à la uneActualités du ClubDirigeants & StaffInterviews

Thiago Motta « respecte » Tuchel mais son « but est le banc du PSG »

Jeune retraité et entraîneur des U19 du PSG, Thiago Motta s’est longuement livré dans une interview publiée mardi par la Gazzetta Dello Sport. L’Italien a évoqué son modèle en tant que technicien, son ambition et sa vision du PSG actuel, notamment le trio composé de Kylian Mbappé, Edinson Cavani et Neymar.

 

Son futur au PSG

« J’ai un contrat de deux ans avec les U19 du PSG mais je souhaite, tôt ou tard, entraîner l’équipe première ». Devenu coach, Thiago Motta n’est toujours pas fan de la langue de bois. Il n’a pas non plus botté en touche quand il a s’agit de parler de l’entraîneur en place, Thomas Tuchel : « Je le respecte et je n’ai rien contre lui, mais mon but est le banc du PSG », a-t-il martelé dans une longue entrevue accordée à la Gazzetta Dello Sport. Une phrase qui a son importance car, selon nos informations, plusieurs écuries italiennes s’intéressent à situation. Morceaux choisis.

 

Sa fin de carrière

« Arrêter de jouer est la chose la plus difficile au monde pour un footballeur ».  Et le jeune entraîneur de 36 ans ne déroge pas à la règle. Sa chance ? Avoir commencé à former dans la foulée. Comme ça, il n’a « pas eu le temps de réfléchir ». Thiago Motta ne regrette pas son choix car il était « encore au sommet ». « Un champion en déclin est un problème pour n’importe quel entraîneur », a-t-il analysé. Aujourd’hui, il savoure d’avoir pu remporter de nombreux titres et d’évoluer dans des villes comme « Barcelone, Madrid, Milan, Paris », des équipes dans lesquelles il a « tellement appris ».

 

Sa philosophie en tant qu’entraîneur

Milieu défensif au PSG, Motta est un technicien qui prône un jeu « offensif. Une équipe qui impose le jeu, presque haut, qui sait se déplacer ensemble, avec et sans ballon, de sorte que chaque joueur ait trois, quatre solutions avec coéquipiers proches prêt à l’aider ». « Le plus difficile dans le football est souvent de bien faire les choses simple : le contrôle, la passe, le démarquage ». Pour lui, le foot « n’est pas une table de baby-foot, ça compte les mouvements ». La mentalité de jeu est plus importante que le schéma tactique : « Vous pouvez être super offensif avec le 5-3-2 et défensif avec le 4-3-3. Ca dépend de la qualité des hommes et de leur attitude ».

L’ex-intériste aime que tous ses joueurs soient impliqués en phase offensive comme défensive. « Pour moi, l’attaquant est le premier défenseur et le gardien de but est le premier attaquant. Le gardien commence le jeu au pied et une attaque pressante permet de récupérer la balle ».

 

Carlo Ancelotti, son modèle

Actuellement à Naples, Carlo Ancelotti a marqué Thiago Motta. « C’était le top. Une impressionnante connaissance du football, une gestion parfaite du vestiaire, la préparation des matches, la psychologie et les relations humaines. Carlo est unique. Il a conquis le respect de tous avec sa normalité ».

 

Son PSG préféré ?

L’ancien international italien garde dans son cœur l’équipe parisienne de 2016. « J’étais fou du PSG 2016 avec Laurent Blanc sur le banc avec Ibra, Thiago Silva, Lavezzi, Cavani. Un groupe de fous. Nous avons été éliminés à (Manchester) City mais nous pouvions gagner la Ligue des Champions ».

 

Les échecs du PSG en Ligue des Champions

Pour l’Italien, remporter cet objectif est un tout. « Les joueurs comptent mais aussi l’histoire du club. Vous ne gagner pas soudainement. Quand je suis arrivé au PSG, l’objectif était de remporter le championnat et la Coupe de France. Aujourd’hui c’est la Ligue des Champions. Mais les autres équipes sont là aussi… »

 

Neymar, Cavani et Mbappé, le trio le plus fort du monde ?

Selon le Parisien, pas de doute, « sur le papier, oui ». « Mais cela dépend de comment ils se déplacent et s’adaptent sur le terrain. A certains moments, Mané, Firmino et Salah (Liverpool) se comprennent tellement bien qu’ils n’ont rien à envier à personne ».

 

Ce qu’il manque à Neymar pour être au niveau de Messi et Ronaldo

Thiago Motta pointe du doigt l’excès d’individualisme du Brésilien qui doit plus s’appuyer sur ses coéquipiers. Pour lui, l’Auriverde doit apprendre à ne pas dribbler « quatre hommes à chaque fois ». « La grandeur de Messi est qu’il ne donne plus à l’adversaire le privilège de le toucher », a-t-il observé. « J’ai toujours dit à Neymar : « donne moi la balle et je te la rends en t’évitant deux dribbles et tant de coups » ».

 

Marco Verratti, principal atout de Neymar ?

Le coach des U19 souhaite que Neymar s’appuie plus sur Verratti. « Aujourd’hui, qui de mieux que Marco peut lui donner cette dernière passe ? Personne. Marco est le seul top joueur italien qui peut jouer dans n’importe quel grand club du monde ».

 

Son admiration pour Verratti

Il n’a fallu que quelques instants à Motta pour se rendre compte du talent du Petit Hibou. « Quand il est venu de Pescara, cela ne m’a pris que cinq minutes pour comprendre que nous avions pris un joueur très fort. C’est un plaisir de jouer avec lui ». Un plaisir que Motta aimerait retrouver en devenant son entraîneur ? « Posez-moi de nouveau cette question dans deux ans... », a-t-il conclu.

 

Merci à Guillaume  de nous avoir fourni l’interview originale.

Xavier Trèfle pour Paris United

Crédit photo : Le Parisien