à la uneActualités du ClubL'équipe

Retour sur la commission de discipline de la Ligue du 23 septembre

Le verdict est tombé hier soir pour Angel Di Maria. Accusé d’avoir craché sur le défenseur Alvaro Gonzalez lors du houleux PSG-OM, l’ailier argentin a été suspendu pour 4 matches. Le cas Neymar sera lui étudié le 30 septembre prochain.

C’est hier soir que la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel a rendu son verdict dans l’affaire du crachat de Angel Di Maria sur Alvaro Gonzalez. L’international albiceleste risquait jusqu’à 6 matches de suspension et a finalement écopé d’une peine de quatre matches, sans sursis.

Une décision sévère mais réfléchie

Ce geste, que n’a pas vu l’arbitre de la rencontre, Jérôme Brisard, a été capté par une caméra de Téléfoot, diffuseur officiel du championnat de France. Convoqué pour s’expliquer sur son geste, le joueur est condamné pour « expectoration volontaire susceptible d’atteindre une personne ou en direction de celle-ci ». Si le joueur a vu sa peine réduite, c’est parce que la commission a « estimé que cela valait un peu moins que le barème de référence de six matches » selon Sébarstien Deneux, son président. La commission a aussi tenu compte de l’attitude de la cible du crachat, le défenseur espagnol de l’Olympique de Marseille, Alvaro Gonzalez.

Même si la peine est réduite, la nouvelle est tout de même mauvaise pour Thomas Tuchel qui doit déjà subir les absences de Neymar, Layvin Kurzawa et Leandro Paredes pour suspension ainsi que de Juan Bernat, pour blessure. La décision prenant effet le 29 septembre, Di Maria pourra tout de même évoluer à Reims dimanche, mais il manquera les matches face à Angers, Nîmes, Dijon et Nantes. Son retour ne pourra donc pas s’effectuer avant le 7 novembre contre Rennes

L’affaire Neymar/Alvaro repoussée au 30 septembre

Dans le cadre de cette réunion, la commission de discipline de la LFP a annoncé que sa décision sur les accusations de propos racistes proférés à l’encontre de Neymar par Alvaro, sera rendue le 30 septembre. Seront aussi étudiées les accusations de Hiroki Sakai envers Neymar, également pour des propos racistes, mais aussi les accusations de propos homophobes qu’auraient tenus le numéro 10 parisien. Pour ces dossiers épineux, un instructeur a été nommé la semaine dernière par la direction de la Ligue et sera soutenu dans sa tâche par un expert en lecture labiale afin d’étudier les images fournies par les deux clubs.

En attendant un nouvel épisode la semaine prochaine, les conséquences du match face au rival marseillais ne cessent chaque semaine de poser de nouvelles embûches au Champion de France.

Paris United

GRATUIT
VOIR