à la uneActualités du Club

Nasser, Antero, Tuchel : Retour sur une cohabitation impossible

Dès son intronisation à l’été 2018 en remplacement d’Unai Emery, Antero Henrique déclarait déjà à propos du nouvel entraîneur Thomas Tuchel « Il ne réussira pas ici, son palmarès est moins bon que celui d’Unai  » Pourquoi tant de défiance ?

L’ancien homme fort de Porto était persuadé de pouvoir placer le coach de son choix et en l’occurrence, il s’agissait de Sergio Conçeicao aujourd’hui à la tête des « Dragões ». Déjà à son arrivée en 2017, il chuchotait à l’oreille du président Nasser Al-Khelaïfi : un coup Villas-Boas, un coup Jorge Jesus mais le président du PSG maintenait sa confiance à l’entraîneur espagnol, aujourd’hui à Arsenal, Unai Emery.  D’ailleurs, le président parisien entretient encore une bonne relation avec Emery.

 

Premières tensions

Qui dit nouveau coach, dit nouvelles recrues. L’ancien entraîneur de Dortmund a naturellement réalisé une revue d’effectif. Il a demandé à la direction sportive de satisfaire ses envies : un arrière gauche, un défenseur central, deux milieux de terrain et une doublure à Cavani. L’Allemand voulait s’entourer d’hommes qu’il aurait choisis comme à chaque fois qu’un coach débarque dans un nouveau club. Simplement voilà, le directeur sportif portugais ne l’entendait pas de cette oreille et comptait bien mener ce mercato comme il l’entendait alors que Tuchel avait ciblé des milieux comme Eggestein du Werder Brême ou encore Weigl de Dortmund.

Henrique insistait pour NGolo Kante qui non seulement ne voulait pas rejoindre le PSG mais surtout était hors d’atteinte des bourses parisiennes avec son nouveau statut de champion du monde. Pendant ce temps-là, le coach d’outre-Rhin voit le temps défiler et désespère de ne voir arriver personne. Il commence à s’en plaindre auprès de Nasser celui-ci ayant pris du recul sur le sportif à la demande de Doha.

 

Kherer, Choupo Moting, des choix étonnants

Thomas Tuchel l’a bien compris : il ne peut pas compter sur son directeur sportif. Il prend donc les devants et parvient à recruter Thilo Kherer gérer par l’agence Rogon qui s’occupe aussi des intérêts de Draxler. Suite au stage de pré-saison, Tuchel a jugé le jeune Weah comme trop léger pour son attaque (prêté en Janvier 2019 au Celtic Glasgow). Il choisit alors Choupo-Moting, l’international camerounais évoluant à Stoke City. L’attaquant a évidemment accepté cette proposition en or d’évoluer dans un grand club européen. Choupo-Moting arrive fin août libre de tout contrat suite à la descente des « Potters » en Championship. Ce transfert surprend tout le monde des médias aux supporters parisiens.

Autre chantier, la défense centrale. Tuchel avait jeté son dévolu sur Jérôme Boateng. Le joueur de Munich était motivé à l’idée de rejoindre la capitale et son coéquipier de la Mannschaft, Julian Draxler. Mais une nouvelle fois, Antero Henrique a laissé traîner le dossier durant toute la période de mercato, ce qui a fini par agacer le board munichois qui ferme la porte au grand dam de Tuchel. Cet épisode va d’ailleurs déterminer la relation houleuse qu’ils entretiennent encore à ce jour.

 

 « Ce n’est pas un Allemand qui va faire la loi » – Antero Henrique

En terme de bilan de ce mercato estival, il y a eu beaucoup de difficultés et de désaccords concernant les recrues. Pourtant, le travail du directeur sportif a connu des réussites dans le sens des départs avec les ventes successives de Berchiche à Bilbao pour 24 millions d’euros, Pastore 24,7 millions à Rome, Lucas 28,4 millions vers Tottenham. Suite à son prêt, Guedes repart à Valence qui lève l’option d’achat de 40 millions. C’est le cas aussi pour Odsonne Edouard qui part au Celtic pour 10,3 millions et Grzegorz Krychowiak vers le Lokomotiv Moscou pour 10 millions également.

Au début de l’hiver, le club se qualifie tant bien que mal pour les 8èmes de finale de la ligue des Champions. Le coach prévient sa direction qu’il faut recruter durant le mercato hivernal car l’effectif est trop juste surtout après avoir écartés Rabiot et Diarra pour différentes raisons. Sa demande est claire, il veut un renfort rapidement pour l’emmener au stage prévu en janvier 2019 à Doha. Mais comme lors du mercato estival, tout ne se passe pas comme prévu, le directeur sportif parisien veut absolument faire venir Leandro Paredes alors que l’Allemand souhaitait un profil plus défensif tel qu’Idrissa Gueye. L’ancien lillois est approché et bien sûr intéressé par l’offre du PSG sachant que ce genre de proposition ne revient pas deux fois. Il va même faire le forcing pour quitter son club. Cependant, Everton n’a jamais voulu laisser partir un élément important de son effectif et fixe une clause de départ très élevée (entre 40-50 millions d’euros environs). Au 31 janvier 2019, le milieu d’Everton se déplace jusque dans la capitale française espérant finaliser le deal avec le PSG. Ce jour-là, Il patiente dans la suite d’un palace parisien en attente d’une réponse positive qui ne viendra jamais. Et ce malgré des statistiques prometteuses : Gueye était classé 2ème meilleur récupérateur de Premier League derrière Kanté. Finalement, le PSG se tourne vers Paredes qui coûtera la coquette somme de 47 millions d’euros…

Le représentant de l’Argentin du Zénith est un proche d’Antero Henrique. Compris dans le deal, un jeune milieu offensif Luciano Acosta qui évolue en MLS, doit venir au PSG. Mais cela a eu le don d’agacer Tuchel qui met son véto.

 

L’échec De Jong 

Durant le mois de janvier 2019, le directeur sportif du PSG est accompagné de Maxwell afin de faire signer le prometteur et talentueux milieu batave de l’Ajax, Frenkie De Jong.

Ils se rendent tous les deux à Amsterdam pour y rencontrer son agent Ali Dursun. Maxwell, coordinateur sportif et ancien joueur du club de la capitale hollandaise compte sur ses bonnes relations avec les dirigeants bataves pour conclure le deal. Et il cherche aussi à prouver qu’il a les épaules pour cette nouvelle fonction. Mais le joueur est très convoité notamment par le Barça qui tient l’occasion de prendre sa revanche sur le PSG après « l’épisode Neymar ». Alors que tous les voyants étaient au vert pour un accord entre le joueur et le PSG, Barcelone et lAjax trouvaient également un terrain d’entente dans le même temps. Le directeur sportif du PSG n’avait pas anticipé cette possibilité préférant sans doute s’assurer les fructueuses commissions liées à un tel transfert. Mais trop tard le joueur annonce qu’il rejoindra Barcelone à l’été 2019.

 

Le double jeu de Nasser Al-Khelaïfi

Le président du Paris Saint-Germain n’a pas eu son mot à dire sur le recrutement du coach car tout s’est décidé à Doha. Il sait que son entraîneur a les faveurs du Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani et s’en méfie. C’est aussi une des raisons pour lesquelles il fait front commun avec Henrique qu’il défend à chaque question de journaliste concernant la mésentente entre ce dernier et l’ex-entraîneur de Dortmund. Au vu des relations difficiles entre les deux hommes, Doha souhaitait recruter un manager général afin de faire le lien entre l’équipe première et la direction.

Le nom d’Arsène Wenger apparaît comme une évidence pour les Qataris. Car depuis 2011, son profil plaît aux décideurs et son nom est coché depuis longtemps sur les tablettes des dirigeants parisiens. Les discussions débutent en septembre 2018.

Cependant les mauvais résultats en LDC et la crainte d’une élimination précoce poussent le club à accélérer les discussions avec l’Alsacien. Ainsi, une réunion est prévue dans ce sens après le match retour contre Liverpool au Parc. Le match est gagné et replace le PSG dans une position plus confortable. Nasser en profite pour annuler le rendez-vous avec Wenger suite à cette victoire. Cette rencontre avortée a le don d’énerver fortement l’ancien manager d’Arsenal qui à cette époque avait de nombreuses propositions dont une très intéressante émanant de la FIFA. Bien que NAK déclarait, il y a quelques semaines, qu’Antero Henrique serait maintenu dans ses fonctions pour la saison prochaine, la perte de l’édition 2018/19 de la coupe de France pourrait rabattre les cartes, ce trio ne pouvant pas continuer ainsi. Thomas Tuchel compte bien avoir la main sur le prochain mercato aider en cela par le super agent Pini Zahavi.  Des joueurs fiables, c’est l’exigence du coach allemand pour atteindre tous les objectifs du club et surtout le plus difficile : gagner la ligue des Champions. C’est d’ailleurs le sentiment que livrait Neymar en zone mixte après la finale perdue contre Rennes.

Ainsi, les prochains jours risquent d’être mouvementés en interne et c’est un euphémisme.

Paris United

GRATUIT
VOIR