Actualités du ClubInterviews

Jonathan Calderwood : « Quand Paris gagne, je gagne aussi. »

Nommé en 2013 en qualité de « ground manager » du Paris saint-Germain, Jonathan Calderwood débarque d’Aston Villa pour devenir le responsable de l’entretien des pelouses du PSG comme nous en parlions ici. Elu meilleur jardinier de Premier League de 2009 à 2012, il parvient à maintenir son niveau de performances et glane le titre de meilleur jardinier de Ligue 1 quatre saisons d’affilée. Dans une vidéo diffusée sur le réseau social « twitter » par le Paris Saint-Germain, Calderwood nous fait part de ses impressions depuis son arrivée en France et nous parle de ses méthodes de travail. Morceaux choisis. 

Au travers de cette vidéo, Jonathan Calderwood nous parle de son arrivée en France et sa surprise d’être le « premier ground manager » en France car comme il l’explique il n’y a pas la même culture du gazon en France et en Angleterre.

Outre-Manche, c’est « un métier qui s’apprend à l’université pendant 4 ans » car lui-même avoue ne pas avoir étudier « les fleurs, les arbres, les plantes » mais uniquement « le gazon ».

Il raconte d’ailleurs l’importance de différents paramètres dans un club c’est les « joueurs » mais aussi le « terrain » qui est à « 100% naturel » en surface mais il compte également « 3% de fibres synthétiques artificielles » afin de renforcer la pelouse. Cela permet aux joueurs durant les matchs de ne pas « se retrouver avec des morceaux de pelouse qui se détachent ».

Le jardinier en chef du PSG évoque également le besoin d’adapter la pelouse au  style de jeu de l’équipe qui joue « un football rapide et fluide » et la volonté d’avoir « un terrain très rapide ». Et selon lui c’est un équilibre à trouver entre une pelouse sèche ou trop arrosée « qui pourrait ralentir le ballon ».

Ainsi, le jour du match, Calderwood décide de la « hauteur du gazon » qui est un élément important « pour la vitesse du ballon ».Et le jardinier ne laisse rien au hasard pour que « tout soit parfait le jour du match » et sa mission se poursuit même après la rencontre car « il prépare la pelouse pour le match suivant ».

Il s’agit d’un travail d’orfèvre et gigantesque à la fois car à chaque fin de saison comme nous l’explique le jardinier nord-irlandais « on enlève le gazon du terrain en fin de saison » afin d’en faire repousser une toute nouvelle. Cela peut prendre entre « 6 et 7 semaines pour faire repousser le gazon » pour qu’il « soit prêt pour le 1er match de la saison ».

Sa mission de « ground manager » ne s’arrête pas à la pelouse du Parc mais il s’occupe également « du centre d’entraînement » et c’est un travail tout aussi « intense et exigeant » car le terrain est « utilisé au quotidien ».

Malgré ses 23 ans d’expérience à haut niveau, il reste « passionné par son travail et de football » et « Quand Paris gagne, je gagne aussi car le terrain est une partie importante ».

Jonathan Calderwood est reconnu son travail, son exigence et sa passion du gazon. Il conseille d’ailleurs d’autres clubs de Ligue 1 pour l’entretien de leurs pelouses et il reste aujourd’hui une référence de « ground manager » 

La Rédaction 

Source : https://twitter.com/PSG_inside/status/1156489928966062080

Crédit photos : psg.fr

Paris United

GRATUIT
VOIR