à la uneActualités du ClubLe Club

Comment le PSG gère le dossier Hamraoui-Diallo

Empêtré depuis près d’un an dans l’affaire extra-sportive autour de l’agression de sa milieu de terrain internationale, le Paris Saint-Germain tente, par tous les moyens, de gérer du mieux possible son vestiaire suite aux remous de cette sordide histoire.

Ainsi, depuis la révélation de l’affaire l’an dernier, le club parisien a toujours préféré jouer la prudence en se tenant le plus possible écarté de cette histoire. En effet, le club n’a jamais officiellement communiqué autour de l’histoire et n’a jamais semblé prendre parti pour l’une ou l’autre des deux joueuses. Toutefois, le club reste partie civile dans le volet juridique de l’histoire et fournit actuellement un service de garde rapprochée pour Kheira Hamraoui qui est décrit comme « un service pris en charge par le club alors que rien ne l’y oblige » selon les sources de la presse française.

Lors du dernier mercato estival, le club de la capitale a tout tenté, avec l’accord de la nouvelle direction sportive, d’envoyer sa joueuse en prêt loin des tumultes de l’affaires. En vain… et le club se retrouve aujourd’hui avec une joueuse fragile psychologiquement, coupée d’une partie du vestiaire, à réintégrer dans l’effectif. Ainsi, la joueuse s’est tout d’abord retrouvée à s’entraîner à part du groupe professionnel sans donc prendre part aux séances collectives. La même source la décrit comme une joueuse qui  « dispose des mêmes conditions d’entraînement, notamment un membre du staff qualifié avec elle, toutes les installations du club et même le staff médical« . Toutefois, il est fort probable de la voir intégrer la rotation de l’effectif. Son numéro, le 14, a d’ailleurs été attribué à Jackie Groenen.

Aujourd’hui, la joueuse s’est exprimée sur BFMTV pour faire part de son mal-être face à cette situation. Elle a en effet déclaré : « J’ai très mal. Du jour au lendemain, on m’a dit que je vais m’entraîner toute seule. Le football est un sport collectif et jouer avec ses coéquipières, c’est ce qu’on aime le plus. Ça fait sept semaines que je m’entraîne seule sur un terrain de foot après tout ce qui m’arrive… Je me suis fait tabasser, humilier, traîner dans la boue et là, je m’entraîne toute seule depuis sept mois. On me dit que je ne fais pas partie des plans sportifs mais je dois m’entraîner avec l’équipe. C’est une double peine pour moi. Je n’ai pas les mots pour décrire ce que je ressens tellement c’est cruel. Je n’ai toujours pas été réintégrée. Quand on m’a dit que j’allais être réintégrée, j’étais hyper heureuse parce que c’est mon souhait, je veux jouer, gagner des titres, je suis une compétitrice. » Une sortie médiatique sur laquelle le club n’a pas communiqué.

Source et crédit photo : RMC et BFMTV

 

Paris United

GRATUIT
VOIR