à la uneLe Club

Achille Webo « Je pense qu’il y aura un avant et un après. Ce sera marqué pour toujours »

Décembre 2020, le PSG accueille Basaksehir dans le cadre de la Champion’s League. Une rencontre qui à priori devait être anodine, mais qui a dérapé suite aux propos polémiques du 4ème arbitre, au point de reporter le match. Deux mois plus tard, Achille Webo se souvient.

Dans le football, beaucoup de matchs se suivent et se ressemblent, mais parfois, il y en a que l’on n’oublie pas. Celui entre le PSG et Basaksehir en fait partie. Achille Webo, premier concerné, souligne combien ce qui s’est passé ce jour-là est unique : « Cela restera à jamais. Et pas seulement dans mon esprit, mais dans celui de tout le monde. Du président de l’UEFA, de la FIFA, des grandes instances… Ils le savent tous. Le match a été arrêté, c’est une première! Les arbitres, les joueurs, les spectateurs, qui ont parfois ce comportement, savent que la continuité d’un match est désormais en danger. À tout moment, on peut arrêter. Quelque chose a changé. Ce sera marqué pour toujours. »

En effet, ce jour-là, le 4ème arbitre roumain emploie les termes « Ala negru » (= c’est le noir) pour désigner l’adjoint du club turc. D’abord surpris, le ton est vite monté et Achille Webo a souhaité obtenir des explications. Sans succès. « On se demande si c’est vraiment possible. Que cela vienne de la bouche d’un arbitre, c’est ça qui m’a mis hors de moi. Il a employé ce terme d’une façon agressive, instinctive. » déclare l’ancien international camerounais. « Je me suis senti discriminé. Et je perds un peu le contrôle. L’humain prend le dessus mais, à aucun moment, je ne dis des choses déplacées. Peut-être que le ton est élevé, mais il y a du respect. (…) J’ai été joueur et je sais qu’il faut parfois dire des choses. Mais la manière est tout aussi importante. »

D’ailleurs, s’il ne fallait retenir qu’une déclaration ce jour-là, ce serait probablement la question posée par Achille Webo « Why you said negro ? »

« Ça m’a marqué, car je dis ce que je ressens. C’est une question que je pose. Et jusqu’à aujourd’hui, on ne m’a pas répondu… »

Entre solidarité et déception

La suite on la connait, les joueurs des deux équipes ont mis de côté leur rivalité sur le plan sportif et se sont unis afin de mettre un terme au match. Néanmoins, si le comportement des stars parisiennes et de la majorité du staff est à souligné, Achille Webo garde un souvenir amère de la réaction de Tuchel : « Les clubs ont été très forts pour dire non. On n’est pas fiers de l’événement, mais fiers d’avoir tenu tête à ça. (…) Mais il ne faut pas prendre à la légère le fait que Neymar, Mbappé et tous ces joueurs de classe mondiale réagissent comme ils l’ont fait, pour cette cause. Le fait de dire: “Si c’est arrivé, on ne continue pas”, c’est ça qui fait la grandeur de ce jour. Félicitons une nouvelle fois Leonardo, le président du PSG et les joueurs qui ont joué un très grand rôle. L’entraîneur (Thomas Tuchel), lui, a fait ce qu’il a fait… »

En effet, selon les dires de l’adjoint camerounais, le technicien allemand se serait tout d’abord montré sceptique, voyant dans cet incident un coup monté : « Il est en train de parler avec Fredrik Gulbrandsen. Il lui a dit que tout a été manigancé depuis la Turquie. Quand Fredrik m’a dit ça, j’ai pensé: “Ce n’est pas normal. C’est impossible que ça vienne de lui. Ça m’a vraiment surpris.” Il lui a demandé si le quatrième arbitre m’avait vraiment dit ça ou est-ce que c’est parce qu’on ne voulait pas jouer, qu’on avait pensé à ça depuis la Turquie… Il y a eu un manque de solidarité de sa part. » À noter néanmoins que France Football a contacté Thomas Tuchel, lequel a démenti cette version des faits.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre, ni le monde fu football, ni Achille Webo ne seront plus jamais les mêmes depuis ce match. « Différent. Quelque chose s’est passé ce jour-là. Je me sens beaucoup plus impliqué dans la lutte contre le racisme. Avant, on me connaissait dans le monde du football, mais depuis, des gens hors football savent qui est Achille Webo. Arrêter un match de Ligue des champions pour des propos racistes, c’est une première. Donc beaucoup de chose sont changées. Beaucoup de gens me regardent d’une autre façon, beaucoup me félicitent et me respectent. Ce n’était pas la bonne manière de se faire féliciter ou de se faire respecter, mais je pense qu’il y aura un avant et un après. Ce sera marqué pour toujours. »

Source : France football

Crédit photo : Afrik-Foot

Paris United

GRATUIT
VOIR