InterviewsLes joueurs

Edinson Cavani : « Avec le public, cela a été un amour qui a grandi et qui est marqué par le lien que j’ai avec les gens de Paris »

L’attaquant uruguayen du PSG Edinson Cavani, après avoir reçu jeudi à Paris le trophée EFE du meilleur joueur latino-américain de 2018, a déclaré pourquoi tant de bons joueurs sortent de son pays parce qu’ils respirent le football depuis le berceau.

Dans une longue interview accordée à l’Agencia Efe au Parc des Princes, Cavani a avoué que le jour qu’il avait signé pour le PSG en raison des attentes du club de gagner la Ligue des champions. Il parle notamment de son travail sur le terrain à côté de Luis Suárez en équipe nationale et avec Mbappé au PSG. Il a également répondu aux préoccupations de l’équipe sur les 10 semaines d’absence de Neymar.

 

Luis Villarejo : Forlán et Luis Suárez ont déjà remporté ce trophée, que signifie ce prix pour vous ?

Edinson Cavani : « Je ne suis pas passionné par les prix individuels, je préfère les trophées  collectifs qui restent dans les vitrines. Mais je le reçois comme une reconnaissance non seulement d’une année de travail, mais aussi de dévouement, de travail et de persévérance.Ce trophée me remplit de joie et m’encourage à continuer. Il me marque que le travail porte ses fruits. Et ce prix Efe, un trophée aussi prestigieux, me stimule pour continuer à concourir avec enthousiasme. »

Quels aspects du jeu admirez-vous chez Forlán et Suárez ?

« Diego Forlan avait une classe incroyable à jouer et un punch délicieux, c’était bien de voir comment il était à l’aise avec ses deux pieds. Je l’ai regardé quand il grandissait dans le football.

Avec Suarez, nous avons joué plus de fois ensemble parce que nous sommes de la même génération, nous avons une feuille de route dans l’équipe nationale. C’est un joueur qui montre tous les jours à quel point il est génial, il a fait beaucoup de choses importantes. Notre pays a beaucoup de joueurs qui ont cet esprit et en eux on peut sentir la griffe, le désir de gagner. Et ça se répand sur le terrain. J’ai eu la chance de jouer avec eux, ça me laisse beaucoup de beaux souvenirs. »

Qui était votre idole lorsque vous étiez enfant ?

« Je n’étais pas un enfant qui regardait le football à la télévision, je préférais jouer et m’amuser. Quand j’ai commencé à grandir et à regarder plus de football, à l’âge de 14 ans, Batistuta était le footballeur parfait pour moi. Par son caractère, son esprit de travail et de lutte sur le terrain, sa façon de finir, sa vitesse. C’était le footballeur qui m’a surpris.

Je me souviens aussi beaucoup de mon frère Fernando, qui était un professionnel, un modèle, il avait vécu avec nous et était allé à Montevideo pour devenir un professionnel. Je l’ai vu et je savais ce que je devais faire pour être un professionnel. »

Comment le PSG  a-t-il progressé ces dernières années ?

« Le club a beaucoup grandi ces dernières années. Ce qui m’a le plus attiré lorsque j’ai été contacté, c’est que dans le projet du président, il y avait la possibilité de gagner la Ligue des champions en cinq ou six ans et cela m’a motivé. C’est notre pari. Bien que gagner le championnat soit l’objectif principal parce qu’il vous donne une continuité pour les autres compétitions.»

Dans le club, vous formez un trident avec deux grands noms comme Neymar et Mbappé. Que vous inspire Kylian ?

« Mbappé grandit beaucoup, il a un potentiel incroyable, et cela dépendra de lui où qu’il aille, personnellement et avec l’équipe. Il apporte beaucoup de technique dans la partie offensive. Il me donne beaucoup de mobilité, beaucoup de technique pour faire ses mouvements et il me donne plus d’espace. Les autres années, j’étais seul en attaque et c’était plus difficile. Avec Neymar et Kylian, les défenses sont un peu plus partagées. En plus, il a la vitesse qui est importante pour nous. »

L’absence de dix semaines de Neymar sera-t-il un facteur déterminant pour le PSG ?

« Cela nous affecte, parce que pour gagner n’importe quelle compétition et plus particulièrement la Ligue des Champions, nous devons tous être disponibles. C’est un joueur important et donc une victime importante. Nous avons un groupe bien formé et le remplaçant sera à la hauteur de la situation et le fera à un haut niveau. Mais chaque équipe veut avoir un footballeur comme Neymar. J’espère qu’il se remettra le plus vite possible. »

La PSG est-il dans sa meilleure forme ?

« Le football est si beau parce que vous ne savez pas ce qui peut arriver. Tu vas à un match et tu ne sais pas ce qui va se passer. Il se passe beaucoup de choses en une saison. L’équipe va bien, ils ont de l’expérience dans cette compétition, dans le championnat nous avons un avantage important qui nous permet de travailler avec confiance. Il se passe des choses. Lors des deux derniers matches de la phase de groupes de la Ligue des champions, l’équipe s’est bien comportée, faisant preuve d’une très belle mentalité et d’unité, ce qu’il faut avoir dans ces compétitions. »

À Paris, vous êtes devenu une référence pour le public. Ta connexion avec les supporters est totale …

« C’est drôle, mais parfois je me sens à l’aise de voir ma trajectoire. Je me souviens quand je suis arrivé à Naples et, avant de jouer, j’étais un point de référence pour tout le monde. J’ai dit à ma famille que j’avais un petit quelque chose dans l’estomac, que les gens ne me voyaient pas jouer et qu’ils m’avaient déjà comme idole. C’était une grande responsabilité. J’avais une certaine peur, cette peur qui vous fait faire une différence dans les moments difficiles. C’est là que vous réveillez la fierté, une peur saine.

À Paris, c’était différent, les gens étaient heureux, mais la présentation était plus normale, moins visible. Mais après avoir traversé tant de situations difficiles, joué à une position inhabituelle pour moi et baissé la tête pour me mettre au service de l’équipe, mon heure est venue et cela a payé, avec des résultats. Avec le public, cela a été un amour qui a grandi et qui est marqué par le lien que j’ai avec les gens de Paris, pas seulement les fans. C’est quelque chose de très spécial qui s’est formé au fil des années. »

Pourquoi tant de bons joueurs sortent-ils d’Uruguay, a dit Benedetti, le « petit pays » ?

« Mon enfance me vient à l’esprit, totalement gratuite, heureuse, avec ces petits jeux sans chaussures sur les pieds, sous la pluie, avec le besoin d’avoir envie d’y aller, avec des rêves que je pense que d’autres pays ont moins. Nous respirons le football depuis le berceau, à partir du moment où nous commençons à marcher, nous tapons un ballon. Cela vous conduit à éveiller les qualités que vous pouvez avoir, les dons que Dieu nous donne. Cela nous amène à serrer les dents et à faire sortir tant de joueurs, au-delà des écoles. Celui qui a soif de gloire, de joie, de fierté de porter le maillot de l’Uruguay, gagne. »

Dans l’équipe nationale, le nouveau capitaine est Diego Godin, comment jugez-vous votre hiérarchie à l’Atlético de Madrid ?

« Godin est tout ce qu’un capitaine doit être, comme l’était Lugano à l’époque, pour qui j’ai un grand respect, pour son comportement et sa discipline dans le vestiaire. Godín a cette façon de défendre ses camarades et le pays. Il est aussi très discipliné, àl’Atlético de Madrid et dans l’équipe nationale, non seulement sur le terrain, mais aussi en dehors. En plus, c’est un type très intelligent, et ça fait une différence. »

La finale de la Ligue des Champions se déroule dans la Wanda Metropolitano, vous vous voyez à Madrid ?

« J’espère que nous irons un pas à la fois. »

 

Retranscription de Yann Pougueux

Propos recueillis par : efe.com