à la uneActualités du ClubInterviewsLes anciens du PSG

Luis Fernandez : « La force du groupe de 1995, c’était son état d’esprit »

Aujourd’hui guéri du coronavirus qu’il avait contracté en mars dernier, Luis Fernandez est de retour pour parler football dans les colonnes du quotidien L’Equipe. Dans l’attente du prochain quart de finale de Ligue des Champions du PSG, l’ancien coach s’est remémoré celui qu’il avait gagné face à Barcelone, en 1995. 

Entraîneur du PSG de 1994 à 1996, puis de 2000 à 2003, Luis Fernandez a vécu au plus près le tout premier quart de finale de Ligue des Champions du Paris Saint-Germain, en 1995. Le match opposait alors les Parisiens au FC Barcelone de Johan Cruyff, un modèle pour le franco-espagnol : « Face à lui, je passais mon examen, je voulais être à la hauteur. Il était un monstre et me serrait la main. Il prônait un football ouvert et spectaculaire. » Emmenée par Raí, Ginola, Guérin et Weah entre autres, l’équipe s’était alors qualifiée en demi-finale de Champion’s League.

Une compétition bien plus facile à l’époque ? Loin de là, comme l’explique l’ancien entraîneur : « C’était relevé quand même, en 1995. On avait battu le Bayern de Trapattoni. Il y avait l’Ajax de Van Gaal, avec Kluivert, Seedorf, Davids. Le Barça de Cruyff. Le Milan de Capello avec Maldini, Baresi, Desailly, Boban, Savicevic. À l’époque, le PSG avait surtout l’habitude d’enchaîner, il y avait du talent et le club gardait l’ossature, d’une saison à l’autre. (…) La force du groupe de 1995, c’était son état d’esprit, on était costauds : Guérin, Colleter, Ricardo, Roche, Bravo, Raí, c’était du solide. La priorité c’était le groupe. »

Même si on ne connait pas encore la date au vu de la crise sanitaire actuelle, le PSG se dirige cette saison vers un nouveau quart de finale de Ligue des Champions. Qu’en est-il cette fois de l’état d’esprit de l’équipe ? Pour Luis Fernandez, le groupe donne l’impression d’être soudé : « Je pense qu’il a longtemps été bloqué psychologiquement, et le soulagement s’est senti après la qualification contre Dortmund. Il me donne surtout l’impression d’être trop fort en Championnat, et ce n’est pas bon. » Souvent critique avec Thomas Tuchel, Luis Fernandez a expliqué que ces propos étaient mal interprétés. Selon lui, l »entraîneur actuel du PSG a tout pour mener l’équipe très loin, mais ses choix sont parfois incompréhensibles : « Il est celui dont j’attends le plus car aucun autre entraineur n’a eu autant d’atouts pour battre n’importe qui. (…) Il doit réussir. Je lui ai reproché le trop grand nombre de blessés au PSG. Et son côté laboratoire, dans ses chamboulements tactiques, je ne comprends pas toujours. »

Paris United

GRATUIT
VOIR