à la uneActualités du ClubInterviewsLes anciens du PSG

Nenê : « C’est une énorme fierté d’avoir réussi à conquérir le public.»

Le co-meilleur buteur brésilien de la saison 2012 est revenu sur son aventure parisienne dans les colonnes de L’Équipe . Voici quelques extraits choisis.

Après une bonne saison avec Monaco, Nenê décide de s’envoler dans le club de la capitale à l’été 2010 : « Mon idole de jeunesse c’était Raï, j’ai toujours été attiré par Paris, la ville, son club, son stade.. Je n’avais pas trop envie de découvrir un autre pays et j’étais content quand j’ai su que le PSG s’intéressait à moi. J’étais aussi attiré par le fait que le club se cherchait encore. Il voulait retrouver les sommets, la Ligue des Champions notamment, et j’ai aimé l’idée de participer à cette reconstruction. »

L’ancien monégasque dresse le bilan de ses années parisiennes : « Je pense avoir réalisé deux saisons et demie vraiment complètes. La deuxième année, j’étais meilleur buteur de l’équipe avec 27 buts (dont 21 en championnat en 47 matchs) ce qui est énorme pour un milieu de terrain. Il n’y a pas que le début qui a été formidable. Tout était magnifique. Je trouve que ma deuxième saison a même été meilleure que la première (20 buts dont 14 en Ligue 1).  La première saison il y avait moins de grands noms mais je n’étais pas tout seul non plus. Je me suis très vite intégré et les gens ont été surpris. Je ne sais pas pourquoi ça a collé si vite. La magie a opéré tout de suite. »

Son caractère a permis de facilité son intégration.

« Ceara m’a beaucoup aidé, il était déjà chez lui à Paris. Comme je ne suis pas trop timide, je suis allé vers les autres, j’ai plaisanté avec les autres et je me suis bien intégré dans le vestiaire. J’ai adoré la ville aussi. La connexion avec le public a vite fonctionné aussi. Ça a commencé comme une belle histoire d’amour. J’ai engendré de la confiance et ça s’est passé naturellement. »

Il évoque sa relation forte avec les supporters parisiens et le fait d’être devenu le chouchou du Parc des Princes.

« J’avais même un chant à mon nom. Je me sentais important. Le respect et l’amour que les supporters m’ont donné étaient vraiment incroyables. Encore aujourd’hui, j’ai l’impression qu’ils ne m’ont pas oublié. C’est unique. C’est une énorme fierté d’avoir réussi à conquérir le public. »

L’arrivée de QSI en juin 2011 a dû changer pas mal de choses en interne. Nenê nous parle de l’évolution progressive du club.

« Ça m’a excité grave ! J’étais très content que le PSG puisse mettre en place les moyens pour devenir l’un des meilleurs clubs du monde. Tout ne pouvait pas se faire du jour au lendemain mais je savais qu’ils aillaient atteindre le niveau auquel ils sont aujourd’hui. On voyait des investissements s’opérer à tous les niveaux, pour améliorer le Camp des Loges, les vestiaires, les pelouses, la salle de gym, l’organisation générale.. Quand tu peux améliorer ta préparation, ta récupération, ton alimentation, ça se reflète sur le terrain. L’exigence de la direction était plus élevée aussi. Quand tu deviens plus exigeant, tu progresses. A cette époque, j’étais vraiment au top ! Avec des joueurs comme Thiago Motta, Pastore ou Ménez c’était un peu plus facile aussi. Mais le gros regret, c’est de ne pas avoir gagné le titre. Encore aujourd’hui,  j’ai vraiment les boules. »

A l’été 2012,  Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva arrivent à Paris. Le Brésilien ne restera que six mois avant de partir au Qatar à Al-Gharafa, il revient sur son départ du club de la capitale :

« Là, on a compris que Leonardo et les Qatariens voulaient vraiment atteindre les sommets européens. Le problème, c’est que quand je ne joue pas, je me sens inutile. Je n’ai pas l’impression d’aider mon équipe. Avec le recul et avec ma façon de penser aujourd’hui, je serais resté beaucoup plus longtemps à Paris. A ma décharge, je sortais de ma meilleure saison, et les dirigeants ont attendu très longtemps avant de me proposer une prolongation. Je pense qu’ils pouvaient me montrer un peu plus de reconnaissance par rapport à ce que j’avais accompli. Comme ils ont tardé, j’ai reçu des opportunités financièrement difficiles à refuser. Ce n’est pas un regret mais aujourd’hui j’aurais sans doute fait différemment. »

Avec le départ au mercato hivernal, on peut se demander comment les supporters parisiens ont réagi à son départ et à sa relation qu’il entretient aujourd’hui avec le Paris Saint-Germain aujourd’hui :

« Ils ont été surpris. Ils m’ont dit que je partais trop vite mais personne ne m’a reproché mon choix. Les supporters auraient pu. Au contraire, ils ont été très respectueux, ils m’ont remercié et ça m’a touché. C’était d’ailleurs encore plus dur de partir après ça. Je me sens encore parisien. Je suis comme un ambassadeur qui a marqué l’histoire du club. J’en suis fier. Le PSG c’est ma deuxième maison. Je ne vais jamais oublier, la ville, le club, l’amour des supporters . Un jour, j’aurai peut-être un rôle plus concret, on verra. »

Nenê a eu un rôle dans la signature d’un autre brésilien devenu numéro 10 à Paris en la personne de Neymar. Il s’exprime sur sa saison actuelle :

« Oui, je lui avais donné mon avis. Je lui avais suggéré de partir et d’aller à Paris relever le challenge. J’ai participé à son choix et j’en suis content. C’est dommage que la saison soit interrompue. Pour moi, il est le meilleur du monde. Objectivement, il est plus performant que Messi ou Cristiano Ronaldo. Il s’est mis un truc en tête : gagner la Ligue des Champions. Il est concentré à fond sur cet objectif. Ça se voit sur le terrain, il veut aider l’équipe, l’emmener en finale. C’est son rêve mais aussi celui des Qatariens. J’espère qu’il va se réaliser. »

L’ancien numéro 10 parisien a encore une place importante dans le cœur des supporters. Et ses déclarations ne peuvent que maintenir la flamme d’amour entre les parisiens et le prince brésilien du Parc.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Nêne dans le journal L’Équipe du jeudi 23 avril.

Yanis Boudjenane pour Paris United

Paris United

GRATUIT
VOIR