situation tendue entre l’entraîneur allemand et Leonardo. Vendredi soir, elle a pris une tournure publique.

Le directeur sportif brésilien a déclaré : « Le club n’a pas aimé et, personnellement, je n’ai pas aimé. Je pense qu’il faut comprendre le moment qu’on vit tous, pas seulement le football. Il y a des situations très graves. S’il décide de rester, il doit respecter la politique sportive et les règles internes ».

Il a ajouté : « L’important, c’est que pour rester dans ce club, on doit être content. On doit avoir l’envie de souffrir pour le club, l’esprit de sacrifice, même si on vit un moment compliqué ».

« Honnêtement, on n’a pas apprécié. On va voir en interne comment on fait. On fait toujours des choses en interne. Ce n’est pas une question de mercato, c’est une question de forme ».  Pour terminer, sa réponse à un possible licenciement de l’entraineur parisien a été :« Non, on n’est pas là pour faire un procès ». Ça y ressemble pourtant et si le directeur sportif parisien a fait cette déclaration publiquement, c’est loin d’être anodin.

Oui, Leonardo a raison sur plusieurs points. Qu’un entraîneur réclame ou donne son avis sur le recrutement, c’est normal. En revanche, qu’il le fasse publiquement et de façon répétée, ce n’est pas normal. C’est une attaque directe envers son club et ses responsables.

De plus, un entraîneur est là aussi pour s’adapter aux joueurs dont il dispose. À part Guardiola, très peu de coachs ont la possibilité d’avoir tous les joueurs qu’ils désirent. C’est une question de marché mais aussi de finances.

Un entraîneur ne peut pas dicter la politique sportive

La déclaration de Thomas Tuchel est claire : il y a une personne de trop dans l’organigramme. Quand il parle de cette façon, l’Allemand profite des résultats de la saison dernière pour se mesurer en duel face à Leonardo, dans l’attente d’une décision de Doha qui devra choisir entre lui et le Brésilien.

Au même titre que de nombreux clubs, le PSG vit une intersaison compliquée. Avec les pertes liées au COVID-19, et le manque de visibilité sur les ressources pour la saison prochaine, une saison qui risque de se jouer en grande partie à huis clos, le club de la capitale n’a pas les moyens de faire un gros mercato.

Enfin, quand Thomas Tuchel parle des départs libres, il oublie que le PSG a longtemps payé la surenchère des salaires offerte aux joueurs. C’est pour cette raison qu’un joueur comme Draxler préfère rester, même sur le banc, jusqu’au bout de son contrat. Leonardo s’est donc séparé des très gros salaires. D’ailleurs, plusieurs joueurs qui sont partis avaient reçu des propositions de prolongation mais avec des salaires revus à la baisse. Aucun n’a accepté, même ChoupoMoting.

Ce vendredi soir, la « guerre », dont tout le monde était au courant mais qui était restée interne, est devenue publique. Les déclarations de Leonardo sont assez claires pour comprendre que, pour lui, l’ancien entraîneur de Dortmund est plus qu’en sursis. À moins d’un retournement de situation improbable, Doha devra vite trancher pour ne pas vivre une saison cauchemardesque.

crédit photo : leparisien.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR