à la uneInterviews

Les mots de Presnel Kimpembe après PSG v Manchester

Son sentiment

« Moi je suis parisien. Si je n’avais pas été footballeur professionnel ou sur le terrain mercredi, j’aurais été dans un virage ou dans la tribune Auteuil pour soutenir l’équipe. Moi aussi ça me fait mal, très mal, je vois bien ce que les supporters ressentent. Je vois la colère des supporters, je la comprends et je l’assume. Mon ressenti depuis le match de mercredi c’est beaucoup de haine et de déception. Le résultat m’est encore en travers de la gorge tout comme les supporters et tout comme l’équipe. Pour pouvoir avaler ça, ça va être compliqué. C’est un match qui forcément reste dans les têtes mais qu’il va falloir oublier pour le reste de la saison. »

 

Son explication de la défaite

« Je dirais qu’on a eu beaucoup de suffisance par rapport au match aller à Old Trafford. Ce n’était vraiment pas la même équipe du PSG et voilà au match retour ça s’est ressenti. On a perdu cette Grinta et cette rage que l’on avait au match aller qui a pu faire la différence. Je ne pense pas que ce soit dû aux expériences passées (la remontada) qui fait qu’on était stressé. C’est vraiment par de la suffisance et le fait qu’on a pris ce match à la légère. C’est une chose qui ne m’arrivera plus jamais. Avoir mal comme ça, ça m’est trop arrivé, pour moi ça suffit. Je dis stop. En restant humble, on va rester affamé. On perdra encore des matchs mais perdre des matchs comme celui-ci c’est terminé. Je ne veux plus que ça nous arrive. Va falloir relever la tête et passer à autre chose. Y’a encore le championnat et la coupe de France, ce sont des choses qui nous tiennent à cœur aussi même si dans la vie et dans le monde du football tout le monde pense que gagner ces trophées là c’est facile. Mais ce n’est jamais facile. »

L’envie de rebondir

« Je ressens beaucoup de sentiments depuis mercredi, mais celui que je n’ai pas c’est celui d’être résigné. Moi j’ai envie d’avoir cette pression positive et de recommencer un match de LDC la semaine prochaine mais voilà ça ne sera pas possible. On a beaucoup de haut et de bas et aujourd’hui on est tombé mais demain on reviendra plus fort. C’est un peu comme l’équipe de France : en 1994 on ne se qualifie pas, en 98 on est champion du monde, en 2002 c’est compliqué, en 2006 on va en finale, en 2010 y’a des problèmes. Et d’ailleurs comme l’équipe de France j’ai envie de remonter très haut et très très vite. Pour la reprise de l’entrainement dès demain il va falloir remettre le bleu de chauffe. J’avais 2 rêves de gosse c’était gagner la coupe du monde et gagner la ligue des champions. Je ne renonce pas et je ne renoncerais jamais à pouvoir gagner la champion’s league. Je l’aurais dans ma tête tous les jours. »

Interview réalisée par Bros Stories