à la uneInterviewsLe ClubLes joueurs

Thiago Silva : Parisien jusqu’à la fin 

A 35 ans, Thiago Silva ne faiblit pas. Dans une forme olympique depuis le début de saison, le Brésilien maintient son statut de pilier à chaque rencontre. Dans un long entretien accordé à France Football, le capitaine des Rouge & Bleu se livre sans concessions.  

Je serai parisien à vie”. C’est sans doute cette phrase que l’on retiendra de cet entretien. Parisien, il l’est depuis maintenant 8 ans. Une ancienneté qu’il espère faire jouer en sa faveur lors des négociations avec le club, tout comme sa forme physique : “Mon physique n’est pas celui d’un athlète de trente-cinq ans. Et je ne dis pas ça pour forcer ma reconduction”, non, mais ça ne tombera sûrement pas dans l’oreille d’un sourd.

En fin de contrat l’été prochain, Thiago Silva ne s’en cache pas, son avenir est au PSG. “Je ne peux pas entrer dans les détails mais l’idée est de rester au PSG et continuer à faire grandir le club. Les huit ans que je viens de passer peuvent peser dans la balance” confie-t-il avant de rassurer le staff en cas d’échec des négociations. “Quelque soit la décision de Léo (…) Je vais donner ma vie pour lui, et pour Tuchel”. Une mentalité de guerrier associée à un respect sans égal pour son club d’adoption, voilà ce qui lui permet de garder sa place dans le coeur des supporters. Si après 8 ans, Thiago est parfaitement à l’aise sur le terrain parisien, ce n’était pas le cas à ses débuts. 

Difficiles premiers pas 

Juin 2012, le défenseur brésilien est arraché du Milan pour rejoindre les rangs brésilien. A cette époque, Thiago se prépare pour les Jeux Olympiques de Londres et “il n’était pas question qu’il quitte le Milan”. Seulement le club ne roule pas exactement sur l’or et la vente de son défenseur lui rapportera 42 millions d’euros. Influencé par Leonardo et Zlatan Ibrahimovic, Thiago Silva devient finalement parisien à l’été 2012. Une première saison compliquée…le défenseur est envahi de doutes et redoute l’échec. “J’étais triste. Je pensais que je n’allais pas y arriver, que je n’allais pas pouvoir rester en France. C’est la première fois que j’en parle aussi ouvertement. Mais je n’étais pas bien lors de cette première saison” confie-t-il. Son adaptation sur le terrain n’est pas la seule chose qui freine l’intégration du défenseur. Natif de Rio de Janeiro, il est loin d’être habitué aux habitants de la capitale… “Au début j’avais l’impression qu’ils étaient durs. Au restaurant, par exemple, je trouvais ça bizarre. Tu commandes un Coca et on te le sert, mais sans un sourire, sans te demander si tu veux des glaçons ou du citron…”. Une distance qu’il apprendra finalement à apprécier. Une période de transition difficile pour un Brésilien… et l’arrivée de Neymar le confirmera. “Il est exactement dans la même configuration. Il est arrivé avec beaucoup de détermination, de motivation, mais il a ressenti les mêmes sensations que moi à l’époque. Il a subi l’hiver, qui est long, difficile. Il n’était pas habitué.” nous explique le capitaine parisien, tout en rassurant les supporters : “Même si beaucoup pensent le contraire, je peux vous dire qu’il est désormais bien dans sa tête, il est heureux d’être là” conclut-il. Si ces paroles jouent certainement en la faveur de la star brésilienne, Neymar a encore du chemin à faire pour retrouver sa place dans le coeur des supporters. 

Franco-brésilien 

Au fil des saisons et dès la deuxième au Paris Saint-Germain, Thiago Silva s’intègre parfaitement au style parisien aussi bien sur le terrain qu’en dehors. Une intégration qui a atteint son paroxysme en mars dernier alors qu’il devient officiellement Français. Un destin hors-normes pour celui qui était prédestiné à être chauffeur de bus au Brésil. “Je viens d’un quartier pauvre où le crime est une option. J’aurais pu basculer là-dedans, c’était très proche de moi. Mais j’ai refusé de prendre cette direction. J’aurais pu aussi devenir contrôleur, comme mon grand frère.” 

Thiago Silva n’est pas devenu O Monstro pour rien. Des ruelles de Rio aux couloirs du Parc des Princes, le capitaine parisien a enfin trouvé son point de chute. Et si certains s’inquiètent du silence qui entoure sa prolongation, Thiago est clair : “Les discussions n’ont même pas commencé (…) Quand on commencera à discuter, on pourra alors dire si on se dirige vers une prolongation ou vers un départ.” En attendant, O Monstro régale et sa deuxième jeunesse sera indispensable à l’heure des échéances européennes. 

Entretien à retrouver dans son intégralité sur France Football. 

Crédit photo : @Sacha_mas

Paris United

GRATUIT
VOIR