à la uneActualités du ClubInterviewsLe Club

« On voit bien que la solidarité n’est pas un vain mot au PSG », déclare le directeur d’Action contre la Faim

Particulièrement engagé durant la crise du Covid-19, le Paris Saint-Germain a cette fois fait un don de 100 000 euros à Action contre la Faim.

On ne le répètera jamais assez, si le confinement a pris fin sur la quasi-totalité du territoire, de nombreuses personnes sont encore touchées par le coronavirus à l’étranger notamment, et le club de la capitale entend continuer à soutenir les efforts fournis par le milieu associatif. Ambre Godillon a d’ailleurs pu s’entretenir avec Jean-François Riffaud, DG d’Action contre la Faim à ce sujet. Extraits.

AG : Pendant cette pandémie de coronavirus, on a vu les liens se resserrer encore davantage entre le PSG et ACF, mais c’est un partenariat qui date de deux ans déjà ?

JFR : Oui, c’est un partenariat jeune. Le PSG et sa fondation nous accompagnent depuis deux ans sur nos activités auprès des personnes qui luttent contre la faim, ça a commencé en Centre-Afrique, ça se poursuit à Madagascar (…) On voit bien que la solidarité n’est pas un vain mot au PSG.

AG : Les populations les plus faibles sont aussi les plus exposées lors de ce genre d’épidémies, et c’est là que le PSG a voulu poursuivre ses engagements, il y a eu une cagnotte en ligne et le PSG a voulu accueillir vos activités au Parc des princes. Comment ça s’est articulé ?

JFR : Dès les premiers jours, l’équipe du PSG nous a soutenus, c’est extrêmement important de savoir qu’au bout  de trois jours, on a des partenaires qui nous passent un coup de fil pour savoir si l’on a besoin de quelque chose (…) Il y a un don de 100 000 euros qui nous a permis d’acheter du matériel pour nos équipes qui agissent en France mais aussi à l’international, afin que l’on puisse améliorer notre réponse au covid-19, mais aussi adapter nos activités de lutte contre la faim.

AG : Malgré le déconfinement, la pandémie est toujours là, mais j’ai le sentiment qu’avec le PSG, on entre dans une nouvelle phase. Le PSG veut continuer d’accompagner ACF, une provision de masques a été reçue, il a été décidé d’en reverser une partie à ACF, justement est-ce que ça concrétise un partenariat qui va durer ?

JFR : Tout comme dans le domaine du sport, dans l’humanitaire, on voit dans les moments difficiles sur qui on peut compter. (…) Le PSG et la fondation PSG ont montré leur capacité d’augmenter leur présence, leur soutien, c’est 90 000 masques en plus, qui permettront de protéger nos équipes qui agissent aussi bien en France qu’au Moyen-Orient, en Asie ou en Afrique.

AG : Comment on le ressent lorsqu’on est un acteur humanitaire, et qu’on reçoit le soutien d’un club comme le PSG ? Sur le papier ce sont deux opposés, mais quand il y a une chaine de solidarité qui se crée, quel message cela renvoie finalement ?

JFR : Je sais que parfois les images sont trompeuses, certains observateurs pensent « c’est un club de sport qui vit dans un monde un peu particulier, qui n’est pas le monde des humanitaires ». Nous autres, les travailleurs humanitaires, on sait que les entreprises quel que soit leur fonction savent aussi être généreuses. Ceux qui veulent savoir comment exprimer leur solidarité devraient regarder le PSG faire auprès d’ACF et auprès des autres ONG que vous soutenez, je trouve qu’ils auront un bon exemple afin de savoir comment faire.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur Twitter.

Crédit photo : France Bleu

Paris United

GRATUIT
VOIR