Article

[Article Paris U] Neymar veut briller d’avantage.

Neymar veut briller davantage
 
Après des débuts tonitruants contre Guingamp (3-0) et Toulouse (6-1), Neymar est moins rayonnant depuis trois semaines, malgré des statistiques stellaires (5 buts, 5 passes décisives en 6 rencontres) et un apport décisif lors de chaque rencontre du Paris Saint-Germain. Pourtant, cela fait quelque temps qu’Unai Emery s’inquiète en privé de l’environnement autour de la star. Certaines personnes poussent le Brésilien à jouer de manière plus solitaire, et Nasser Al-Khelaifi ne voit pas vraiment d’inconvénient depuis que Neymar a changé le paysage parisien. De plus, la clique brésilienne est bien implanté au PSG puisque deux hommes sont devenus des conseillers du club : Humberto Paiva et Neymar Da Silva Senior . Par ailleurs, la direction parisienne marche quelque peu sur des œufs, car la superstar auriverde est un spécialiste des grands matches – qu’il ne rate pratiquement jamais – et le staff sait que la différence individuelle qu’on lui demandera au printemps est largement dans ses cordes.
 
L’anecdote du penalty n’est pas anecdotique
 
L’autre problème est que le Brésilien est venu au Paris Saint-Germain pour être le numéro 1 du club. Son entente avec Messi et Suarez était idyllique à Barcelone – les trois hommes s’appellent encore régulièrement –, et le Brésilien serait resté en catalogne s’il devait demeurer dans l’ombre d’un autre de ses co-équipiers. Les égos des grands champions ne sont pas ceux de tout à chacun : c’est pour ça qu’ils sont arrivés au niveau qui est le leur aujourd’hui, et Neymar aimerait marquer plus de buts, notamment dans l’optique du Ballon d’Or, d’où la légère “brouille” entre lui et Cavani. Unai Emery avait déjà hiérarchisé les tireurs, mais cela n’a pas empêché les deux joueurs de s’arranger en match – en l’occurrence Cavani a souhaité prendre le ballon pour marquer, face à Lyon (2-0) comme contre le Celtic (0-5). L’anecdote du penalty n’est pourtant pas anecdotique, car le PSG va devoir gérer ses stars dans une saison qui débutera réellement à partir de février, après un long hiver où chaque rencontre risque d’être surinterprêté – l’époque des réseaux sociaux s’y prête. Un homme sera primordial dans la réussite du club de la capitale cette saison, sur le terrain comme en dehors : Unai Emery. Et alors que son équipe écrase tous ses adversaires depuis le début de saison (8 victoires, 28 buts marqués, 4 encaissés), l’entraîneur espagnol va devoir trouver le bon dosage pour faire vivre son effectif en bon intelligence. Jusqu’ici tout va bien.