à la uneL'équipeLe Club

Daniel Hechter « Il manque une âme pour le top niveau européen. »

Alors que le PSG célèbre son 50ème anniversaire, celui qui fut peut-être son président le plus emblématique, Daniel Hechter, donne son avis sans langue de bois sur ce qu’est devenu le club.

Depuis bientôt dix ans, impossible de parler du Paris Saint-Germain sans associer au club sa volonté de remporter la Champion’s League. Si la saison 2019/2020 fut celle où les rouges et bleus se sont le plus approchés de l’objectif, paradoxalement, ce fut l’une des plus décevantes, tant sur le fond (défaite en finale) que sur la forme :

« Il n’y a pas de fond de jeu car, hormis face aux petites équipes, on n’a pas la possession du ballon. (…) Le milieu de terrain est déséquilibré. Contre le Bayern, les Parisiens ont été étouffés au milieu. C’est rageant car le PSG n’a jamais eu une attaque aussi formidable que maintenant et n’en aura plus jamais une comme ça dans le futur. C’était l’année où il fallait gagner! Maintenant, ce sera beaucoup plus difficile » déclare Daniel Hechter.

En effet, souvent pointé du doigt, l’entraîneur allemand, Thomas Tuchel, ne trouve pas non plus grâce aux yeux de Daniel Hechter. Selon lui, il n’est tout simplement pas au niveau :

« Non et depuis ses débuts sur le banc parisien. On l’a comparé à Klopp mais il n’est pas du tout à son niveau. Tuchel fait beaucoup d’erreurs au niveau du coaching et pour moi il n’est pas meilleur que Laurent Blanc ou d’autres coachs français. Si on prend un entraîneur étranger, il faut qu’il soit meilleur que ceux d’ici. »

Néanmoins, si le coaching est clairement perfectible, le fait que le PSG ait évolué est indiscutable, et il ne manque peut-être pas grand-chose afin que le club de la Ville lumière atteigne des sommets :

« C’est bien que les qataris soient arrivés et qu’ils injectent beaucoup d’argent. Cela a permis de construire une belle équipe. Maintenant, gagner la Coupe d’Europe est un autre problème. Il faut l’expérience. Il manque une âme pour le top niveau européen. Celle qui existe au Real ne se trouve pas encore à Paris. »

D’autre part si le chemin s’avère long et compliqué, ceux qui critiquent le club méconnaissent son passé et oublient que le PSG est définitivement à part :

« Probablement car il a été enfanté dans la douleur. La rupture avec le Paris FC a rendu les dirigeants de Saint-Germain extrêmement méfiants. Comme nous étions le club de Paris, on avait une étiquette de club de milliardaires sauf que nos moyens restaient limités. »

Enfin, si contrairement aux croyances populaires, le PSG a longtemps lutté pour sortir la tête de l’eau financièrement parlant, la donne a changé. Malheureusement, comme dans tout domaine, l’argent suscite la jalousie, ce que Daniel Hechter comprend parfaitement :

« Aujourd’hui, c’est normal avec les sommes injectées. Les clubs de province sont un peu jaloux et on ne peut rien y faire. Dans les années 1970, on représentait déjà le club de la capitale donc nous étions chahutés en province. La première saison, on disputait même tous nos matchs à l’extérieur. Au Parc des Princes, les Corses habitant Paris venaient soutenir Bastia, les Alsaciens supportaient Strasbourg, les Bretons se déplaçaient pour Rennes… »

Source & crédit photo : Le Parisien

Paris United

GRATUIT
VOIR