Article

Thomas Meunier : « Gueugnon, Niort, ou le Bayern, je veux être sur le terrain”

Auteur d’une première saison convaincante sous les couleurs parisiennes, le latéral belge Thomas Meunier devrait être titulaire face à la Bosnie. Il s’est par ailleurs confié à La Dernière Heure ou il évoque son début de saison, mais aussi la concurrence avec Dani Alves.

Le sélectionneur belge a dit que le manque de temps de jeu de certains en club n’était pas un problème mais pourrait le devenir. De votre côté ça ne se pose pas, parce qu’on a l’impression qu’il y a une bonne alternance entre Dani Alves et vous ?

Oui, il y a une bonne alternance. Maintenant, on va voir comment ça va se passer aussi. Si on va aller jusqu’au bout dans toutes les compétitions mais si c’est comme l’an dernier, on va jouer à peu près soixante-dix matchs et chacun aura du temps de jeu pour se montrer. Je suis conscient que ça ne va pas toujours être à mon avantage comme ce fut le cas l’année passée, mais quand je serais sur le terrain je ferais de mon mieux en espérant jouer le plus de matchs possibles.

Dani Alves est un plus gros concurrent que Serge Aurier ?

Non du tout. Pour moi, Serge et Dani se valent. Mais Dani Alves a l’expérience et il a un caractère de leader sur le terrain. Et puis quand on investit sur un joueur comme ça, on se doit de le mettre sur le terrain, surtout quand les prestations sont bonnes. Et de mon côté, je prends mon mal en patience. Quand je joue, je fais ce que je peux et je fais généralement de bons matchs. Le staff technique est au courant qu’il peut compter sur moi.

Quand vous dites « je prends mon mal en patience », il y a une petite frustration ?

Oui parce qu’on veut jouer tous les matchs (rires). Que ce soit Gueugnon, Niort ou le Bayern Munich, je veux être sur le terrain à chaque fois. Et même dans les moments où je suis moins frais ou quoi que ce soit, l’envie est toujours là et ronger son frein sur le banc ce n’est pas toujours évident. Mais bon, c’est le football. Je suis dans une équipe du top 5 mondial où les doublures et les titulaires sont du même niveau. Il faut des fois un peu de chance, les choix du coach etc… Donc prendre mon mal en patience, c’est surtout parce que je ne suis pas la priorité mais je ferais tout pour compliquer les choix.

Vous n’êtes peut-être pas une priorité d’Unai Emery, mais vous êtes quand même dans les 3-4 joueurs qui jouent régulièrement, au même titre que Draxler par exemple ?

Je ne me mets pas non plus au second plan et je ne m’enterre pas sur le côté. Mais il y a une place en tant que latéral droit où pour l’instant c’est Dani qui a la préférence du staff technique. Point à la ligne. Je sais que le coach peut à tout moment faire appel à moi et peut inverser cela.

Surtout que vous répondez présent, vous avez encore marqué ce week-end (le but du 3-0 face à Bordeaux, ndlr), donc on peut d’office compter sur vous ?

Bien sûr. Ils le savent. C’est l’avantage de jouer dans une équipe qui domine. Moi j’ai l’occasion de me montrer offensivement et puis défensivement c’était pas trop mal. Donc je fais ce que je peux, tout simplement, pour pouvoir gagner et gagner ma place dans ce groupe et à la fin le coach décidera. Mais ça change strictement rien. Je fais mon job.

Antoine Bourlon (@AntoineBourlon_)