Crédits : PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
à la uneArticleDirigeants & StaffLe Club

Leonardo, Le retour raté

Même si le PSG n’a pas communiqué officiellement, Leonardo a donc été remercié, samedi, peu après la rencontre. Un second passage dans la capitale qui aura été bien loin de la réussite de son premier.

Quand il était revenu, tout le monde semblait heureux. Artisan de la construction du PSG version QSI, Leonardo avait laissé une très belle impression lors de son premier passage. Le second fut beaucoup moins réussi.

Quand il est revenu, Thomas Tuchel était l’entraîneur. Rapidement, les premières tensions sont apparues sans qu’elles ne soient un réel problème. Il faut dire que la communication du brésilien, à ce moment-là, était très bonne. Il avait mis Neymar devant ses responsabilités, en assurant que s’il y avait une offre correspondante au marché, il ne serait pas retenu, et avait remis le club au-dessus de tout lors de ses premières interviews.

Avant Dortmund, alors que le PSG restait sur trois éliminations consécutives en huitième de finale de la Ligue des champions, il était venu, au micro de Canal+, désamorcer la pression autour de la rencontre. Paris s’était qualifié grâce à un match retour maitrisé.

Un départ dans l’indifférence

Mais voilà, entre l’aller et le retour face aux allemands, il y eut l’épisode « anniversaire ». Le brésilien avait repris les joueurs sur leur comportement et notamment la diffusion des images de l’évènement sur les réseaux sociaux. Une altercation avait alors eu lieu avec Keylor Navas. Après cet épisode, le vestiaire sera perpétuellement en défiance vis-à-vis du brésilien.

Lors du mercato, alors que l’entraîneur souhaitait un défenseur central, le PSG signera Danilo. Sa relation avec Tuchel ne fera que se détériorer, au point que ce dernier fera jouer le portugais en défense centrale et Marquinhos au milieu, comme pour montrer sa désapprobation.  Malgré une finale de Ligue des champions et une qualification pour les huitièmes de finale la saison suivante et après une victoire 4-0 face à Strasbourg, l’allemand sera remercié.

Avec Pochettino, qu’il n’a pas choisi, les relations seront aussi fraîches. À l’été 2021, le brésilien ne vendra que Bakker et recrutera Hakimi, Mendès, Ramos, Messi, Wijnaldum et Donnarumma. L’entraîneur argentin va alors se retrouver avec une trentaine de joueurs, presque tous internationaux et une concurrence à mettre en place entre les deux gardiens.

Pendant ce deuxième passage, deux éléments vont venir alourdir le bilan du brésilien. Les négociations pour la prolongation de Mbappé, au point que, même si le français ne l’a pas décidé, le départ de Léo est aussi, en partie, lié au joueur. Le second élément, c’est la gestion des jeunes qu’il n’a jamais su convaincre de prolonger, comme le dossier Kouassi. L’écart entre le discours et la construction de l’effectif était pris comme un mensonge par l’entourage des titis. Comment avoir du temps de jeu quand vous avez près de trente internationaux sous contrat ? On notera que, dès le départ du directeur sportif annoncé, plusieurs titis sont revenus sur leurs envies de départ.

Enfin, alors qu’il semblait habile en communication, Leo ne va même plus maîtriser ce volet. Intervenant très souvent à contretemps, ses interviews deviennent lisses, inintéressantes, presque lunaires.

S’il ne faut pas tout jeter, le bilan de Leonardo II est quand même négatif. Alors que son départ avait fait grand bruit lors du premier passage, celui de samedi s’est fait dans l’indifférence, presque un soulagement. Tout est dit.

Paris United

GRATUIT
VOIR