à la uneCompétitionsL'équipeLe ClubLes anciens du PSGOeil du supporter

La soirée du 8 mai 1996, véritable exploit ?

Le Paris Saint-Germain fête cette année ses cinquante années d’existence. Créé en 1970, le club de la capitale est une formation relativement jeune par rapport à ses principaux concurrents européens. Atteignant l’élite dès 1974, le PSG n’a jamais connu la relégation et a même su se hisser sur le toit de l’Europe, seulement 26 ans après sa naissance . 

Une ascension fulgurante 

Si l’essentiel des critiques dont fait l’objet le PSG est relatif  à ses échecs successifs en phase finale de la Ligue des champions, il convient d’avoir une conception plus globale de ce que le club parisien est parvenu à réaliser depuis sa fondation. Issu de la fusion entre le Stade Saint-Germanois et le Paris Football Club, l’actuel champion de France en titre a pu bénéficier du savoir-faire de ses premiers présidents et dirigeants. Le club s’est rapidement fait un nom dans l’élite du championnat national. Avec l’obtention de la coupe d’Europe des vainqueurs de coupe ou C2 au mois de mai 1996, Paris a réussi la prouesse d’obtenir un titre sur le plan continental après une vingtaine d’années d’existence.

A titre de comparaison, un club comme Chelsea a dû patienter 66 ans avant d’obtenir son premier trophée européen. Malheureusement, la victoire des Rouge et Bleu face au Rapid Vienne est souvent éclipsée du fait que cette compétition n’existe désormais plus. Toutefois, cette soirée reste inoubliable dans le coeur de tous les supporteurs parisiens, de par son scénario et sa symbolique ancrée pour la postérité.

Un trophée précieux et historique

Après plusieurs échecs dans les matchs couperets, le PSG de Michel Denisot parvient à se hisser en finale de la C2 après un parcours des plus impressionnants. Cette année 1996 sourit sur presque tous les plans au club. Outre la perte du titre face à l’AJ Auxerre, les hommes de Luis Fernandez sont exemplaires tout au long de leur rêve européen. Après un seizième et un huitième de finale facilement passé, les rivaux qui se dressent sur la route parisienne sont de plus en plus imposants. Entre la formation italienne de Parme menée par le lauréat du Ballon d’or 1994, Hristo Stoichkov, et les Espagnols de La Corogne, la course au titre n’est pas chose aisée. Cependant, le Paris Saint-Germain tient sa première finale européenne face au Rapid Vienne d’un autre international bulgare, Trifon Ivanov.

Dans un stade du Roi Baudoin plein à craquer, le supplément d’âme des coéquipiers de Youri Djorkaeff est manifeste. Une envie et une hargne peaufinée et désirée par le staff parisien. Entre une mise à l’écart des journalistes et la mythique intervention de Yannick Noah dans le vestiaire, la formation de Luis Fernandez surclasse assez largement son adversaire autrichien. Malgré une finition hasardeuse, le club parvient à l’emporter après un coup franc lointain de Bruno N’Gotty. Sur la plus petite des marges (1-0), le PSG s’adjuge son premier titre majeur et inscrit son nom dans l’histoire de la compétition.

Une négligence déplacée

Entre faiblesse de l’adversaire et mépris pour une compétition « passéiste », les critiques fusent quant à cette victoire du mois de mai 1996. Sans doute, quelque chose d’ancré dans l’ADN du club, cette prédisposition a attirer le mépris des uns et des autres. Cela montre quand même toute l’importance que cette victoire a apporté pour la totalité du football français. Un coup de projecteur considérable sur le championnat, à l’image de ce que les dignitaires du club de la porte de Saint-Cloud continuent de faire aujourd’hui.

Pour l’éternité, le 8 mai 1996 restera la date du premier titre européen du Paris Saint-Germain dans sa courte, mais très riche histoire.

Source : archivesparisfootball.wordpress.com

Paris United

GRATUIT
VOIR