The UEFA Champions league trophy is exhibited ahead of the draw for the Champions league quarter-final draw, on March 15, 2019 at the House of European football in Nyon. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)
à la uneInterviews

Jean-Baptiste GUEGAN : « Le PSG va y aller. »

Jean-Baptiste Guégan est enseignant en histoire-géographie et géopolitique du sport, et journaliste. Il revient sur la réforme de la Ligue des Champions qui devrait avoir lieu en 2024.

 

Pour commencer, explique-nous en quoi consiste le nouveau projet de la Ligue des Champions ? 

« L’ECA (l’Association européenne des clubs) a proposé un nouveau projet, une nouvelle mouture de Ligue des Champions qui est encore plus fermée que la précédente. Comme dans le cadre de l’Euroleague (la LDC du basket), la nouvelle formule assure la présence des clubs historiques et des plus riches d’Europe, évidemment issus des 4 plus gros championnats. Concrètement, on passe d’une Coupe d’Europe ouverte aux champions des pays, à une ligue fermée qui se jouerait par deux groupes de huit et qui verrait les six premières équipes rester une année sur l’autre, et les deux dernières être remplacées par de nouveaux arrivants. »

On risque d’assister à un grand bouleversement ?

« Concrètement, ce projet ressemble à l’Euroleague de Basket. Ca serait un mix entre un système européen de football fonctionnant sur le principe de promotion-relégation et la NBA. L’idée est de faire une NBA du foot avec uniquement les franchises les plus grandes qui resteraient perpétuellement en compétition, et quelques nouveaux entrant qui viendraient ponctuellement sur des critères sportifs. En quoi ça arrangerait tout le monde ? Les quatre plus gros championnats auront des places garanties, comme ce sont eux qui ont négocié, ils se sont arrangés la majeure partie des places. » 

Les Anglais, ainsi que Javier Tebas (président de la Liga), sont montés au créneau ces derniers jours contre cette réforme.

« Je vois deux limites à cette réforme. La première, c’est que ce sont les clubs les plus importants au monde qui ont décidé entre eux. Par exemple, si Manchester United joue une vingtaine de matches en LDC (les poules plus les éliminations directes), ils ne pourront pas faire le championnat avec la même équipe sachant qu’il te rapporterait beaucoup moins. Tu auras donc une équipe b, voire c. La valeur des droits télés pour le championnat va donc baisser et celle-ci va devenir des revenus en moins pour les autres clubs. Des clubs comme Watford, ou Lille en France, ne pourront plus profiter de la manne des droits financiers, ce qui ferait éclater le système des clubs européens. »

La seconde limite est vis-à-vis des sélections nationales. On a vu Noël Le Graët monter au créneau et c’est aussi pour cela qu’on a entendu Tebas. Les sélections nationales se sont rendues compte que si la nouvelle formule de la LDC apparaît, les matches se joueraient sur les créneaux les plus porteurs, ceux des sélections. Quand tu as vingt dates à mettre sur la saison, ca veut dire que tu limites le nombre de fenêtres internationales. »

Ça alourdirait considérablement le calendrier déjà bien fourni. Plusieurs changements seraient à prévoir dans les championnats ? (18 ou 16 équipes, suppression de coupes nationales).

« Si le projet va au bout, l’idée est de restreindre le nombre d’équipes jouant à très haut niveau pour avoir des matches comparables à ceux de la NBA. C’est-à-dire une vingtaine d’équipes qui s’affrontent en tournoi fermé. On assisterait à des Real Manchester et Liverpool PSG toutes les deux semaines. Du coup, plus personne n’ira regarder des Amiens Dijon, la difficulté est là. En privilégiant le foot des grandes métropoles, tu négliges tout le reste. Or, les métropoles ne sont pas toute l’Europe, c’est une vrai menace pour le football. On pourrait très bien avoir des championnats de seconde zone sur le modèle américain, qui seraient des championnats de développement. »

Ca risque de tuer le foot populaire ? Les grosses équipes vont délaisser les championnats nationaux ? 

« Évidemment, ils vont se concentrer sur la Coupe d’Europe car c’est la compétition que tout le monde voudra voir dans le monde. Ce qui est intéressant, c’est que si l’UEFA cède, c’est aussi pour une autre raison. La FIFA a proposé de faire un championnat mondial des clubs qui serait grosso modo la même chose. C’est la réponse de l’UEFA à la FIFA, si ce format de LDC existe, jamais les membres de la FIFA ne pourront mettre en place le championnat du monde des clubs tel qu’ils l’entendent. Ce qu’on est en train de voir, c’est une course en avant vers le fric, avec un problème. Si tu fais s’effondrer les fédérations et le système qui existent depuis près d’un siècle, tu risques de le payer cher car le football ne sera plus du tout le même. »

La principale motivation de cette réforme est financière ?

« Bien sûr. Les droit télés exploseraient pour les clubs qui joueraient la LDC. En France, un amendement va être déposé par les clubs de l1 et l2 pour enlever la part de droit télé aux clubs qui y participeraient, en gros les sanctionner financièrement. Ils sont en train de voir si juridiquement c’est possible, le championnat anglais est en train de réfléchir à la même chose. Comme tu as une concentration de la valeur, les autres équipes ont tout intérêt à bloquer le processus. Le Bayern par exemple, si le projet se fait, sera immédiatement exclu de toutes les compétitions organisées en Allemagne. Tu vas donc avoir un rapport de force qui va se mettre en place entre les clubs, les ligues et les fédérations. Ces dernières ne céderont jamais, j’imagine mal la fédé allemande plier devant Munich. »

On n’a pas encore entendu la voix des dirigeants parisiens sur ce projet ?

« Ils ont surtout intérêt à ne rien dire. Clairement, ils savent qu’ils y gagneraient au change. On estime l’augmentation des droits télés de 40 %, quand tu vois déjà ce qu’on touche en LDC, tu rajoutes 40 % , sans les produits dérivés, la billetterie, ça serait gigantesque. On serait sur des montants qui se situeraient entre la NBA et le foot américain, tu pourrais obtenir plus que les 6 milliards de dollars du foot américain. »

 Les clubs se trouveront en position de force pour négocier avec les futurs sponsors. Tu sais que tu vas jouer la LDC tous les ans, plus besoin d’attendre la fin de saison pour être certain de renflouer les caisses.

« Exactement. Mais cela veut dire que tu peux te retrouver avec le même problème qu’en NBA, c’est-à-dire des clubs qui à mi-saison ont compris qu’ils n’arriveraient à rien et qui laissent couler la saison. À force de voir des matches de très haut niveau entre les équipes historiques ou des nouveaux riches genre PSG ou City, ça va créer un autre soucis. Ton produit n’est plus rare, et s’il n’est plus rare, il perd en valeur. Si toutes les semaines, on nous colle un Manchester City Arsenal et un Bayern Barca, ce n’est pas grave, tu iras au ciné ou tu regarderas Netflix. Aujourd’hui, tu as une vraie érosion des matches en NFL. Même au Superbowl, les audiences baissent. Tout le monde sait à quoi ça va ressembler, et tu es concurrencé par autre chose. La LDC est un produit d’exception, le nouveau format est dangereux à moyen terme, sur 5 à 10 ans tu peux avoir un vrai effet de lassitude. »

La nouvelle réforme serait-elle positive pour le PSG ? Qu’est-ce que cela changerait concrètement pour le club ?    

« Le PSG va se retrouver dans la même position que l’Asvel, le club de basket de Tony Parker. Il va être coincé d’un côté entre sa ligue, sa fédé et son championnat qui vont lui dire n’y va pas. Et lui qui va regarder son intérêt financier, marketing et médiatique et surtout l’intérêt de ses sponsors, partenaires et actionnaires, qui eux vont leur dire que l’argent est là bas, que l’exposition est là bas, que les retours sur investissement sont là bas, et que ca sera la meilleure compétition du monde. Comme le Qatar a acheté le PSG pour cette exposition là, il y a peu de chance qu’ils n’y aillent pas, donc le club a surtout intérêt à ne pas communiquer. Évidemment, ça serait intéressant pour eux d’y aller, mais c’est un risque de se couper du foot populaire français et de nuir à l’image de ceux qui possèdent le PSG. »

De toute façon, en ce moment,  le club est coupé du foot populaire français non ?

« On est d’accord. Non mais ce qu’il risque de se passer honnêtement, c’est que le PSG va y aller car il va être invité. Bon si cela se fait, car la réforme est en 2024, donc elle a encore le temps de changer, mais je pense qu’on va avoir une réforme comme ca, et ce qu’il va se produire, c’est que le club va y aller, que Lyon va tout faire pour y être ainsi que Marseille. Pour ces clubs, c’est formidable, maintenant si tu t’appelles Angers…»

Mehdi_sefraoui