Parc des Princes
à la uneActualités du ClubL'équipe

Saison 2020-2021 : Le feu au Parc ?

La Ministre des sports Roxanna Maracineanu s’est montrée favorable à une expérimentation encadrée des fumigènes la saison prochaine, suite à une réunion avec l’Instance Nationale des Supporters.

Un premier pas encourageant

« Les expérimentations de spectacles pyrotechniques qui impliquent des supporters pourraient voir le jour au retour des matches, fin juillet, début août ». Si cette déclaration de la Ministre est encourageante, elle nécessite néanmoins précision. Un accord devra être trouvé avec le Ministre de l’intérieur et les préfets concernés, ce qui est déjà plus compliqué. Des discussions devraient cependant débuter entre les supporters et les clubs pour le retour de la Ligue 1 cet été : «Il faudra que les clubs s’approprient ce sujet, et qu’ils nous les proposent au moment des premiers matches de la reprise du Championnat », assure Roxana Maracineanu. Une zone sera dédiée aux craquages de fumigènes et des agents assureront la sécurité du spectacle.

Havrais et Angevins précurseurs

« L’idée c’est de poursuivre la lancée », la Ministre des Sports a indiqué vouloir suivre l’exemple initié par le Havre SC et le SCO d’Angers. L’année dernière,  des essais de craquages de fumigènes encadrés avaient été effectués au Havre et à Angers, pour fêter en décembre, le centenaire du club. Le stade Raymond Kopa s’était alors illuminé de rouge, en accord avec la Ligue de Football Professionnelle, la Préfecture du Maine-et-Loire, ainsi qu’à la police et aux pompiers angevins. Un dialogue qui s’était avéré positif, les consignes de sécurité ayant été respectées. Les craquages devaient avoir lieu dix mètres devant la tribune, dans une zone dédiée. Aucun incident n’avait été également constaté au stade Océane.

La fin d’une hypocrisie ?

Si les incidents liés à l’utilisation de fumigènes existent, ils sont liées aux conditions d’allumages : dissimulation, stadiers qui passent le récupérer, mouvements de foule, tensions. L’autorisation encadrée de craquage signifierait la fin des amendes si onéreuses pour les clubs. Le Paris Saint-Germain avait été la saison dernière, le plus gros payeur d’amendes français avec 260.000 euros, un véritable racket. Côté tribune, cela mettrait un terme aux prononciations abusives d’Interdictions Administratives de Stade (IAS, décision préfectorale liée aux lois antiterroristes de 2006), et des Interdictions Définitives de Stade (IDS, décision juridique). Une grande avancée pour les droits des supporters, et pour le portefeuille du PSG.

Paris United

GRATUIT
VOIR